Au coin du Feu...

Echanger des histoires au coin du feu, et faire vivre d'autres mondes par la magie des mots...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Exode

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Exode   Mar 10 Avr - 16:53:56

Cela faisait déjà quelques heures que Erwan, s’évertuais à réparer l’hélice 85A, de la partie ouest de la cité. Et il ne savait pourquoi, mais aujourd’hui, cette foutu machine, lui créais beaucoup trop d’ennui.
Il savait pertinemment que la cité volais grâce au 2687 hélices, disposé partout sous l’immense structure métallique, mais l’idée de jeter cette satané morceau de ferraille dans le vide, le démangeais.
C’est alors que son ComLink vibra.
« -Oui, répondit Erwan dans son micro.
-C’est Dan, le chef veux que tu passes le voir dans son bureau, a priori il y’aurais des nouvelle pour toi.
-Dit lui que je suis toujours avec l’hélice et que je passerais plus tard. Terminé »
Sans attendre de réponse Erwan, coupa la communication et se reconcentra sur ses circuit, qui d’après lui aurais bien besoin d’être changé.
Enfin, au bout de tant d’année passée sur cette foutue cité volante, les matériaux se font rare, et à son avis, il devra faire avec les quelques moyen du bord dont il dispose.
Après quelques heures à ruminer, à râler, finalement il réussit à réparer la panne qui l’avais tenu en sueur tous ce temps. Sans demander son reste, Erwan partis directement dans le bureau de son supérieur. Pour voir de quoi il retourne, en espérant que son retard de 2h et demie ne lui cause pas trop préjudice.


Dernière édition par lunder le Ven 13 Avr - 11:38:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Mer 11 Avr - 18:44:42

C'est finalement au milieu de l'après-midi que Jareck "Mad" Thorn se réveilla d'un sommeil sans rêve.
Il ouvrit les yeux, contemplant le plafond miteux de sa chambre, perdue quelque part dans les bas-fonds de la cité, pas trés loin des broyeurs d'ordures si l'on en croyait l'odeur.
Prenant le temps de s'habiller sommairement, il sorti de chez lui pour rejoindre le vieux joey, toujours fidèle au poste derrière le comptoir de la Caboche.
Alors, encore une nuit d'ennui Jareck?
Ouaip, encore rien, c'est vraiment que des conneries ces histoires de trucs volants qui attaquent les villes et les pillent, Jareck parlait lentement entre deux bouché de pain trop cuit
Tu va quand pas me dire que Tastenie à disparue sans aucune raison nan? Joey revenait toujours en force avec cette histoire vieille de 20 ans bientôt
Ha, tu va pas recommencer, j'ai toujours dis que c'était certainement un des mecs de la maintenance qui avait merdé. Ils se sont crashé et puis c'est tout...
Mouais, moi c'que j'en dis hein
Ouais, ouais, je sais ce que t'en dit Joey, mais y a jamais eu aucune preuve hein. Bon, faut que j'aille me trouver de nouvelles bottes avant mon service, sinon je vais me faire engueuler.
Okay, à demain alors Mad !
A demain Joey

Sortant du bar, Jareck se dirigea vers les halles marchandes, récupérant au fond de sa poche les quelques sous qui lui restait. Les comptants, il poussa un soupir et se mit en quête d'un bottier vraiment pas cher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Jeu 12 Avr - 23:46:51

Le docteur était debout, il regardait avec attention et un peu de colère l’homme assit devant son bureau.
Je t’ai déjà dit au moins une centaine de fois ce que tu dois faire imbécile ! cria-t-il
Il remit sa chaise dans la bonne direction et se laissa tomber dessus, fixant toujours de son regard noir son patient. Son nom était Richard, et il venait encore demandait des soins pour les enfants qu’il recueillait sans avoir quoi que se soit pour payer.
Va voir le vieux Joey à la caboche, il te trouvera un job, au lieu de venir me quémander de l’aide.
Le doc se retourna et montra du doigt un immense tableau rempli d’écrit divers et totalement incompréhensible pour un autre que lui.
Tu me dois plus que n’importe qui dans ce trou.
260 pour être exacte. Lança de sa chaise Anna, l’assistante du Docteur.
Le doc interrogea du regard son assistante, légèrement surpris qu’elle puisse lire ce qu’il écrivait depuis l’autre côté de la pièce. Mais comme une réponse a son interrogation muette, elle montra du doigt un livre qu’elle tenait dans les mains lui faisant comprendre qu’il s’agissait des registres. Il eu un petit sourire et dévisagea l’homme endetté qui se tenait toujours devant lui accompagné de l’un de ses adopté.
C’est bon. Dit-il après un long silence. Je te le fait gratuit pour cette fois. Mais trouve un bouleau !
Richard se leva et, prenant son enfant par la main, sorti du cabinet.
Merci Caïn. Dit rapidement l’homme juste avant de disparaitre.
Ne m’appelle pas Caïn ! cria le docteur, la colère défigurant momentanément son visage. Personne n’a le droit de m’appeler comme ça.
Il s’étala sur sa chaise, légèrement désespérer du travail qui lui restait à faire. Il lui avait suffi d’entre voir l’extérieur par la porte pour remarquer que plus d’une vingtaine de personne attendait devant sa porte. Il les connaissait pratiquement tous et leurs noms était tous écrit sur le tableau des dettes. Ce qu’ils ne savaient pas c’était que Caïn effaçait régulièrement leurs dettes.
Vous n’êtes pas si méchant que vous le laisser croire vous savez ? Questionna Anna.
Pivotant légèrement sur sa chaise, il observa son assistante. Sondant ses yeux pour deviner ses pensées.
Si je ne le suis pas, ils ne feront jamais rien pour résoudre leurs problèmes. Caïn se leva brutalement de sa chaise et prit son manteau posé sur sa chaise.
Ou allez-vous ? demanda Anna vous avez plus d’une vingtaine de patient.
Je suis appelé par la hiérarchie. Dit-il sans se retourner. Vous pourrez vous en occuper, vous êtes médecin vous aussi.
Il rabattit sa capuche et sortit, essayant de rester caché à ses patients.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Ven 13 Avr - 16:15:16

La porte claqua violemment, laissant entrer un homme assez imposant. Qui se dirigea derrière un grand bureau en bois rafistolé par endroit par des bouts de métal.
Erwan qui était arrivé un peu avant, était assis sur une petite chaise en bois a laquelle il manquait des barreaux au dossier. Il regarda son chef entré, un peu surprit par le claquement de la porte et se cala correctement dans sa chaise, prêt à écouter les réprimandes sur son retard.
-bon, commença l’homme en s’asseyant sur son siège derrière son bureau. Je vais passer sur ton retard pour cette fois, disons juste que si je t'ai convoqué, c’est pour une affaire plus importante.
Erwan ne dit rien, surprit qu’il n’y est pas de réprimande sur son retard. Son chef, fit une pose, puis reprit.
- dit moi …, Erwan c’est ça ?
Erwan acquiesça silencieusement
- connais-tu les dirigeants de la ville ?
Le jeune ingénieur, un peu surprit, et même étonné par la question, commença par croire tout d’abord qu’elle était ironique, puis ce demanda si ce n’étais pas encore une allusion de son patron pour lui apprendre la vie. Bien sur que tout le monde connaissait les vieux politiciens perchés dans leur château, qui leur sert de musée à la gloire de la cité.
-c’est très sérieux, reprit l’homme, je ne sais pas ce que tu t’imagine, mais il s’avère que tu es l’un des meilleur bricoleur de la cité, si on excepte ton retard. Il fit une pose et reprit. Les hautes instances de la ville veulent te voir, tu as rendez vous avec Mr Herlaug ce soir a 19H, alors fait toi beau. Maintenant dehors.
Et d’un même geste, il se leva de son siège et pointa la porte a Erwan, qui se leva lentement de sa chaise, sans dire un mot, et tout en réalisant qu’il allait rencontrer le dirigeant de cette ville, se dirigea vers la sortie et prit la direction de chez lui. L’air un peu intrigué.


Dernière édition par lunder le Sam 14 Avr - 12:38:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Ven 13 Avr - 23:23:53

Elle regardait le ciel. Elle trouvait toujours aussi magnifique.
Elle voulait rêver, elle voulait partir, sortir de ce stupide bureau, les fenêtre n'étais même pas assez large pour laisser le soleil passer. Car pour l'instant, à part ranger des dossiers, en remplir, et en archiver, elle faisait pas grand chose.
Elya s'autorisa une petite pause et décida de sortir. Bien sur son supérieure refuserai, mais elle trouvait toujours une bonne excuse expliquant sa disparition.

En sortant, elle croisa Jareck.
-"Eh ! T'es pas censé être au boulot à cette heure-ci ?"

Il lui fit un signe de la main.
Voyant qu'il ne répondait pas, elle continua sa route. Puis elle rentra tranquillement dans son bureau, pour continuer à archiver des stupides dossiers vieux de 20 ans. Voir plus, mais elle ne regardait pas la date.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Sam 21 Avr - 19:28:53

Caïn avançais rapidement, n’accordant aucune attention au portrait sur les murs sensé représenter les meilleurs médecins de la ville. Son portrait était affiché aussi, mais représentait désormais plus une honte qu’un honneur pour la profession. Enfin c’est ce qu’ils disaient, mais pas un seul n’osait descendre dans la ville basse pour aider qui que se soit.
Il ouvrit à la volé le bureau qui l’attendait, une grande salle contenant une quantité impressionnante de livre, de précieux trésors pour celui qui se trouvait assis. Le professeur, Docteur, Chercheur, ainsi qu’une bonne dizaine d’autre titre ronflant, Donnan. Directeur de l’ordre des médecins et accessoirement le seul à pouvoir l’appeler sans se faire immédiatement envoyer paitre.
On frappe avant d’entrer. Dit-il sans lever le nez de ses registres étaler sur son bureau.
J’ai frappé. Rétorqua Caïn.
Il avait toujours détesté cet homme qui regardait tout le monde de haut en pensant que l’on devait lui obéir.
La politesse voudrait que l’on frappe A la porte. Dit le directeur gardant un ton monocorde.
C’est toi qui m’as appelé, si tu veux que je parte tu me le dit.
Donnan leva les yeux et fixa Caïn. Il lâcha un soupir montrant bien que ce n’était pas lui qui avait voulu le voir.
Tu sais, j’aimerais bien, mais on m’a demandé de te transmettre un message, ou plutôt une demande.
Il désigna de sa main la chaise posé devant le bureau, l’invitant à s’assoir pour l’écouter. Caïn Ignora royalement son geste, restant debout devant la porte, il n’avait de toute façon pas l’intention de rester très longtemps. Donnan soupira de nouveau devant le caractère obtus de son invité.
Tu pourras me montrer un peu de respect. Je suis le directeur de l’ordre des médecins et ce n’est pas moi qui est fait raté ton opération tu sais ?
Caïn serra les dents à l’énonciation de l’opération, son visage transpirait de colère mais il se retenait. S’il voulait obtenir d’autre subvention il devait rester un minimum calme devant Donnan.
Je me fiche de ton respect et ton rang, dis moi juste pourquoi tu m’as fait quitter m’a clinique.
Tu es convoqué par les hautes instances de la ville, à 19h. lança le directeur, soutenant le regard de Caïn légèrement surpris par l’annonce.
Pourquoi ? Si c’est parce qu’ils ont besoin d’un médecin pourquoi ils ne choisissent pas quelqu’un de plus « honorable ».
Parce que les autres ont refusé. Répondit le directeur se levant pour prendre un livre sur l’une des étagères, mais visiblement pas dans le but d’informer plus son invité.
Sa sent le traquenard ton truc.
Tu es invité et c’est tout, je n’ai pas la possibilité de t’informer plus. Maintenant si tu veux bien quitter mon bureau. Dit-il avec une once d’exaspération dans la voix.
Avec plaisir.
Caïn claqua violement la porte derrière lui pour bien faire entendre sa colère a son supérieur, de toute façon il ne pouvait pas refuser une telle offre, car plus qu’une offre c’était un ordre. Il fallait juste qu’il s’habille en conséquence pour être présentable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Sam 21 Avr - 19:41:51

Deux heures et six bottiers plus tard, Jareck était toujours aussi mal chaussé, et pour couronner le tout, en retard à son quart.
Il marchait vers son poste de quart quand il croisa Elya, la jeune fille des archives avec qui il allait boire un verre de temps en temps.
D'un simple signe de la main, Jareck la salua, mais il n'avait pas envie de parler. Et il se cherchait une excuse...
Une bagarre d'ivrogne dans la rue, et j'ai été pris à parti, mouais, pas mal.

Arrivant au poste de garde, il se changea rapidement, enfilant son uniforme et sa casquette frappés du sigle des gardes du ciel.
Un crochet rapide par l'armurerie pour récupérer son vieux fusil, et il se rendit au poste d'observation.
Je peut savoir ce que tu fous?! l'interpella Otto, qui l'attendait avec impatience.
Comment ça ce que je fous? J'arrive, j'arrive.
T'es en retard! Et moi j'ai rendez-vous avec une jolie brune au Pilleur du Ciel! Et je vais être en retard avec tes conneries.
Hey, tout doux, c'est pas ma faute. Je me suis retrouvé au milieu d'une bagarre entre trois ivrognes juste en sortant de la Caboche. J'ai fait aussi vite que j'ai pu.
Bon, ça passe pour cette fois, mais tu me refais pas un coup comme ça hein! Bon, je te laisse le poste et je vais me changer
Bonne nuit, salua Jack
Ouaip, bonne nuit d'ennui Jareck lui répondit Otto avant de partir vers l'armurerie

Laissant partir Otto, Jareck commença par lire le journal du poste, vide de toute annotation bien sur. Il ne passait jamais rien au poste de surveillance aérienne 184. De jour comme de nuit.
Encore une nuit d'ennuis, ça va être long songea Jareck en saisissant son arme pour la démonter et la nettoyer tranquillement.
Une façon comme une autre de commencer la nuit.

Levant les yeux, Jareck vit approcher la capitaine Emilie, qui semblait se diriger droit vers lui.
Ho non, c'est quoi encore cette fois le problème? Il posa son arme et attendit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Jeu 26 Avr - 1:20:27

Erwan fouillais frénétiquement dans son armoire pour trouver le moindre vêtement qui ne serais pas taché d’huile ou troué.
Il finit par opté pour une veste noir, certes un peu petite, mais la moins troué de toute, un pantalon noir et un simple tee-shirt blanc.
C’était l’heure, il enfila ses bottes, se regarda une dernière fois dans le miroir, et après quelques instant de réflexion, repassa par la salle de bain pour se repeigner, avant de partir à la hâte pour ne pas être en retard.
Il remonta, à pied, les quartiers Est de la cité, puis arriva dans le centre, ou tout semblais plus beau, plus neuf, chaque bâtiment était, contrairement au quartier annexe, entretenue, et nettoyé, un luxe que seul les grand de la cité pouvais s’octroyer.
Son pas ralentissait au fur et à mesure qu’il s’approcha d’une grande bâtisse au centre de la ville. C’était une immense tour, qui contrairement au reste de la cité était encore en bonne état. Cet immense édifice qui marquait le centre de la ville était en grande partie recouvert de verre. Ce qui permettait au dirigeant et au navigateur de bien voir la ville et ce qu’il y a autour.
Erwan ce sentit tout petit devant.
Il finit par arrivé devant l’entrée, où e trouvais un petit panneau : « TOUR LA ROYALE »
« La royale » songea Erwan, quel nom bien choisit.
Soudain, alors qu’il s’apprêtait à rentrer, il remarqua de l’agitation : des patrouilles armés se dirigeaient vers la face Est de la cité, en courant. Les gens se mirent à sortir la tête de chez eux pour voir ce qu’il se passait.
Durant la minute, ou Erwan contemplais avec beaucoup de curiosité ce mouvement de troupe, il fut bousculer par un homme d’une imposante stature, qui le fit s’effondrer sur le côté. L’homme qui lui semblait, d’après l’uniforme et les galons qu’il portait, être un des généraux de l’armée, se tourna vers lui.
- Tu ne peux pas faire attention ?!, hurla le général. Qui en se penchant vers Erwan laissa apparaitre une immense cicatrice qui partait de son sourcil gauche, lui coupant le visage en deux et finissait au milieu de la joue droite.
Il y’eu un instant de silence puis, sans attendre de réponse, et pressé par le temps le balafré repartit sans même un regard a Erwan, qui le regarda partir un peu hébéter de la rencontre.
Le jeune homme se releva, puis repartit un peu chancelant en direction d'une sorte de guichet, ou une dame le regardait arrivé doucement.
-Que puis-je pour vous ? Fit la guichetière.
-je, euh… j’ai rendez-vous avec Mr Herlaug à 19 heures et je crois que je suis un peu en retard.
-En effet, répondit la femme d’un ton un peu sec. Veuillez me suivre, et ne touchez a rien. Bon nombre de ce que vous verrez valent bien plus que votre vie.
Erwan suivit donc son hôtesse dans un dédale de couloir, qui ne cessait de monter, de plus en plus haut dans la tour. Accrocher au mur il put admirer, sur le chemin, des tableaux magnifique, des objets, qui d’après lui datait d’avant le décollage et même des réplique exacte des ancien animaux de l’époque terrestre.
« Crocodile », tient pensa le jeune mécanicien, quel drôle de nom pour une sorte de limace verte géante.
-nous somme arrivé, fit soudainement la guichetière, entrez je crois qu’ils vous attendent.
Puis, elle repartit dans l’autre sens en direction du bas de la tour.
Erwan, resta un instant à contempler l’immense porte en bois sculpté, qui se trouvait devant lui. Il respira un grand coup, puis poussa un long soupir avant d'ouvrir la porte et se retrouver devant l’assemblée d’une dizaine de personnes qui l’attendaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Mer 2 Mai - 16:10:31

Tranquillement assise sur sa chaise, elle continuait à regarder le passé à travers les nombreux documents informatiques ou papiers. Ce qui lui a valu des lunettes.

Ca lui avait couté une petite fortune, mais son supérieur avait été très clair :
-Si tu ne peux pas travailler correctement avec ta vue qui faiblit, je vais devoir trouver quelqu’un d’autre.
Ce sacrifice lui a permit de pouvoir rester assis sur une chaise, alors que la plupart de ses compatriotes se tuaient à la tâche.

Alors qu’elle relisait un dossier concernant la mise en œuvre d’une nouvelle organisation concernant la distribution de nourriture son supérieur vint la voir. Ce qui était assez rare en y pensant. Il la regarda deux secondes pour vérifier qu’elle faisait bien son travail ; déjà qu’elle ne faisait pas grand-chose, elle a intérêt à bien le faire.
« -Tu es réquisitionné pour une mission. Tu fais partie des « volontaires » choisi pour l’accomplir. Tu as été choisi pour ta faculté à connaitre beaucoup de choses des années précédentes, ainsi que tes compétences en terme d’organisation. »
Il avait dit cette phrase en roulant des yeux. Et on voyait bien qu’il avait pas envie de le dire mais y était forcé.
« -Vous devez vous rendre immédiatement à la salle 12 du bâtiment B15. Et non vous n’avez pas le temps de vous changer. « Après cela il sortit, laissant Elya avec ses pensées.

Elle prit ses lunettes, de quoi noté et parti immédiatement direction le bâtiment B15. Arrivé dans la salle, 4 ou 5 personnes étaient déjà présentes. Elle s’assit dans un coin en attendant que la réunion commence. Petit à petit la pièce se remplie. Il y avait en tout 12 personnes. Elle reconnut son cher ami Jareck.

La personne au centre commença son discours.
« -Si vous avez été demandé c’est pour une mission d’un extrême importance. Vous avez tous été choisi pour vos compétences. Tenez, mon assistant va vous donner la fiche récapitulatif. »
Eyla regarda la pochette qu’on venait de lui donner avant de l’ouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Ven 11 Mai - 18:14:23

Allons bon, qu'est-ce que je fais là moi? Et pourquoi moi déja?
Jareck était arrivé dans les premiers à la réunion, conduit directement sur place par la capitaine. Elle ne lui avait même pas expliqué de quoi il retournait.
Mais ça devait être grave, et surtout important, parce qu'on lui avait fournit un uniforme propre et pas trop élimé, et en plus, un de ces fusils à répétition que portaient les gardes de la Tour.

Assis en silence, sans bouger d'un pouce, Jareck vit entrer Eyla, le docteur, comment s’appelait-il déjà? celui qui officiait dans les quartiers pauvres. Et finalement, un mécano qu'il connaissait de vue, et qui arriva tout essoufflé.
Finalement, la personne au centre, une grande et maigre femme, commença son discours
« -Si vous avez été demandé c’est pour une mission d’un extrême importance. Vous avez tous été choisi pour vos compétences. Tenez, mon assistant va vous donner la fiche récapitulatif. »
Tous se mirent à lire attentivement le résumé de mission, sauf Jareck, qui ne savait pas lire, et n'avais jamais appris.
'Vais encore passer pour un con moi dans cette histoire tient, je savais que j'aurais du accepter les leçons que m'avais proposés Eyla...
Pendant que les autres lisaient, il prit le temps d'observer les présents, faisant le tri entre les gros pontes venus donner les ordres, et les "volontaires" qui allaient partir se faire tuer quelque part. Ils n'étaient apparemment que quatre à partir pour cette mission.

Tout doucement, il vit les visages se lever des papiers qu'ils lisaient, et dans chacun d'eux, il découvrit la même peur, voilée de lassitude pour Cain, et Jareck comprit alors qu'ils venaient d'embarquer pour un voyage qui serait certainement fatal à certains d'entre eux.
Il attendait, parfaitement conscient que certains pontes lui jetaient déjà un regard de travers, comme s'il se fichait de sa mission et refusait de lire l'ordre. Il attendait le moment où on le prendrait a parti et où il devrait avouer son ignorance.

Finalement, ce fut le mécano qui s'exprima en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Lun 14 Mai - 19:25:59

Il était arrivé avec un vieux manteau et un costume poussiéreux qui trainait dans son placard depuis maintenant 5 ans, ca lui donnait un aire négligée qui ne le dérangeait pas tant il aimait énerver les grand « décideurs » qui le voyait entrer. Plusieurs regards dans la salle lui apprirent qu’il n’était visiblement pas le premier « volontaire » à être entrer dans la salle. Jareck était la aussi, dans un beau costume tout neuf, ou en tout cas pas trop vieux, ce qui fit pouffer Caïn, il avait tellement l’habitude de le voir dans son vieille uniforme rapiécé au bar de Joey. Une autre personne était la, son nom lui échappait mais il l’avait déjà vue quelque part, de toute façon il allait apprendre à la connaitre si ce qu’il pensait était vrai.
Enfin après quelque minute de long silence gêner, un dernier homme entra dans la salle, un mécano visiblement, qui avança sous les regards noirs de certaine ponte de la cité qui n’appréciait pas tellement d’attendre.
Si vous avez été demandé c’est pour une mission d’une extrême importance. Vous avez tous été choisi pour vos compétences. Tenez, mon assistant va vous donner la fiche récapitulatif.
Un homme d’une vingtaine d’année passa prés d’eux tout en leur tendant des fiches, ce qui confirma qu’il n’était que 4 « volontaire », il allait donc devoir discuter un peut avec le directeur pour la suite de sa clinique, question de conscience professionnel.
Caïn lut ce qui se trouvait sur la fiche et comprit rapidement qu’il allait devoir discuter plus que prévue avec le directeur, il soupira pour bien faire comprendre aux autres personnes présente qu’il n’appréciait pas, mais malheureusement c’est tout ce qu’il pouvait faire. Et attendit tranquillement que quelqu’un prennent la parole, n’ayant strictement aucune envie de parler devant les imbéciles qui leurs servaient de décideurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Dim 20 Mai - 23:50:26

Erwan ce trouvait devant la feuille que l’on venait de lui distribuer, tandis qu’autour de lui, les gens commençais à relever lentement la tête de ce même rapport, lui était entrain de réaliser ce qu’il lisait et petit à petit une peur et un doute se mirent a le saisir, telle une boule coincé dans le creux de son ventre qui ne cessait de grossir.
Il finit par timidement levé les yeux et regarda un à un les gens autour de lui. Ils étaient quatre assis sur la même table, L’ingénieur ne connaissait aucun des trois autres, et pourtant, toute leurs informations étaient écrites noir sur blanc, sur le rapport distribué, même les sienne.
Il finit par se levé, tout doucement, regardant en face les 6 membres du conseil, et les quelques personnes supplémentaire venu assisté au lancement de ce qui, pour Erwan, était une mission suicide.
Après quelques secondes qui parurent longues, il prit donc la parole.
« -je ne voudrais surtout pas vous contredire, ni vous offensé, chère membres du conseil, mais êtes-vous sure de vos information, je veux dire Tasténie n’est qu’une légende, alors envoyer une équipe sur un hypothétique endroit, pour récupérer leur technologie et leur matériel, c’est courir au suicide. »
Erwan observais l’aire méchant de l’un des conseillé qui, après ce commentaire, le dévisagea, comme si il venait de dire la pire des insanités. Quant aux autres il regardait simplement le jeune homme avec beaucoup de dédain, sans réellement prendre cette remarque comme importante.
« -écoutez jeune homme, fit le plus ancien des six, croyez-vous que la cité tiens en l’air grâce à ce genre de remarque ? Vous êtes le mieux placé pour savoir que la cité ne tiendra pas longtemps sans matériel.
Le vieil homme fit une pose, puis tout en se levant de son siège, reprit.
-vous le savez n’es-ce pas? Erwan acquiesça, et bien, il faut donc faire le maximum pour sauvegarder la cité, et ce plan entre dans une vaste campagne de récupération de matériel.
Un deuxième membre du conseil, intimant a l’ancien de ce rassoir, ce leva, c’était un homme d’une trentaine d’année, les cheveux blond et d’incroyable yeux vert. Il dévisagea lui aussi Erwan avant de prendre la parole.
-bien, comme vous avez pu le lire nous arriverons au-dessus de la dernière localisation connu de Tasténie dans quelques jours, cinq précisément. Vous serez quatre, un commando composé de chaque corps de métier important, et votre mission sera de récupérer un maximum d’informations dans la cité et d’évaluer les possibilités récupération auquel on pourra procéder, des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Mar 22 Mai - 13:32:34

Jareck regarda autour de lui, remarquant les même regards hallucinés dans les yeux de ses nouveaux compagnons. Il se leva
Oui monsieur, quelque unes. Pourquoi seulement quatre personnes, si cette mission est si importante, et dangereuse si j'en crois ma présence, pourquoi pas plus de monde? Pourquoi pas plus tôt pour nous entrainer? Cela ressemble bien trop à une mission suicidaire. De plus, je voudrais savoir à quel équipement nous aurons accès, dans quel délais, et ce que nous devrons faire précisément sur place.
Jareck s'assit de nouveau sur sa chaise, attendant les réponses à ses questions.

He bien, nous n'avons eu confirmation de cette information qu'hier matin, donc voila pour la question du délai, et nous n'avons pas de personnel disponible pour ce genre de mission, il reste trop peu de monde dans la cité pour se permettre d'envoyer une armée sur Tasténie. Vos responsables et collègues n'ont pas tarit d'éloges sur vous lors des entretiens d'aujourd'hui. Jareck sentait que ce jeunot voulait le convaincre par la flatterie, mais il devait aussi admettre que ses arguments sur le manque de monde se tenait.

De plus jeune homme, continua le vieillard, vous aurez accès aux meilleurs équipements en notre possession dés demain matin, et vous serez mis en isolement pour pouvoir commencer votre entrainement en paix et être parfaitement préparé pour votre largage sur la zone où Tasténie à été perdue.
Jareck lui jeta un regard perçant, et enchaina immédiatement : Comment ça un largage? Qui va piloter? et comment on remonte si jamais on ne trouve rien? Pas question que je saute en aveugle sans moyen de retour hein!
Vous êtes le moins bien placé pour refuser les ordres soldats, mais pour vous rassurer, vous serez briefé durant votre entrainement en ce qui concerne le largage et votre retour. Autre chose?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Jeu 31 Mai - 17:54:05

Petit à petit son regard passa de halluciné a exaspérée. En grande partie par les diverses raisons invoquées par les membres du conseil pour les envoyés. Toute semblait un peu tirer par les cheveux et inventé à la dernière minute.
Oui, une chose. Commença Caïn. Pourquoi nous ? Je veux dire, il y a bien d’autre gens présent non ? Et encore bien d’autre plus qualifiez que nous.
Le plus ancien se retourna vers lui et le fixa quelque instant visiblement peu à l’aise sur la question mais un autre prit la parole soutenant le regard de Caïn avec plus de ferveur qu’il n’en aurait crut possible chez tout ceux qui vivait ici.
Il me semble vous l’avoir déjà expliqué non ? Tout vos collègue vous on désignée comme les meilleurs dans vos domaines, c’est pourquoi nous vous avons choisi. Répondit-il tout en prenant un ton ferme pour bien faire comprendre que la discussion était terminée.
Etrangement Caïn savait qu’il disait vrai, que touts ses anciens collègues l’avait encensée, probablement pour ne pas avoir à partir faire cette mission suicide. Quand aux autres, c’était probablement un coup du hasard, un bien mauvais coup.
Vous voulez dire que vous avait prit pour une mission de la plus haute importance. Commença Caïn se faisant retourné tout les conseillés par la même occasion. Une archiviste à lunette, un soldat pilier de bar, un mécano en retard et enfin un médecin des bas fonds.
Il se leva lentement de sa chaise, observant la réaction de tout les conseillé.
La question a déjà était élucidé, maintenant veuillez vous…
Rassoir ? Pourquoi ? Je n’ai pas vraiment envie d’obéir à une bande d’imbécile ! Cracha Caïn.
Tout les regards se tournèrent vers lui, Certain plus noir que d’autre. La plupart semblait effaré de le voir insulté les membres du conseil, ce qui installa un long silence pendant lequel le plus jeune des conseillé sembla combattre du regard Le Doc.
Comment osez-vous ?
Par le même pouvoir qui me permet de faire ce que vous ne voulez pas faire, celui qui m’a permit d’aider des centaines de gens des bas-fonds que vous abandonné !
Plusieurs gardes commencèrent a avancé vers lui, alerté par son ton de plus en plus énervé.
Maintenant si vous voulez bien m’excuser cher imbéciles, j’ai quelque truc à régler. Caïn se retourna et traversa la salle sous les regards méduser des conseillés.
Stop ! Hurla l’un d’entre eux. Nous n’avons pas terminé.
Moi si ! répondit Caïn. Mais ne vous en faite pas trop, j’y serais a vos entrainement.
Il claqua violement la porte derrière lui, sa devenait une habitude à force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Jeu 7 Juin - 15:31:39

La seule chose qui était clair dans cette mission, c’est que si on refusait, soit on passerait sa vie en taule, soit tuer dans une ruelle sombre par un « voleur » dont on ne retrouvera jamais sa trace.
En y repensant, cela lui rappelait une histoire sur un président mort par une balle qui rebondissait et un homme se téléportait. Dans le vieux journal, il s’appelait…. Kresprols, euh non, …. Bon elle avait oublié, le nom avait été pratiquement effacé. C’est normal vu le temps que ce journal trainait dans les archives.

C’est en entendant Cain hausser le ton qu’elle revient à situation présente. Son sourire s’effaça de son visage. Il claqua la porte et sorti. Les membres du conseil se regardèrent, avant de se retourner vers les 3 personnes qui restaient en face d’eux. Comprenant que leur colère allait leur retomber dessus, Elya ouvrit la bouche plus rapidement qu’eux :
C’est vrai qu’il n’a pas tord. Et que vous non plus, s’empressa t-elle de rajouter. Mais c’est une mission suicide. Vous savez pourtant que Tasténie n’apparait dans pratiquement dans aucune archive. Alors pourquoi s’arrêter sur une légende plutôt que d’envoyer une équipe sur un lieu où on est sur de trouver du matériels. Dans certains documents, ils expliquent que certaines zones étaient surpeuplées. Il faudrait juste comparer avec nos cartes. »
Des regards noirs se braquèrent sur elle.
Vous n’allez pas vous aussi contesté nos ordres. Si on VOUS envois à Tasténie, c’est que nous avons nos raisons. Vous avez 5 jours pour vous préparez avant le largage. Alors rendez-vous à partir de demain 9h, salle F du bâtiment A18. Dites-le à votre cher compagnon. » Sur ces mots les conseillers sortirent.

Elya regarda les deux autres. Elle leur dit qu’elle allait prévenir le medecin et sortit rapidement de la salle.
Une chose était sûre, avant de partir son supérieur allait payer cher de l’avoir mise dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Mar 24 Juil - 22:13:38

Erwan ressortit de l’immense tour en verre avec un gout amer au fond de la gorge.
Il ne comprenait pas, lui qui était tellement pressé d’aller à cette réunion, il ce retrouvais à présent à prier qu’elle ne soit jamais arrivée.
Autour de lui, la ville était en pleine ébullition, les troupes armées de soldat continuais à courir en tous sens.
Le jeune homme, assis sur un petit muret en métal, regardait ce va et vient inquiétant sans bouger, encore perdu et choqué de la réunion qu’il venait d’avoir.
Ce fut une explosion, qui résonna dans un bruit sourd, et fit vibrer toute la cité, qui réveilla le mécanicien, qui en se tournant vers le sud de la cité, vis une lumière aveuglante crachant des débris de métaux et de bois calciné.
Il eut juste le temps de saisir un lampadaire, avant que la cité, dans un bruit de crissement effroyable, ne bascule légèrement et ne fasse glisser toute les personnes et les objets vers l’immense brasier qui remplaçait la moitié d’un secteur de la cité.
Erwan affolé s’accrocha de toutes ses forces au tube de métal, la cité continuais de s’incliner, ce qui rendit bientôt la traversé de la place impossible.
Vu l’endroit de l’explosion, un réacteur et plus d’une centaine d’hélice avais dut être détruite. C’était largement suffisant pour faire perdre son assiette à la cité et même la faire perdre de l’altitude.
Erwan sentant petit à petit, la cité commencer à tomber, se jeta en avant, glissant rapidement vers le brasier. Il se rattrapa de justesse a une bouche de maintenance qui sous son poids, s’ouvrit en grand. Sous l’à-coup le jeune homme faillit perdre sa prise.
La ville avait passé les 45 degré ce qui était beaucoup pour la garder en l’air.
Erwan savait qu’en amplifiant les 6 autres réacteurs il pourrait maintenir la cité le temps de larguer le secteur 7.
Il grimpa tant bien que mal dans le passage menant aux galeries de maintenance qu’il connaissait par cœur.
Sur le moment toute son attention était portée sur la réussite de sa mission même si, il l’espérait, d’autre avais eu l’idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Sam 3 Nov - 15:55:34

Jareck était retourné dans son petit appartement après cette embuscade. Oui, il ne trouvait aucun terme plus approprié pour qualifier la réunion qui venait d'avoir lieu.
Tranquillement allongé sur son lit, il réfléchissait à tout ce que cela allait impliquer pour lui, les quelques bons cotés comme tous les mauvais qu'il entrevoyait déja.
C'est du suicide, on va sauter en aveugle dans une zone sensée contenir quelques chose, pour trouver de l'équipement qui pourrait être utile. Aucune idée du moyen de retour, des dangers sur place, du temps qu'on va y passer, ou de quoi que ce soit d'ailleurs. C'est complètement con comme idée! Enfin, pas trop le choix...

Soudain, il entendi une immense explosion, loin quelques part sur sa droite. Immédiatement après, il se retrouva sur en train de glisser de son lit, tandis que la ville commençait à basculer sur le coté, tout doucement.
Un assaut! Vite, les remparts!
Attrapant son fusil qui était resté accroché près de la porte, il sorti dans la rue, se retenant au chambranle quand le plancher se retrouva de biais. Il se sentait tomber, ne comprennant pas comment les turbines qui soutennaient la ville aurait pu subir autant de dommages aussi rapidement sans que personne ne donne l'alerte.
Courant à moitié sur le mur, il courrut vers l'armurerie a quelques blocs de chez lui, espérant trouver de quoi défendre sa cité devant cette attaque. Il n'avait pas la moindre idée de la manière dont ceci avait pu arriver, ou comment on pourrait redresser la situation. Il espérait simplement que quelqu'un, quelque part, aurait une idée sur ce point. Peut-être même le technicien qu'il avait vu lors de la réunion, mais il ne se souvenait pas de son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Mar 6 Nov - 11:27:32

Il se réveilla douloureusement, la tête contre un mur et accompagné d'un gros mal de crâne. Cependant il remarqua vite qu'il ne se trouvait pas dos au mur mais bien appuyer contre le mur, un détail qui trouva assez vite son explications lorsqu'il ouvrit les yeux. Caïn était complètement avachi contre un mur, remarquant très vite que la rue était trop penchée pour n'être qu'un illusion de son crâne douloureux.
La douleur vint mettre fin à ses pensées. Il tourna la tête pour observer qu'un éclat de bois c'était fiché dans son bras. Heureusement qu'il était médecin pensa-t-il immédiatement, analysant la blessure tout en se retenant de crier. Pas très grave, juste douloureux pensa-t-il.
Un grand craquement le rappela une nouvelle fois à son étrange situation, faisant tomber une poutre de bois à moitié calciné devant lui. Un grand incendie l'entourait et semblait prêt à l'avaler s'il ne bouger pas vite.
Caïn n'hésita pas très longtemps est se leva tant bien que mal pour trouver un chemin qui pourrait le mener le plus loin possible de cette enfer. La chaleur était étouffante et l'incendie était inarretable, Le docteur savait pertinemment ce qui allait se passer si il ne se dépêchait pas.
Un bruit attira son attention et ceux malgré les flammes qui le menaçait, une voix qui appelait à l'aide. Caïn se retourna et s'empressa de trouver d’où provenait la petite voix, évitant tant bien que mal de prendre feu au milieu du brasier. Ses mains se recouvrait de noir à mesure qu'il dégager les fragment de bois calciné qui était tomber dans la rue. Il continuait d'entendre la petite voix qui appelait à l'aide sous les décombres, le forçant à augmenter la cadences si il souhaitait sauver celle qui appelait.
Il remarqua d'abord la petite mains qui se dirigea vers lui, puis le visage d'une enfant bloqué qui l'appelait à l'aide.
Le visage de Caïn s'illumina et il réussi à sortir l'enfant avec son bras gauche, il l'avait déjà vu dans son cabinet de nombreuse fois, elle s'appelait Émilie.
« Émilie, il va falloir que tu me suive » Dit-il doucement pour ne pas effrayer l'enfant qui regarder paniquer dans toute les directions.
Caïn tendit la main pour prendre celle de l'enfant et la tira doucement vers le chemin qui ressemblait le plus à la sortie. Il l'avait soigné pendant des années, il n'était pas question de la lassé mourir maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Dim 11 Nov - 17:13:28

Une alarme assourdissant résonnait dans tout le conduit. Erwan qui tentait tant bien que mal, à avancer dans le dédale de galerie, devais marcher en partie sur les murs et s’agripper aux tuyaux des canalisations qui les recouvraient pour progresser.
La cité s’était peu à peu stabiliser, mais n’avais pas repris son horizontalité. Ce qui rassura qu’en partie le mécanicien. Il traversa en courant les différente allée qui le séparé de son but. Il faillit a plusieurs reprise glisser, et certaine canalisation mal entretenue ce brisèrent dans ses main le laissant tomber et déversant sur lui soit des eaux sales destiné aux égouts, soit des eaux glacées.
Il tomba au bout de quelques minutes dans une des salles de gestion de maintenance. Son corps était engourdi par le froid et il eut toute les peine du monde à se hisser jusqu’au tableau de bord qui se trouvait, à cause du basculement de la cité quasiment hors de portée.
En effet la console de gestion était par rapport à lui un peu en hauteur, et l’inclinaison ne lui permettait pas de l’atteindre, il dut escalader une armoire qui avais basculé et se hisser sur le tableau de la console pour s’en servir comme appui.
Le problème dans cette position était qu’il avait accès aux panneaux à l’ envers. Ce qui en soit n’était pas très grave, mais qui ralentissait son travail.
Il réussit cependant, dans la précipitation à augmenter la puissance des moteurs, pour tenter de restabiliser et surtout arrêter la chute de la cité, il constata avec joie qu’il n’était pas le seul à travailler sur cette idée, et que l’arrêt de l’inclinaison était dut a un autre relai de gestion de la cité.
Maintenant il ne suffisait plus qu’à larguer le secteur 7. Le mécanicien essuya les gouttes de sueurs mélangées aux égouts de son front et commença le lancement de l’opération.
Larguer le secteur 7 était une idée extrêmement limpide et pourtant quelques choses n’allaient pas, il stoppa son geste, l’alarme sonnait toujours et une lampe rouge envoyait dans toute la salle un halo d’avertissement. Et si l’évacuation, n’avais pas été terminé, après tout c’est vers ce secteur que penchait la cité. Soudain une angoisse le saisie, le froid de l’eau qui faisait coller ses vêtements à sa peau le fit frissonner. Il ne pouvait pas larguer le secteur 7, ce serais envoyer des centaines de personnes a la mort.
La cité reprit petit à petit une inclinaison correcte, et le moniteur devant Erwan commençait à annoncer une augmentation critique du niveau énergétique dans les si autre réacteur.
Il était perdu et restait là sans bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Mer 14 Nov - 13:48:35

Sa première réaction fut de penser qu’il va falloir ranger tous les documents tombé au sol. De vieux document, tout à ranger, par ordre alphabétique en plus….
Puis vint la réflexion qu’une cité penché n’était pas normale. Elle chercha dans sa mémoire s’il y avait déjà eue une situation comme celle-là dans le passé pour savoir ce qu’il fallait faire.
Elle savait qu’il fallait rejoindre les zones du centre. Les protocoles de sécurité devait normalement se déclencher dés le premier problème et indiquait la marche à suivre.
Elle essaya de sortir, mais sans succès. La cité avait beaucoup trop penché.
Elle entendit les moteurs pousser à fond pour restabiliser la citée. Elle put enfin essayer de se rendre au abris. En sortant du bâtiment administratif, elle vit que c’était le secteur 7 qui tombait. Elle comprit immédiatement pourquoi en voyant une autre citée un peu plus loin, qui n’avait l’air d’avoir envie de faire du commerce. Elle partit courir aider les quelques personnes restés dans la rue pour qu’ils arrivent aux abris.
Elle entendit les moteurs commençaient à lâcher à cause de la trop grande puissance qu’il fallait. Une partie de la zone 7 commençait à se décrocher par une action de la commande 1, mais il y avait 3 différents commande pour décrocher un secteur. Le 2e sauta peu après, mais le 3e restait accroché. Puis, en même temps que la citée recommençait de tomber, le 3e segment commença à casser avec un ralentit presque irréelle.
Elle resta bloqué à regarder la secteur se briser avant de tomber. Les dommages seraient irréversible. Mais avant de faire quoi que ce soit, il fallait s’occuper de l’autre citée. Les moteurs avait du mal à remettre le sol droit à cause de la surchauffe.
Elle sentit quelqu’un prendre son bras et l’amener jusqu’à un abris.

25 ans,… 25 ans,… la dernière fois où un secteur a du être décrocher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Mar 15 Jan - 20:43:38

Jareck atteignit l'armurerie en quelques minutes à peine, profitant de la confusion qui régnait partout dans la cité. tous les habitants tentaient de sortir de leur maisons, s'interpellant les uns les autres pour avoir des nouvelles. Mais Jareck ne s'en préoccupait pas, il n'avait qu'un seul objectif, aller chercher de quoi défendre sa cité contre ce qui l'attaquait, il n'y avais pas d'autre explication à cette explosion.
Il franchit la porte dégondée sans ralentir, et commença aussitôt à s'emparer de ce qui lui tombait sous la main, un fusil en meilleur état, des munitions, une arme de secours, et un de ces kit de survie qui trainaient ici depuis des années. Il ne savait pas trop à quoi pourrait lui servir ce kit mais en même temps, il se doutait qu'il allait devoir se battre bientôt, autant dire que quelques outils utiles étaient les bienvenues. Il remplit un sac entier de munitions et de rations avant de ressortir pour courir en direction des remparts de la cité.
Qui peut tenter un truc pareil? aucune cité n'à la puissance nécessaire pour nous faire ce genre de truc ! Et puis c'est pas prévu qu'on croise autre chose que Tasténie dans quelques jours.

Il entendit un immense craquement sur sa droite tandis qu'il courrait, mais ne s'arréta pas pour autant. Le second claquement gigantesque intervint quelques secondes plus tard, mais il savait toujours pas ce qu'ils voulaient dire. Et puis finalement il arriva aux remparts et comtempla sa cité avec un choc.
C'est pas possible ! Ca peut pas arriver ici et maintenant !
Un secteur entier était en train de se détacher au ralenti, le dernier point d'ancrage cédant doucement dans un couinement sinistre.
Et juste au-dela, une cité, immense et menaçante, avançait vers eux tous, responsable de la perte du secteur 7 et prête à en détruire d'autres pour les aborder et les piller.
Mais ça n'existe pas des cités de cette taille ! Et surtout pas dans notre coin de ciel. Va falloir trouver un truc là, c'est pas avec un fusil que je vais arriver à quelque chose... Les appareils de sauts ! Ceux pour aller se suicider sur Tasténie doivent être prêt, et avec ça on peut les atteindre, eux ou n'importe qui d'autre dans le coin.
Longeant les remparts, Jareck se mit à courrir vers le secteur 4.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Sam 29 Juin - 3:37:20

Le bruit assourdissant du premier ancrage résonnât a  travers les flammes vers Caïn, un signal sinistre qui le fit accélérer malgré la chaleur et les brûlures. Il craignait de s’arrêter, de se stopper de peur et n’arrêtai pas de se ressasser ses cours, chose qu'il faisait lors de moment de stress intense. Mais même si ils les connaissaient par cœur, il n'avait pas empêcher ça mort. La pensée l'envahit de nouveau recouvrant lentement ses souvenirs d'étude, le déconcentrant pour finalement le faire tomber. Une bric tomber vint stopper son pieds dans sa courses, déstabilisant tout son corps. Caïn s’écrasa la tête la première par terre au milieu des cendres.
Emilie se stoppa beaucoup trop paniquer pour se rendre compte de la situation, elle tourna le tête dans toute les directions cherchant le Doc, avant de se rendre compte qu'il s'était écrouler.
"Docteur !" Pleura-t-elle "Réveillez-vous !"
Caïn releva lentement la tête, reprenant lentement le fil de ses pensées. Il s'était encore fait déconcentrer, comme lors de son opération. La vision de ce qu'il avait fait revint le hanté et même si sa raison lui ordonnait de se relever, ses souvenirs le maintenais au sol.
Emilie agrippa les vêtements du Doc, puis secoua de toute ses forces pour le réveiller de ces pensées. Mais sa force ne suffisait pas, Caïn s'était de nouveau enfermé dans ses pensées, et pas au meilleur moment.
"Docteur, je vous en supplie !" Hurla Emilie pour se faire entendre.
Un grincement métallique se fit entendre, comme un orgue de l'enfer jouant faux, suivit d'un claquement sourd. Le second Ancrage se détacha du secteur 7 dont l'inclinaison ne résista pas à la brusque lâcher de son seul point d'équilibre, le sol pencha violemment déstabilisant le doc et Emilie.   Emilie referma ses mains de toute ses forces sur les vêtements de Caïn tandis qu'elle s’écrasait à terre sous l'effet de la gravité.
La plateforme passa rapidement de la position pencher à celle de presque tomber.
La vue des débris fonçant dangereusement vers lui réveilla Caïn de ses pensées, mais malheureusement pour lui il n'avait jamais été un bon athlète. Un fragment de barrique vint le frappé en plein visage lui faisant lâcher la seul prise qui le retenait au sol.
Ils chutèrent au milieu de débris en flamme pour finalement se heurter à un mur de maison encore debout. La douleur fit hurler Caïn qui se maintint le visage, il sentit un liquide chaud lui couler entre les doigts mais continuait à voir sa main ce qui le rassura sur l'état de son œil gauche. Il lui fallu cependant quelque seconde avant de se rendre compte de la situation mais surtout de l'absence de réaction d'Emilie. Caïn se retourna brusquement pour observer la petite fille étaler sur le mur de bric, les flammes léchaient lentement ses cheveux qui prirent rapidement feu. Enlevant ce qu'il restait de sa vieille veste pour s'en servir d'outil, Caïn réussi a éteindre tant bien que mal les cheveux de la fille qui malgré la chaleur ne sembla pas se réveiller. Un simple regard suffit au Doc pour comprendre pourquoi, Emilie c'était frappé violemment la tête et une bosse rouge ressortait légèrement sur son crâne. A cette instant précis Caïn se félicita d'être médecin et d'être présent ici pour aider Emilie. Mais la chaleur revint vite effacer cette idée de sa tête, il fallait qu'il trouve un moyen de se sortir de ce piège rapidement.
Caïn leva le regard pour observer  l'état des ancrages. Deux des trois ancrage du secteur 7 était détacher et parfaitement ouvert, de plus il étaient très proche de leurs positions ce qui donna un nouvelle espoir à Caïn. Il suffisait désormais de trouver un moyen de rejoindre le troisième ancrage pour rejoindre la ville encore volante. Il remercia rapidement la personne quel qu'elle soit qui n'avait pas terminé les procédures de largage habituel, sans quoi Lui et Emilie serait déjà retourné sur terre avec des millier de tonnes de métal sur la tête.
Une fois sa prière faite, Caïn commença par éloigné rapidement Emilie du plus proche foyer sous peine de revoir ce qu'il restait de sa chevelure partir en fumé. Il commença ensuite a observer les alentour à la recherche d'un quelconque corde ou plateforme qui lui permettrait de monter vers le troisième ancrage. Mais la seul chose qu'il pouvait voir était des flammes et des débris calciné. Ils étaient poser sur un mur de bric au bord d'un grande rue qui rejoignait la place des carrefours, qui menait vers tout les autres secteurs, tout les objets présent dans la rue autrefois était désormais soit sur les murs, soit tomber dans le vide, et comble de la malchance la plupart des mur des maison adjacente c'était écrouler, leurs poutres de maintien calciné par le feu qui avait rapidement prit dans tout le secteur. Cependant un objet attira l'attention de Caïn, une main sortait d'un tas de débris adjacent et quelque chose semblait y être attaché. Réunissant le restant de ses forces Caïn se dirigea lentement vers le corps enterré, tentant de ne pas glisser sur le mur qui le soutenait. Il prit la main et, prenant appuie sur le tas de débris, tira de toute ses forces pour dégager le corps. Étonnamment le corps se dégagea rapidement ce qui le surpris tellement qu'il trébucha et tomba sur les bric.
Il se releva tranquillement, prenant soin de ne pas tomber du mur, pour observer ce, ou plutôt qui, il avait trouver. Il n'était pas très grand mais semblait bien bâtit, une carrure similaire a celle d'un soldat très entraîné et plus important il portait un uniforme gris anthracite. Caïn comprit rapidement que cette homme ne venait pas d'ici, en tout cas pas du secteur 7. Ces vêtements ne correspondait pas à ceux des habitants, il était armé d'une lame courbe et d'un fusil de bonne facture, mais surtout il semblait avoir été tuer par balle. Quatre impacts apparaissait, deux dans le torse et deux dans la tête.
Même si ce secteur était mal famé, personne ne possédait d'arme-à-feu et encore moins de protection suffisante pour arrêter des balle de carabine tirer en plein torse !
Caïn resta figé devant le constat qui se formai dans sa tête, quelqu'un avait saboté ce secteur et pire, ils étaient très bien équipé.
Un grincement vint réveiller Caïn de ses pensée, il releva la tête pour remarquer que les troisième ancrage n'était toujours pas ouvert, cependant le grincement et le mouvement des murs autour d'eux lui fit clairement comprendre que l'ancrage n'allait pas supporter le poids très longtemps.
Ce retournant brusquement, il se concentra de nouveau sur le soldat. Il avait vu quelque chose avant de le faire sortir et cette chose était attaché au bras du cadavre. Caïn se pencha pour observer le bras du cadavre sur lequel était attaché une étrange machinerie.
Un minuscule harpon tenait dans une sorte lanceur assez complexe, le tout accroché au poignet du cadavre par un bracelet de cuir épais. Le harpon était relier a une épaisse corde tressé qui serpentait jusqu'à une grosse bobine attaché à la jambe du soldat. Le tout semblait fonctionner à l'aide de minuscule tuyaux de cuir relier a une bonbonne métallique.
Caïn réfléchi rapidement à qu'elle utilité pouvait avoir un telle mécanisme, pestant contre ses souvenirs d'école incomplet. Il n'avait jamais autres chose que la biologie et la médecine, et aujourd'hui il s'en maudissait.
Après plusieurs minutes de réflexion, il finit par trouver une possible utilité, et celle-ci pouvait les faire sortir de cette endroit. Le doc commença par détacher avec précaution le mécanisme du cadavre avec l'espoir que sa théorie était vrai, sans quoi ils risquaient de s'écraser rapidement. Il attacha le plus serré qu'il put tout la machinerie sur lui, avant enfin d'observer avec attention tout les mécanisme d'activation du système. Cela ne semblait pas très compliqué, mais une telle observation avait déjà coûté à Caïn beaucoup et il se prit à repasser 4 fois chacun des mécanismes pour être certain.
Une fois les vérification faite, Caïn se concentra enfin sur Emilie. Elle était toujours allongée a terre, à l'endroit exacte ou Le doc l'avait posé, c'est-à-dire loin des foyers. Caïn ne réfléchi pas très longtemps aux solutions possible pour l'emmener avec lui, un couinement sinistre commençait à résonner de l'ancrage et le mur semblait pencher dangereusement. Il la prit sous les aisselle entourant sa poitrine de son bras gauche pour éviter qu'elle ne glisse puis pointa le harpon vers une maison toute proche du troisième ancrage. A ce moment précis Caïn bénit le corps humain d'être capable de neutraliser la douleur et pria une seconde fois pour que son corps fonctionne encore un peu de temps.
Le Doc actionna la gâchette du lanceur. Le harpon partit à une vitesse presque irréelle, dépassant rapidement les bâtiments effondrer du secteur 7 avant de disparaître à travers la fumé. Il ne fallut pas beaucoup de temps avant que la corde ne s’arrête brusquement de se dérouler. Caïn resta sans bouger, la main toute proche du levier qu'il espérait être le système pour rembobiner la corde. Toute les possibilités  se bousculèrent dans sa tête et une seule permettait leurs survie.
Caïn baissa lentement le levier. Une bruit de gaz résonna pendant un instant interminable puis brusquement la corde se rembobina, tirant violemment Caïn et Emilie vers le haut. La douleur percuta le Doc qui hurla de douleur en sentant son bras s'étirer.
Les bâtiments effondrer passèrent rapidement autour d'eux tendit qu'il traversait successivement les nuage de cendre et de fumé, lorsque enfin Caïn vit ce sur quoi le harpon s'était enfoncé. Le Harpon était passer au travers d'une fenêtre ouverte d'un des bâtiments de garde, une très vieux bâtiments qui ne semblait tenir que par l'opération d'un quelconque esprit supérieur. Caïn espéra brusquement que l'esprit en question soit avec lui lorsque il se rendit compte que le mécanisme accrocher au Harpon ne s’arrêterait pas de lui-même et que la fenêtre n'était pas très grande.
Caïn ré-actionna le levier du mécanisme. La bobine se bloqua violemment mais ils ne perdirent pas pour autant leur vitesse, propulser par le reste d’énergie Caïn et Emilie traversèrent avec fracas la vitre ouverte.
Caïn cogna son épaule droite sur le montant et malgré l’appréhension du choc, il ne put retenir Emilie qui s’étala sur le sol de pierre nue, inconsciente.
Caïn roula sur le sol sur quelque mètre jusqu'à ce que la corde, toujours Harponner au plafond, le retienne de continuer, lui arrachant un crie de douleur lorsque son bras s’étira pour absorber sa vitesse.
Il se releva doucement, tentant d’atténuer la douleur en agitant son bras tut en cherchant du regard Emilie. Il n’eut pas beaucoup de difficulté a la trouver dans la minuscule pièce dans lequel ils étaient tomber.
Ils étaient a l'étage supérieur d'un vieux bâtiment de garde, probablement utilisé que en de très rare occasion car il ne semblait pas y avoir quoi que ce soit d'utilisable si ce n'est les fenêtre qui par miracle n'était pas briser. Le sol était fait de pierre nue et les mur était recouvert de ce qu'il semblait être une peinture beige mais écailler par endroit, rien dans cette pièce ne démontrait la présence d'un quelconque individu ce qui arrangeait bien Caïn.
Le Doc prit dans ses bras Emilie puis la déposa doucement contre un mur, observant avec attention si elle s'était blessé pendant l’atterrissage. Heureusement pour elle ce n'était pas le cas ce qui le rassura.
Caïn soupira, enfin tout semblait s’arranger et cela même si ses blessure le forcerait probablement a rester alité quelque jours. Cependant il était vivant et il s'agissait certainement de la meilleur nouvelle de sa journée.
Le Doc se rapprocha lentement du Harpon toujours solidement ancré dans le plafond de la salle, L'objet semblait s'être planté de plusieurs centimètre et ce malgré la distance à laquelle il avait été envoyé, prouvant que le mécanisme était plus que puissant. Cependant même enfoncé de cette manière il n'aurait pas du les porter sur une telle distance. Caïn saisit le la partie basse du Harpon tout en tirant pour le déloger, mais il ne sembla pas bouger d'un pouce. Pas vraiment découragé, Caïn serra des deux mains le manche du harpon et tira une nouvelle fois. Un Déclic ce produisit dans le harpon qui se dégagea brusquement à la grande surprise de Caïn qui tomba sur le sol, le harpon à la main.
Caïn éclata brusquement d'un rire nerveux tendit qu'il replaçait précautionneusement le harpon sur le mécanisme. Cette journée était probablement la pire qu'il est jamais vécue, sa clinique était détruite, ses amis était certainement mort dans le feu et tendit que lentement le secteur 7 se détachait du reste de la cité, il était assis sur de la pierre froide riant bruyamment. La situation semblait presque surréaliste à ses yeux.
Une voix raisonna au travers de la porte de la salle faisant rapidement revenir à la réalité Caïn. Il se releva et fixa la porte. Dans sa tête repassait tout les événements et il tentait de les rassemblait pour donner une justification valable à sa présence.
La voix se fit plus distinct tendit que des pas résonnait dans l'escalier qui menait vers la pièce. Il s'agissait d'un hommes appelant quelqu'un qui n'était ni Caïn, ni Émilie. Il surgit dans l'encadrement de la porte fixant l'intérieur la pièce avec attention. Son regards passait successivement d'Emilie a Caïn.
Le sourire de Caïn disparue quand il se rendit compte qu'il ne s'agissait ni d'un garde, ni même d'un citoyen lambda.
L'homme était habillé d'un uniforme de forme militaire mais dont la couleur était gris, gris anthracite pour être exacte. Une lame courbe était attaché a sa ceinture et un fusil pendait dans son dos. Cependant, contrairement au corps que Caïn avait déterré, il ne portait pas de mécanisme et il tenait dans sa main un revolver.
L'homme pointa son revolver vers Caïn.
"Assez intelligent pour se servir du grappin" murmura le soldat.
Caïn ne réagit pas, le canon était pointer vers lui et tous ce qu'il comprenait été qu'il allait probablement mourir dans la minute qui suivait, et malgré cela son cerveau semblait incapable de réagir d'une quelconque manière que ce soit.
Le soldat décala légèrement son revolver visant une cible derrière Caïn. Une détonation retentit, assourdissant presque Caïn qui sentit la balle le frôler sans le toucher. Il avait cependant pleinement conscience de qui la balle avait toucher. Le soldat décala une nouvelle fois son revolver, pointant de nouveaux Caïn.
"Qu'elle dommage, nous ne somme pas du même camp"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Mar 9 Juil - 4:24:42

Ce fut le bruit de son ComLink qui le sortit de ses rêveries, parmi tout le vacarme et le chaos qui l'entourais il réussit a sortir de sa torpeur et a saisir la petite oreillette pour pouvoir répondre à l'appelle.
- ERWAN ! C'est toi ? Erwan ?
- quoi, répondit il avec une voix cassé
- erwan, il faut que tu déclenche le larguage du secteur 7, Eddie et Max ce sont occupé des deux autres points d'ancrage il ne manque que toi
- vous etes malade... vous, on va tuer des centaines de personnes, il faut pas larguer le secteur 7.
erwan s'écarta lentement de la console de contrôle et regarda autour de lui, il commençais à rassembler ses idées et sa lucidité et à réfléchir à comment ne pas larguer le secteur 7
- si tu ne le fait pas je vais le faire, mais ça va être moins propre que si tu l'avais fait... Erwan ? Tu m'entends ? Erwan ?
Poser parterre , le ComLink émettait toujours, le jeune mécanisien, quant à lui était déja entrain de courir dans les dédales de couloirs redevenue à peut près stable.d'après lui il lui restait douze minutes avant que les réacteurs ne lâchent et laissent toute la cité tombée. Il courut le plus vite possible jusqu'aux limites du secteur 2 et regarda du conduit de maintenance l'immense plaque qui soutenait les habitations du secteur 7 ce tordre et ce plier retenue plus que par un seul point.
Il recula de quelques pas pour prendre de l'élan et sauta sur la plate forme en feu.
Il attérit de justesse dans un des tunnel de maintenance et tomba a travers le réseau de galerie, il ne s’arrêta que lorsqu'il heurta le mur d'un croisement. Son épaule heurta violemment la paroi ce qui fit  lacher un cri à Etrwan au moment de l'impact.
Il se releva tant bien que mal,ce tenant l'épaule qui d'après lui était fracturé, puis il entendit au loin le dernier ancrage lâcher.
Il y eu un temps infime ou tout s’arrêta, ou erwan se rendit comte de la situation, les objets s'élevèrent lentement du sol, il se sentit léger et tout s'accéléra a nouveau, la plate-forme chutait à la vitesse de  centaine de mètre par seconde.
Il rassembla ses force et se dirigea vers la console de maintenance la plus proche, tout les indicateurs étaient au rouge, cependant il actionna une commande d'urgence, d'après ces calcul il devrai l'actionner que quelques seconde avant l'impact, mais comment savoir son altitude. Erwan ferma les yeux et prit une grande inspiration, il pressa le bouton, un grand bruit ce fit entendre comme une explosion sourde, la plate forme perdit légèrement de la vitesse, commença a ralentir sa chute, puis dans un grand bruit heurta le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Mer 21 Aoû - 0:10:44

En se dirigeant vers le secteur 4, Jareck savait qu'il devrait passer prés du secteur 7, risquant de se faire emporter quand le 3ème point d'ancrage lâcherait. Parce qu'il allait lâcher, même si personne ne le décrochait, un seul point ne pouvait soutenir un secteur entier, surtout affaibli comme il l'était maintenant. Mais Jareck ne pensait à rien de cela, simplement à aller le plus rapidement possible vers le secteur 4 et les zones d'entrainement pour trouver un module de saut et ensuite... ensuite, il verrait ce qu'il pouvait faire avec ça et ses armes pour défendre sa cité.
Il se demandait si les canons de la guerre des 3 volantes étaient encore en état de marche, mais il y avait peu de chance, déjà dans sa jeunesse ce n'était plus qu'une histoire pour les enfants, alors maintenant, il ne devait plus rester que quelques tas de rouilles en train de pourrir dans un sabord oublié des dieux. Autant aller directement sur place pour les affronter, il avait plus de chance de faire quelque chose d'utile.

Il courrait, sautant de murs en biais en poutres brisées, allant aussi vite que la prudence le permettait.
Se faire une cheville maintenant serait la chose la plus stupide qui soit Jareck, alors fait gaffe où tu pose tes bottes, se répétait-il dans sa course, oubliant tout ce qui se passait autour de lui, ne cherchant que des traces d'alliés dans ce cauchemar.
Surtout il ne fallait pas penser aux centaines de personnes encore bloquées dans le secteur 7 et qui allaient bientôt tomber avec leur maison et leur famille. Jareck ne voyait aucun moyen d’empêcher ça, mais il ne savait pas non plus comment fonctionnait la cité, juste comment la défendre.

Au bout de quelques minutes de course, il passa enfin devant le point d'ancrage restant, qui grinçait tout ce qu'il pouvait, et semblait sur le point de lâcher. Mais personne n'avait encore activé la commande d'urgence, aussi avait-il une chance de passer sans encombre à coté pour rejoindre son objectif. Il arriva devant une ancienne caserne, et, en passant devant saisi un mouvement du coin de l’œil... Un fusil, il venait de voir entrer un soldat avec un fusil en bandoulière, il en était sur et certain !
Un collègue, enfin, je vais avoir des nouvelles du reste de la cité et savoir vers où on se déploie pour éliminer ces salauds ! Enfin une bonne nouvelle pensa-t-il en s’arrêtant pour suivre le soldat dans la caserne.
A peine fut-il entré dans la caserne qu'il sentit que quelque chose clochait, il entendit une voix, mais sans la reconnaître, et sans bien comprendre ce qu'elle disait. Il s'approcha prudemment de la porte quand soudain un coup de feu claqua juste de l'autre coté, à moins d'un mètre de lui.
Ils sont déjà là, et ils se battent ! Vite !
Sortant son couteau de combat, Jareck jeta un œil de l'autre coté de la porte, s'attendant à bien des choses sauf ce qu'il allait y voir. Le vieux docteur, Cain, celui qui avait crisé durant la réunion pour le voyage vers Tasténie, celui qui, dans une autre vie, avait claqué la porte en vociférant, se trouvait à la merci d'un soldat tout sauf connu. Jareck ne reconnut pas l'uniforme, mais sut en une seconde qu'il s'agissait de son ennemi, de ceux qui venaient de précipiter vers la mort des centaines de ses compatriotes.
"Qu'elle dommage, nous ne somme pas du même camp" commença l'autre en voulant presser sa détente. Mais il n'en eut pas le temps... Hurlant, Jareck lui sauta sur le  dos, et le poignarda sauvagement en pleine poitrine. L'autre, ne comprenant pas ce qui lui arrivait, se débattit instinctivement, tentant de projeter Jareck vers la fenêtre de la caserne.
Les deux hommes s'empoignèrent avec violence, Jareck profitant de sa position dans le dos pour planter encore et encore son couteau de combat dans la poitrine et les bras de son adversaire, et l'autre l’entraînant vers la fenêtre pour essayer de l'y jeter.
Finalement, le soldat étranger et Jareck arrivèrent contre le mur, et, dans un dernier effort, l'étranger attrapa le bras de Jareck pour le précipiter par la fenêtre. Puis il s'écroula contre le mur, perdant son sang par de multiples blessures sous les yeux éberlué de Cain, qui venait de voir disparaître son sauveur par la fenêtre, avant même d'avoir compris ce qui se passait. Laissant le soldat là où il était tombé, Cain se rua sur Emilie...

Jareck, lui, passa par la fenêtre dans un élan de joie, celle de la victoire qu'il pensait acquise. Il lui fallut encore quelques secondes pour comprendre qu'il venait de perdre lui aussi, juste avant de heurter un mur en ruine du secteur 7 dans un grand flash de douleur. Il tenta de se relever, tendant une main ensanglantée vers la caserne et la sécurité.
Et voici qu'il se relevait tout seul, s'envolant vers le ciel dans un immense fracas et un bruit de fin du monde et d'acier tordu. Il ne compris que trop tard que le point d'ancrage venait de lacher, et qu'il tombait lui aussi vers les ténèbres du bas du monde.
J'aurais du couper par le marché pour atteindre les modules de saut, maintenant au moins j'en aurais un pour remonter sur la station se dit-il dans un dernier soupir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Exode   Dim 29 Sep - 0:40:06

Max était une jeune femme, d'une trentaine d'années, elle était en charge de la gestion du système de propulsion dans le secteur 4. elle avais travaillée 10 ans pour maintenir cette cité en l'air, et maintenant alors que le secteur 7 venais de s'écraser 30000 mètres plus bas, elle doutait de l'utilité de ces années de service.
« - Max, c'est Eddie je viens d'avoir le centrale et …
- Quoi ? C'est quoi la prochaine mauvaise nouvelle ? Faut encore larguer un secteur ?
- Non, d'après les derniers relevés, Erwan aurait été sur le secteur 7 quand il est tombé.
- Quoi ?! » max arrêta ce qu'elle était entrain de faire et releva un visage a la fois attristé et plein de haine.
« - pourquoi ?... qu'es qu'il foutait dessus ?
- j'en sais rien, je sais juste qu'il fait partie des 127 coordonnées GPS qui se trouvaient sur la plate-forme quand elle est tombé.
- Et merde, pourquoi y serait il allé alors qu'il savait que le secteur était foutu ? Eddie il faut que je vérifie un truc je te recontacte »
Max coupa la conversation et se dirigea vers le panneau de commande principale. Après quelques recherches elle vérifia l'historique de consultation avant que Erwan face le grand saut. Plus haut des bruits de bataille commencèrent a ce faire entendre, la cité se fit secouer par plusieurs tire de canon, provenant de l'autre cité, ce qui perturba la jeune femme dans ses investigations.
Max finit par comprendre, quand une alerte s'afficha sur le panneau de contrôle qui la tira momentanément de ses recherches pour s'occuper d'un problème plus urgent.
« -Eddie tu es là ?
-...
- Eddie ?! Et merde ! Centre de contrôle ici technicien 1.5.2. vous me recevez ?
- Ici centre de contrôle, qu'es que je peut faire pour toi Max ?
- Tu peux de nouveau surcharger tout les moteurs, il devrait tenir 8 minutes si mes calculs sont exactes, ça nous fera prendre de la hauteur et on pourra s'éloigner de la cité ennemi.
- C'est pas a moi d'en décider, mais je transmet l'idée, autre chose ?
- Non, terminé. »
la technicienne ce replongea dans ses recherches et tomba sur les derniers comptes rendus consultés par Erwan.
« nom de … pourquoi il ne nous l'a pas dit ce con ! »
Elle prit son matériel posé sur le coin de la porte et sortit de la salle de maintenance en courant, il fallait qu'elle active une balise et vite, avant que la cité ne s'éloigne.
Elle traversa quelques couloirs, longeant des tuyaux fuyants ou détruits par les derniers événements. Et arriva a la zone d’envoi des sondes, fit trois pas dans le hangars avant de s'apercevoir que les soldats de l'autre cité avaient déjà prit possession de l'endroit. Elle tenta de reculer de quelques pas mais un garde était déjà entrain de la braquer avec son arme. Devant le danger elle s’arrêta net et leva lentement les mains.
Soudain, une douleur rapide et aigu derrière la nuque la fit perdre connaissance. les dernières images qu'elle vit furent le garde qui venais de la frapper par derrière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exode   

Revenir en haut Aller en bas
 
Exode
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au coin du Feu... :: Rapprochez-vous du Feu... :: La Table des Mondes-
Sauter vers: