Au coin du Feu...

Echanger des histoires au coin du feu, et faire vivre d'autres mondes par la magie des mots...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Seneshena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Seneshena   Mar 12 Juin - 23:24:38

Elle s’avança doucement jusqu’à sa chaise, où elle put enfin s’assoir. Il était vrai que cela faisait bien un bout de temps qu’elle n’avait pas put s’assoir tranquillement sur cette chaise. Cette chaise d’un beau bois massif, il avait été taillé d’une pièce, une œuvre magnifique ; s’alliant parfaitement avec le bureau mis devant, remplit de lettres, d’ordonnances, de conseils,…

La pièce était vaste, assez pour qu’une dizaine de personnes puissent y rentrer sans être trop serré. Mais pour l’instant, elle y était seule. En regardant autour elle, elle se dit que cette pièce était sublime, style victorien mais paraissant assez humble. Cette pièce faisait partie d’un tous. D’une série d’autres pièces aussi resplendissante les unes des autres. En tout 18 pièces. Pour une jolie maison, c’était une belle demeure. Elle avait hérité de son père, mort dans un terrible accident de bateau. Un terrible accident, personne n’a jamais compris ce qui s’était passé, sauf une : sa chère et tendre fille.

Elle avait toujours écouté son père. Grâce à ses conseils, elle avait réussi à monter très haut dans la hiérarchie, réussi à devenir indispensable pour certaines personnes assez importantes. Mais il lui manquait une chose, une toute petite chose qui pourrait tout faire tomber.

C’est un coup à la porte qui la sortie de ses rêveries. La personne qui fut autoriser à rentrer était l’une des rares auxquelles elle avait accordé sa confiance.
-J’ai réussi à faire en sorte que vous soyez invité chez Islendir.
-Bien bien. Voilà déjà une chose de faite. Avez-vous réglé le petit problème concernant notre cher ami ? Dit-elle en prenant une des lettres présentes sur son bureau.
-Ne vous inquiétez par pour lui, il ne devrait pas tarder à être tué par une personne inconnu et introuvable. Pour l’instant tout se passe comme prévu. Le professeur a peut-être trouvé une partie de la solution.
-Bien bien.

Une autre sonnerie retentit. Et une autre personne rentra. Ce qui provoqua la fin de la discussion.
-Monsieur Islendir souhaiterait humblement vous inviter à prendre le diner avec lui ce soir. Annonça le majordome en déposant la lettre sur le bureau.
-Répondez-lui que j’arriverais vers 19h.

Elle se leva et alla se préparer pour sa soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Ven 15 Juin - 12:00:53

Dans un cadre bien différent, quelque part dans la cave d’une maison en ruine, grossièrement installé dans un vieux fauteuil recouvert d’un drap noir, était assis un homme aux cheveux noirs et courts, ses yeux rouges fixaient un autre homme dans la salle, plus petit, plus bedonnant, qui semblait extrêmement mal à l’aise.
La pièce en plus d’être lugubre, était faiblement éclairée, et le peu de reflet que projetait la seul torche contre le mur, faisait ressortir les yeux inhumains de l’homme assis.
-je t’écoute, commença-t-il en se levant de son siège, qu’es ce que son altesse me veut cette fois ?
-eh bien, Mr DE FIRGERA, demande à la lame noir d’honorer sa dette…
-J’ai déjà honoré ma dette, coupa l’assassin en se rapprochant du petit homme, j’espère que tu as autre chose.
Des gouttes de sueur commencèrent a perler sur le front de l’émissaire, qui tout doucement commençait à reculer.
-Eh bien, certes, vous avez tué vos cibles, mais d’après nos sources, il y’avait un témoin, et vous l’avez laissé vivre.
-c’était mon choix, le contrat stipulait deux morts, maintenant, soit tu alignes l’argent et on négocie un nouveau contrat, soit tu décampes et rapidement.
L’homme aux cheveux noir commençait doucement à s’énerver, et dégaina lentement une petite lame légèrement courbée, d’un fourreau caché, sous son manteau, dans son dos. A la vue de la lame, l’émissaire devint très pale et commença à reculer de plus en plus vite en direction de la sortie. Quand il arriva à l’entrée, il regarda une dernière fois son interlocuteur dans ses yeux rougeoyants.
-vous aurez des nouvelles du prince, dit-il en bafouillant.
Puis il se retourna et sortit à la hâte.
Une fois seul, l’assassin se laissa retombé dans son fauteuil, posa sur le bureau sa lame et regarda distraitement le plafond, alors que la torche s’éteignit tout doucement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Jeu 19 Juil - 11:53:28

Un vieux fauteuil défoncé, posé de guingois sur ses trois pieds, trônait en plein centre de la pièce. Pièce était d'ailleurs un bien grand mot pour une cave nue et humide, avec pour seule porte un rideau miteux et un petit soupirail ouvrant sur la rue en guise de fenêtre.
Sur un coté, une vieille table, couverte de liasses de papiers en désordre.

Et sur le fauteuil, son trône comme il aimait à le nommer, un homme, tête nue et hirsute, habillé d'une vieille blouse blanche tachée, et qui regardait intensément en direction du soupirail.
Oui, oui, il était là, de l'autre coté de la grille, je l'ai vu, oui vu, de mes yeux rouge ! Non, ses yeux rouge, oui, ses propres yeux, pas les miens, bleus les miens ! Mais il m'a vu? Oui? Non! il n'a rien pu voir, les protections sont trop puissantes ! Mais elles ne sont plus alimentées, oui, elles ne sont plus... Il m'a vu alors ! Rouge, oui, rouge comme le colorant pour le nouveau métal. Non vert, le nouvel alliage, mais impropre ! Alors rouge? Ouiiiiii !

Et de se lever précipitamment la table pour commencer à griffonner des formules, hachurant, barrant et écrivant à toute allure.
Finalement, un rire hystérique s'éleva dans la cave, un rire triomphant et victorieux, qui s'échappa par la grille du soupirail vers l'air libre et nuageux de l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Dim 26 Aoû - 16:51:09

Pendant que la calèche roulait, elle regardait le paysage. Le crépuscule commençait doucement à tomber. Malgré l'obscure, elle pouvait voir ses arbres tout alignés parfaitement avec la route, ils avaient mis longtemps pour arriver à cette hauteur, mais maintenant c'était magnifique.
La calèche avança tranquillement dans les rues de la ville, seulement les plus sûr ; son trajet était extrêmement précis. Elle ne voulait pas tout perdre suite à la visite impromptu d'une personne avec des désirs malveillants. Et elle ne savait que trop que c'était tout à fait possible. Mais heureusement pour elle, un très cher ami faisait en sorte que cette route soit sécurisée.
En y réfléchissant, leur rencontre avait été, comment dire, particulière. Elle en souriait encore.

C'était il y a bien, six ou sept ans. Elle était encore assez jeune et son père venait de disparaitre. Elle se promenait tranquillement avec un de ses amis dans les somptueux jardins de la ville. Tout le monde y a accès. Pendant qu'ils discutaient de la nouvelle politique de l’administrateur, une étrange personne est venu à leur rencontre. Au premier abord, elle n'avait pas l'air dangereuse. Mais rapidement, elle leur fit comprendre ce qu'elle voulait : de l'agent. Voyant son ami tout donné à la personne, elle elle refusa de donner quoi que ce soit. Voyant son refus, le personne malveillante la bouscula par terre avant de tendre son couteau sur elle. Mais elle ne visa pas le cœur, mais l'épaule. Puis la silhouette se releva et ordonna à l'ami d'aller chercher du secoure. Ne comprenant rien, son ami alla voir immédiatement les personnes les plus proches. La silhouette prit le temps de se pencher vers la jeune fille en lui glissant ces quelques mots à l'oreille :
"Vous n'êtes pas assez protégé, si vous avez besoin d'aide je suis là." Puis la silhouette disparut en courant. Il y avait dans son regard quelque chose de particulier.
Elle fut immédiatement emmené chez un médecin. La cicatrice n'avait jamais vraiment guérit.

Quelqu'un sonna à sa porte, ce qui la sorti de ses rêveries.

Son serviteur l'avertit qu'elle était arrivé chez Islendir. Puis lui glissa à l'oreille qu'il y avait un soucis avec la dernière cible. Elle se retourna et glissa une bourse "pour terminer le travail et vite". Elle en avait marre des incompétents, heureusement que cet assassin était doué, sinon .....
Elle entra dans la demeure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Sam 13 Oct - 13:39:28

Perché sur un bord de toiture d'une majestueuse villa, l'assassin observais de ses yeux rouge l'arrivé de la calèche dans l'immense cours.
Derrière lui a quelques mètres gisait sur les tuiles le cadavre du garde qui surveillais les hauteur quelques secondes auparavant.
Trouver la trace de son mystérieux commanditaire n'avais pas été très difficile. Il lui avais suffit de suivre cet abruti de petit gros jusqu'à se soi disant Mr De Firgera, pour se rendre compte que sa cible était beaucoup plus efféminée et gracieuse.
Il resta quelques secondes a observé le va et viens, puis entreprit de s'infiltrer discrètement dans la bâtisse pour rejoindre sa nouvelle amie.
Il commença par enfiler l'uniforme du garde, et s'introduit discrètement dans la maison par le soupirail le plus proche.
Il atterrit dans un couloir désert, qui menait apparemment aux chambres des domestiques. Il vérifia que personne ne se trouvait dans les parages et sans traîner, fila vers les salle de réception plus bas, dans l'aile est du manoir.
Il esquiva facilement les quelques gardes, et passa inaperçu au yeux des domestiques, il eu juste quelques petites difficulté quand il reconnu le petit rondouillard qui lui barrais la voie entre lui et sa destination.
Il attendit donc devant une quelconque porte, en prétextant qu'il la gardait, que son petit et gros ennuie aille en cuisine s’empiffrer, ce qui ne tarda pas.
Ce fut au moment où, la voie dégagé, il reprit son chemin, qu'une jeune domestique au long cheveux noir habillé d'une simple robe bleu, s’arrêta devant lui.
-bonjours, désolée de vous déranger, mais le garde là bas m'a demandé de vous dire que vous n’êtes pas la bienvenue et que si vous ne partez pas tout de suite, il s’occuperait personnellement de vous.
L'assassin eu un petit mouvement de recul et tourna son regard rapidement vers le garde que lui indiquer la jeune servante.
Il regarda l'homme une fraction de seconde, ce qui faillit lui coûter la vie.
La jeune femme avais dégainé une dague et tenta, en s'approchant très près de lui, de la lui enfoncer entre les côtes au niveau du cœur. Heureusement, pour lui, il réussit a bloquer le bras de son agresseur, et tout en bloquant le deuxièmes bras dans son dos, il se colla contre elle, l'embrassa pour ne pas trop attiré l'attention des gardes autours et se jeta sur la porte la plus proche.
Prit par surprise, la tueuse se retrouva bloqué, et avant même de comprendre ce qu'il se passait, elle se retrouva renversé sur le plancher d'une salle voisine que l'assassin venais d'ouvrir a la volé.
Son arme fut habilement récupérer par son adversaire et alors qu'elle était encore par terre, elle cracha tout ce que ce baiser volé lui avais coûté.
Quand a l'assassin il se releva adroitement,ses yeux était devenue rouge sang, et alors qu'il regardait dans qu'elle pièce il avait atterri, il remarqua les yeux d'une femme qui le regarda avec plus de curiosité que de peur.
Au moins, il n'aurais plus a courir ou être discret pour trouver sa cible maintenant qu'elle se trouvais devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Lun 29 Oct - 16:16:19

Il marchait tranquillement dans la bâtisse, grande maison de belle facture mais surtout rempli de garde. Son travaille l’avait amenée à se retrouver chez un de ses hommes qui aime leur sécurité, un peu trop d’ailleurs, heureusement il ne rechignait pas vraiment quand il s’agissait de Madame. Sécurisé une rue, passe encore mais une maison, cela devenait très complexe d’autant plus que les gardes et domestique le regardait avec horreur, chose qui ne l’étonnait pas bien plus d’ailleurs. L’étrange mécanisme de pierre et de veine bleue qui semblait recouvrir ses yeux n’était pas une chose facile a voir, ni le bras de même facture qui ressortait de sa manche droite.
Il était le meilleur parmi les meilleurs pour protéger quelqu’un, mais peu de gens le savait et il préférait choisir ses clients avec précision, et de manières assez originales. En soi, il n’avait pas été très difficile d’infiltrer trois de ses agent dans le manoir en prévision de la visite, ni de remarquer l’étrange et non moins suspect garde qui se baladais l’air de rien. Mais il pouvait reconnaitre son étonnante capacité de discrétion, et l’impressionnante incapacité des gardes à le remarquer.
Il attrapa la manche d’une des domestiques, plutôt d’un de ses agents.
« Le garde en bas, vérifie sa réaction, si positif tue le » lui chuchota t’il dans l’oreille.
Il observa son agent et le garde de loin, s’il avançait il se ferait très vite repérer vu à tête. La scène fut rapide et il fut surpris de voir que le suspect, en plus d’être réactif, arrivait à mettre en échec ses meilleurs agents. Il acquiesça et sauta pour se diriger ver la porte ou venait d’entrer les deux combattants. Un grand coup de pieds dans la porte suffit a l’ouvrir et crée par la même occasion une belle entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Sam 3 Nov - 16:08:43

La cave n'était plus qu'un foulli informe de tables, bureaux et autres surfaces de travail. Partout, posés dans le plus grand désordre, les tables ne permettaient que difficilement de passer. A leur tour, ces bureaux étaient recouvert de papiers, alambic et autres machines à l'usage mystérieux.
L'homme, toujours aussi mal habillé, était penché sur une minuscule fiole, la tenant entre ses mains comme un trésor.
Enfin, les protections seront parfaitement alimentées avec ce composé! Les yeux rouges ne pourront plus me voir, et je le retrouverais, je saurais pourquoi il était là.
Peut-être en parlant avec les gens qui étaient là l'autre fois quand je l'ai vu! Non! Ils sont morts, je l'ait vu leur faire du mal. Mais non, il ne leur voulait rien, ce n'était que moi la cible, je suis sur qu'il en voulait à mes boucliers, et qu'il l'aurait donné à l'Ombre pour qu'elle renaisse et nous détruise tous. Non, il ne me savait pas là, il n'en voulait qu'à ceux qui sont morts! Oui!


Glissant la fiole dans une poche de sa blouse, il sorti précipitamment de sa cave, pour se perdre dans les rues, au hasard des directions. Il ne voulait plus que fuir, fuir cet avenir sans protection. Il devait absolument alimenter ses protections avant que l'homme aux yeux rouges ne le retrouve pour le tuer.
Il avança comme cela durant plusieurs minutes, sortant du quartier miteux où il avait installé son laboratoire pour entrer dans les quartiers populaires et les marchés de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Dim 4 Nov - 19:40:37

Elle fut reçu par Islendir lui-même, apparemment extrêmement ravi qu’elle ait répondu favorablement à sa demande. Peut-être souhait-il un mariage ? Elle sourit à cette idée.
Islendir l’amena dans un petit salon, « pour les réceptions de personnes importante » selon lui. Ils commencèrent à discuter de tous et rien, mais surtout des nouvelles concernent le nouveau dirigeant. Voilà pourquoi elle venait, ce jeune homme était très proche des très hautes sphères. Islendir voulait lui parler pour savoir si elle souhaitait venir avec lui à un bal annoncé pour le mois prochain. Ses yeux pétillaient tellement qu’elle ne put refuser.

Alors qu’elle se levait pour aller se servir un verre, un … garde selon sa tenu apparut en défonçant la porte. Il vint ensuite une serveuse enragé apparaître, mais se calmer immédiatement dés qu’elle vit qui était dans cette pièce. D’autres gardes entrèrent à sa suite pour se mettre en le « garde » et elle. La serveuse annonça :
« Cette homme est dans la propriété sans en avoir été invité. »

Islendir ordonna de savoir qui était cette personne. Le « garde » ne regardait qu’elle, il prit la parole en lui demandant une rencontre pour affaire, et rajoutait qu’il avait un ami commun, un certain Mr Fragnon.
Bien sur qu’elle le connaissait…. Le « garde » ne lui laissa pas répondre, il disparut purement et simplement dans un nuage de fumé.
Islendir fit donc quémander Mr Fragnon pour avoir une réponse.

Mr Fragnon arriva avec l’expression de quelqu’un allant à l’abattoir. Vu qu’elle n’était la maîtresse de maison, elle laissa faire son cher ami. Après une vite description, Mr Fragnon pâlit encore un peu mais ne dit rien. Il se contenta de baragouiner un truc et de baisser la tête.
Islendir insista avec plus d’autorité.
La seul réponse compréhensible fut : « La personne chargé de s’occuper de votre petite affaires, Mademoiselle. » Il releva la tête et la regarda.
Elle ne dit rien, mais son regard exprimait clairement qu’il avait fait une erreur et qu’il allait en payer le prix fort, et pas seulement en or.
« Emmener notre cher bon monsieur chez moi. Pour ce qui est du reste, je vous prie mon cher Islendir de bien vouloir m’excuser car apparemment cette interruption est de ma faute…
-Ne vous inquiétez pas ma cher, si mes gardes sont incapables de nous protéger, ce n’est pas votre faute. Dit-il avec un sourire. Venons, passons à tables. J’ai le meilleur des cuisiniers pour nous servir.
Il la prit par le main et l’emmena vers la salle à manger.

Elle ne rentra chez elle que tard le soir. Mr Fagnon se trouvait dans l’une des salles au sous-sol et quand il l’a vit entrer, il compris qu’il ne passerait pas la nuit et qu’elle serait très longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Ven 9 Nov - 15:40:49

Il réapparut dans une petite ruelle, dans le même nuage de fumé qui l’avait fait disparaitre.
La ruelle, étroite et sombre, était déserte, il n’y avait que quelques poubelles et un chat errant qui bizarrement fixaient le nouvel arrivant avec un regard étonné.
L’assassin ce releva douloureusement, une main sur l’arrière du crâne et l’autre proche de son couteau. Il attendit quelques seconde en sondant de ses yeux rouges les alentours, mais à part le félin qui continuais a le regardé, il n’y avait pas âmes qui vivent.
Il chassa l’animal d’un revers de la main, et commença tout doucement à regagner une rue adjacente. Son crane lui faisait extrêmement mal, il savait que l’utilisation des implants, était encore dangereux, mais même si il avait réussi à rester calme, au moment de la rencontre avec son client, intérieurement il était beaucoup moins serein. Et l’utilisation de ses implants était devenue pour lui la seule solution pour s’en tirer sans trop de casse. En tout cas maintenant il faudrait des semaines de méditation pour pouvoir à nouveau s’en servir.
Il marcha jusqu’à sa nouvelle planque, l’air pensif, ne faisant pas attention aux gens qu’il croisait, ni à leur regard intrigué quand il voyait l’uniforme qu’il portait.
Il esquiva tout de même une manifestation, qui prônait la libération du continent par les conseils. Les conseillers n’était pas bien vu et encore moins les sous fifres qui les servaient, donc avec un accoutrement pareil mieux valait quand même éviter d’attirer trop l’attention.
Il arriva une heure plus tard, toujours perdu dans ses pensées, il revoyait l’étrange garde qui était entré en dernier.
Ses yeux capables de voir chaque flux d’énergie d’une personne, lui avais révéler que le bras droit de l’inconnu était parcouru de dix, voir cent fois plus de flux qu’un être humain, ce qui était beaucoup trop à décoder pour pouvoir prédire ses geste.
Il s’assit dans son grand fauteuil, ferma les yeux comme pour dormir, puis les rouvrit instantanément, son regard devenue rouge sang, fixant le mur face à lui. L’aire totalement absent, comme plongé dans une transe profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Dim 11 Nov - 3:37:28

La rencontre avait été courte, en tout cas pour lui. En voyant Islendir présent dans la pièce, il avait préféré sortir rapidement plutôt que de risquer de se faire repérer par le maître de maison. Islendir possédait des implants de blocage qui lui empêche d'être sujet à des illusions, chose parfaitement normale pour un dignitaire de haut rang telle que lui, mais c'est ce genre d'implant qui le rendais visible ou plutôt « remarquable », la plupart des gardes et autres serviteurs avait déjà oublier son passage mais se faire voir dans la maison d'une personne aussi proche du conseil était une erreur à ne surtout pas faire.
Il attendit le temps que la situations s'arrange, cacher juste au coin du la porte, de toute façon personne ne le remarquai. A sa grande surprise, l'étrange garde disparue dans un nuage de fumé. Il connaissait parfaitement se genre d'implant mais peut de gens possédait la compétence de pouvoir l'utiliser, en faite il connaissait tout les implants possible et le moyen de les remarquer sur n'importe qui, mais alors pourquoi ne l'avait-il pas remarquer sur cette homme ?
Son agent sortit lentement de la salle accompagné des quelques autres gardes à être entrée, il en profita pour lui attraper le bras au passage.
« Performance médiocre Judith » chuchota t-il « heureusement qu'il ne souhaitait pas attaquer notre client, sinon je ne donnais pas chère de notre contrat »
Il l'attira dans les couloirs du personnel, trouvant rapidement avec l'aide de ses yeux l'extracteur personnel d'Islendir, aucun des gardes ne remarqua sa présence et il put descendre dans le local à flux sans aucun problème.
Il s’arrêta brutalement pour admirer l'explosion de couleur qui dansait devant ses yeux, ou plutôt ce qui les remplaçait.
« Excuser moi maître Calith, mais l'homme n'était pas un simple assassin, je ne suis pas sur qu'un autre de mes compère ait put l’arrêter »
Calith, puisque c'est ainsi qu'on l'appelait, se retourna pour fixer de ses yeux de pierre et de flux son élève.
« Et alors ? Même si l’ennemie est plus fort, même si il est plus agile, notre travaille est de protéger nos client, il n'est pas question de le voir mourir. »
Il se retourna de nouveau en direction de l’extracteur et tendit son bras, dévoilant l'étrange mécanisme de flux, un amas de cube de pierre chargée qui se maintenait ensemble par la force de l'énergie qui avait crée ce monde. L'amas vibra et les cubes se séparèrent les uns des autres, tourbillonnant comme un essaim d'abeille à la recherche d'une fuite dans l'extracteur. Même si son mécanisme était merveilleux, il nécessitait énormément de flux pour fonctionner, flux qu'il n’hésitait pas vraiment à pompé des extracteurs des gens du conseils, après tout ils en avait à revendre. Le flux se dégagea lentement a travers la minuscule fissure et alla s'infiltrer dans les blocs chargée.
Calith ne remarqua pas tout de suite le visage très déçue de Judith, mais sa mine légèrement boudeuse lui mit vite la puce à l'oreille.
« Vous avez l'intention de me renvoyer dans le camps d'entraînement c'est ça ? » demanda t-elle.
Calith soupira, il savait qu'elle détestait cette endroit surtout a cause de sa conditions de seul fille parmi les autres élèves.
« Non, bien sur que non » répondit t-il « Tu vas juste être écarter quelque jour des missions active, le temps de te reposer un peu ».
Il tenta de prendre le ton le plus doux possible, il l'aimait bien et comme beaucoup de ses agent il n'aimait pas vraiment lui faire de la peine.
« Une fois que tu sera arriver à la maison, je veux que tu demande a Kirk de trouver tout les implants de disparition qui ont été installé dans les dix dernière années »
les cubes s’alignèrent pour former deux barre vertical, dessinant plus ou moins la forme d'une porte, que Judith passa sans aucune hésitation disparaissant rapidement du manoir dans lequel ils se trouvaient.
Il ne restait a Calith plus qu'un seul chose a faire, retrouver la trace de l'homme qui lui avait échappée. Les cubes reprirent rapidement la forme du bras, s'accrochant au moignon de coude qui restait a Calith.
Cette fois il ne lui échappera pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Mer 14 Nov - 11:39:04

Le matin arriva rapidement, elle n’eue pas le temps de s’occuper de tout, à un moment donné le corps doit bien se reposer. Mais elle détestait ça, dormir étaient une perte de temps.
Son chef de la garde arriva assez rapidement, et se rendit compte qu’elle était de mauvaise humeur, il fallait donc pas trop la froisser.
La première chose réclamer fut les informations sur cette assassin engager. Mr Fagnon avait commis une grave erreur qui lui avait coûter la vie, mais aussi elle avait perdu une partie de son contrôle sur ce qui se passe. Mais une chose était sur, elle devait avoir des informations avant que cet assassin se présente chez elle. Mais elle savait qu’une personne avec de telle yeux étaient rare, très rare, une capacité génétique extrêmement particulière. Il paraîtrait même que certaines personnes étaient arriver à se faire greffer des yeux rouges, mais ce n’était qu’une rumeur urbaine.
Mr Fagnon avait bien choisit, mais il avait oublié le caractère non maîtrisable des ces personnes.

Elle passa ensuite à la question suivante :
- Ou en est mon projet ?
- Il avance, mais il y a un petit problème… il mit quelques seconde avant de parler, il avait peur de sa réaction, même s’il savait qu’elle ne lui ferait jamais du mal. Eh, bien le professeur est partit et nous avons du mal à le retrouver. Le traceur placé sur lui semble ne pas fonctionner.
- Quoi ? Comment il a disparut ? Je vous avais dit de le surveiller. Elle avait commencé à monter le ton. Je vous avais dit j’avais besoin de cette chose. Comment faire, si même mes hommes sont incapables de faire les choses correctement.

Il recula de quelques pas, il savait que si elle ne se calmait pas, la pièce où il se trouvait pouvait disparaître sous peu.

- Pourquoi il faut toujours tout que je fasse les choses par moi-même ? Vous vous croyez plus malin que moi, c’est ça ? Je vous avais dit que …
- Mademoiselle ! Calmez-vous, nous allons le retrouver, j’ai envoyer mes meilleurs hommes.

Elle s’était retourner sur lui, ses yeux avaient légèrement changer de couleurs. On ne le remarquait que si on savait.
- Vous savez que j’en ai besoin. Son ton avait diminuer, mais il restait une pointe de colère dans sa voix. Je vais faire un tour. Prévenez Calith.

Elle sortit sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit.
Tout ce passait bien. Tout se passait bien. Elle essayait de rassurer avec cette phrase. Elle savait qu’elle avait Islendir avec elle, qu’il pouvait tous faire pour elle.
Petit à petit, elle reprit con calme et redevient pour tout le monde une personne tout à fait ordinaire. Elle avait eue du mal à apprendre à faire disparaître cette capacité aux yeux de tous. Mais au moins personne ne devinerait jamais ce qu’elle voulait faire.

Elle ne rentra chez elle que dans l’après-midi, elle avait encore du travail à faire. C’est en rentrant dans sa chambre qu’elle croisa une personne attendu que plus tard, une personne aux yeux rouges.
Ils se regardèrent pendant quelques instants. Puis elle déclara :
- Vous souhaitiez me voir ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Jeu 15 Nov - 17:45:02

L’assassin se redressa dans le fauteuil sur lequel il avait pris place. La chambre était éclairé par un grand lustre au centre de la pièce que venais d’allumer son hôte dévoilant des murs recouvert d’une tapisserie aux arabesques colorés et arrondies et un immense lit à baldaquin recouvert de drap de couleur sobre. La femme se tourna vers lui, peu surprit de sa présence et tout en posant les quelques affaires qu’elle avait dans ses mains sur le bureau, elle prit la parole.
« -vous vouliez me voir ? »
L’assassin ce leva et se dirigea lentement vers une commode collé contre le mur pour en sortir une bouteille carré contenant un liquide ambré, deux verre et un gant recouvert partiellement de métal avec sur le dessus, une pierre bleuté.
« - si vous chercher votre gant, il n’est pas dans votre bureau, de plus toute manipulation de flux ne fonctionnera pas sur moi, au cas où vous auriez des idées en tête. Un verre ?
-volontiers, répondit la jeune femme en rangea certain des documents qu’elle avait avec elle dans un tiroir du bureau, je vous écoute.
L’assassin remplit deux verres et tout en se tournant vers son interlocuteur, reprit la parole.
- Je ne comprends pas ce qui peut pousser une femme telle que vous a me faire tuer deux hommes à elle, et à vouloir que je tue ensuite le professeur avec lequel elle travail.
Le visage de la femme devint plus sérieux, et les ride de son front se dessinèrent légèrement comme pour faire comprendre à l’assassin qu’il avait toute son attention.
- A votre tête, continua-t-il, après un cours silence, ce n’est pas vous mon commanditaire, mais c’est vos sous qui m’ont payé. Ou bien vous essayer de me tester, et si c’est le cas je me demande dans quel but. »
Il tendit un verre qui fut accepté par son hôtesse, et après un léger instant de réflexion, fut posé sur le bureau sans avoir été bu. L’assassin, quant à lui, bu une grande gorgé du breuvage et reposa le verre sur la commode avec un sourire d’appréciation.
« - eh bien, excellent ce wiski, je devrais venir vous rendre visite plus souvent. »
La jeune femme regarda le petit manège sans dire un mot, on entendit au loin, un chien aboyer puis, un silence s’installa entre les deux protagonistes. Ce fut au moment où elle ouvrit les lèvres pour parler que la détonation eu lieu, à quelques mètres de l’assassin le mur contenant la fenêtre vola en éclat ne laissant qu’un trou béant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Jeu 15 Nov - 23:42:18

Son travail était tout pour lui, le moindre de ses élèves avait reçue son attention et par son dévouement il honorait son maître désormais disparue. Mais même avec un tableau aussi beau, il pouvait y avoir des moments peu agréable ou même vraiment énervant, comme quand un de vos clients vous demande de « nettoyer » une rue dans les 5 prochaine minutes parce qu’elle décide de faire une ballade.
Le voila désormais au milieu de la rue, un cube appartenant à son bras dans la main, écoutant attentivement la moindre parole, le moindre mot de ses agents sur la situation. Agent qu’il avait dépêché en urgence pour l’occasion, et pour un caprice aussi.
« Maitre, nous avons trois mendiant dans la rue, qu’elles sont les ordres a leur propos ? » demanda l’un de ses agents
Des mendiant, bien sur qu’il y en avait d’une rue aussi mal famé, mais son métiers était de faire croire que cette immondice de couloir de pierre était une rue entretenu.
« Enlever les de la rue, jeter les dans le fleuve ou tuer les ça ne m’importe peu, je ne veux pas que madame les voit » répondit-il
« A vos ordre »
Calith soupira, c’était son métier mais il aurait préférer tomber sur moins capricieux, si il avait su il n’aurait jamais contacté la cliente. Heureusement ses hommes étaient rapides et, alors même qu’il voyait le carrosse de sa cliente approcher, ils avaient fait disparaitre toute trace de « saleté » humaine dans la rue.
La ville était un amas de saleté humaine, mais les mendiant n’en font pas partie pensa Calith.
Il eu le temps de voir le carrosse partir, et entendit chacun de ses agents l’avertir du passage jusqu'à la première destination et dieux seul sait combien il pouvait en avoir dans une simple journée.
Heureusement pour lui, la plupart de ses hommes connaissait leurs ordres et il n’eu que à récupérer les cubes de son bras qui servait accessoirement de communicateur dans son équipe.
Il rentra finalement en même temps que sa cliente dans sa demeure, si l’on pouvait la nommer ainsi, prenant soin de laisser derrière lui un garde personnel mais invisible, la réaction de l’intru chez Islendir lui avait fais comprendre qu’il avait bien l’intention de revenir, et Calith n’avait pas l’intention de rester humilier par un assassin fussent-il le meilleur.
Il n’eu finalement pas le loisir de parler avec ses hommes, ou même Judith, car le manque de réaction de son agent lors de son rapport d’heure lui fit rapidement comprendre que son invité était arrivé.
Il ne fallut pas beaucoup de temps a Calith pour atteindre la maison, de toute façon personne ne le remarquai et les gardes ne perçurent même pas sa présence quant il entra pour chercher son agent. Son bras et ses yeux le guidait pour trouvait le fragment manquant donner à son élève, qu’il retrouva enfermé dans un placard. Ou plutôt, il retrouva son cadavre enfermé dans un placard, lui confirmant l’idée que celui qui était dans la maison n’était pas un simple espion.
Cependant un élément attira son attention, la seule blessure visible était une trace de coupure sur le bras gauche, typique d’un combat avec un couteau. Mais même ainsi, la blessure n’aurait pas du être mortelle.
Calith tendit son bras droit, détachant de nouveau les cubes pour analyser les traces de flux. La trace était grossière et a peine caché, en tout cas pour des individus aussi bien équipés que lui. Une explosion de flux intra crânienne, technique avancé et nécessitant des moyen assez gros mais qui permettait de tuer une personne sans aucun problème.
Calith laissa le cadavre dans le placard, trop occupé par la nouvelle. Aucun garde d’Islendir n’avait subit une telle attaque et e seul mort l’avait été d’un coup nette au cœur. Quelqu’un d’autre était la pour sa cliente, et quelqu’un de très riche.
Il accourra jusqu’au bureau, pestant lorsqu’il entendit un bruit d’explosion. Il frappa, comme par habitude, dans la porte pour l’ouvrit en grand et pouvoir découvrirent qui pouvait en vouloir a sa cliente.
Son métier était sa fierté, son maître aurait été fier de lui devant un courage aussi important, ou devant son inconscience.
« Mais… que… ». Aucun autre mot ne sortit de sa bouche lorsqu’il remarqua l’une des trois personnes s’invitant par le trou béant de la fenêtre.
Son maître avait disparue. Jusqu’a aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Ven 16 Nov - 14:15:56

Elle écouta l’assassin sans rien dire, il ne fallait jamais laissé l’autre deviné ses intentions. Le mieux était qu’apparemment il ne pensait pas qu’elle était capable de faire tout ça. Par contre, elle avait demandé de retrouver le professeur, pas le tuer. Ses hommes étaient-ils aussi incompétent que ça ? Ou son chef de la garde avait trouvé un plan B ? En cas, il aurait put la prévenir.
Il lui tendit un verre, qu’elle accepta mais ne voulut pas boire, ce n’était pas le moment et c’était celui de son père. L’une des seule choses qu’elle refusait de toucher.


Elle se tenait un peu en arrière en se méfiant de cette assassin. Que voulait-il exactement ?
Elle n’eue pas le temps de réfléchir plus, son mur explosa. Elle regarda ce mur sans comprendre pourquoi elle avait exploser, pour une fois qu’elle n’avait rien fait. Qui osait faire un trou dans sa demeure ? Ce n’était pas sa journée.


Une personne entra, suivie par plusieurs autres. Elle ne les connaissaient pas. Et vu leur tenue, ne souhaita pas les connaître plus. Elle commença à reculer petit à petit. La porte s’ouvrir derrière elle. Mais elle ne vit personne. Mais en entendant une voix, elle comprit que c’était Calith.
Devant elle, une des personne entrer prit la parole :
- Bonjour, ma chère. Je vois que vous êtes accompagné, par des gens assez particuliers.. il fit pause en regardant derrière elle. Mais ne vous inquiétez pas, je ne ferais du mal à personne… si vous acceptez mes conditions bien sur.
- Vous savez, il y a une porte en bas. Vous n’aviez pas besoin de détruire mon mur. La prochaine fois, veuillez prendre rendes-vous.
- Voyez-vous, ma requête était assez urgente, et je sais que vous êtes très occupé en ce moment.

Elle remarqua que personne ne bougeait dans la pièce, chacun attendant ce que l’autre allait faire. Son chef de la garde entra en trombe dans la pièce, accompagné de 5 hommes. Elle leur fit comprendre qu’il ne fallait pas attaquer et qu’il fallait qu’il reste près d’elle.
Son chef de la garde dit que l’Autorité n’allait pas tarder à arriver. Vu le regard de la personne en face, elle comprit que l’Autorité n’aurait pas le temps d’arriver.
L’assassin essayait de trouver une solution pour partir, mais il semblerait les personnes entrer par la fenêtre ne laisserait personne sortir.
L’inconnue reprit la parole :
- Vous êtes très importante, mais très peu protéger. C’est pourquoi, je vous prie de bien vouloir me suivre.
Son chef de la garde se mit devant elle, alors qu’il s’avançait vers elle, en lui glissant à l’oreille de ne rien faire. Elle sentit Calith faire de même, mais avec quelques réticences.
- Calmez-vous voyons. J’aimerais aucun blesser.
Mais il continua à avancer, voyant une personne sur son chemin, il l’écarta d’un simple coup de dague. La garde tomba au sol sans se relever.
Elle recula encore un peu. Ses yeux commençait légèrement à s’assombrir. Mais personne dans la salle ne le remarqua. D’autres personnes arrivèrent par le troue. Si elle ne bougeait pas rapidement, elle allait se faire choper, encore quelques choses qui allaient contrarié ses plans.
- Vous savez, ma chère, si vous acceptez de venir, je vous donnerais ce que vous cherchiez depuis si longtemps.
C’est la première fois qu’elle perdit ses moyens.
- Comment… ?
Elle fit un pas en avant.
- Comment est-ce possible ? Vous n’avez pas put aller aussi loin dans le …. Elle s’arrêta net comprenant qu’elle en avait déjà trop dit.
Elle fit encore un pas en avant, quand elle sentit Calith prendre son bras pour la retenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Ven 14 Juin - 1:49:00

L'assassin observa l'un après l'autre toute les personnes présentent dans la pièce, ce n'était pas son combat et pourtant il se retrouvait au milieu d'un règlement de compte qui risquait de lui coûter très cher si il restait plus longtemps. Il posa lentement son verre sur la commode proche de lui et se décala légèrement sur la gauche, passant derrière son hôtesse, pour pouvoir dégainer sa dague et se battre sans être acculé.
Il compta six soldat, sans compter leur chef, armé de lame de flux, ce qui était du matériel rare. Leur visage était couvert par un masque noir qui faisait ressortir deux lumières bleutées au niveau des yeux et leurs armures comportaient aux endroits mortels une protection en carbone renforcée.
Il ne pourrait pas ce téléporter et son flux n'était pas assez purifié pour pouvoir passer un pacte avec sa dague.
Il changea de vision, examina une nouvelle fois ses adversaires.
Ses yeux rouges lui permirent de voir que le flux circulait trop vite et en trop grande quantité dans ces nouveaux ennemis.
L'un deux se tourna vers lui et vis ses yeux rougeoyant, ce qui précipita les choses. Alors que son hôtesse avançais vers l'homme qui avait prit la parole, il se jeta sur le soldat et frappa au niveau des yeux, le guerrier esquiva sans soucis et au moment de répliqué, et alors que les cinq autres le rejoignirent, l'assassin sauta par le trou dans le mur et se laissa tombé, ferma les yeux et atterrit parfaitement sur ses jambes deux étages plus bas.il était temps pour lui de filer et de retrouver ce professeur, il trouverais sans doute des réponse a ses question. Ce qui lui paraissait étrange c'est pourquoi si le scientifique était la cible lui avoir demandé de tuer le couple.
Derrière lui trois soldat atterrir a leur tour, leurs mouvements étaient fluides et rapides, mais cette fois il avait de la place et ils étaient deux fois moins nombreux.
L’assassin se retourna, dégaina sa dague, la lueur rouge de ses yeux s'amplifia.
« - A nous quatre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Mar 20 Aoû - 23:16:00

Une autre maison, un autre lieu, et pourtant, la même atmosphère fiévreuse et paranoïaque. Cette fois-ci, on distinguait plusieurs établis de travail, tous relié les uns aux autres par des détecteurs de flux, des contrôleurs et des manipulateurs de cette mystérieuse force. Un attirail qui aurait attiré l'attention de n'importe quel passant un peu éduqué s'il avait pu être visible. Mais de solides et hermétiques volets fermaient l'ensemble au monde extérieur et à sa curiosité maladive.
A l'intérieur, penché sur l'établi le plus lointain de la porte, celui qui semblait terminer cet invraisemblable enchevêtrement de matériel scientifique, la professeur marmonnait tout en manipulant les contrôles d'une bien étrange et particulière mécanique.
Des implants, voila tout ce qu'ils ont réussit à faire avec cette merveilleuse force, des implants ! Et pourtant, on peut tout faire avec ça, absolument tout ! Je pourrais empêcher l'Ombre de revenir à jamais sur ce continent, simplement en allant la frapper au cœur de ses protections, grâce à mon bouclier, et alors, plus de conseillers pour décider pour nous, plus de menace et de bataille, plus que les humains et le flux pour créer, encore et encore d'autres machines merveilleuses.

Il manipula un dernier contrôle, et, aussitôt, le reste de la mécanique de la pièce se mit en branle. Au centre de la pièce, vers le début de cette spirale que les araignées du plafond auraient pu distinguer si jamais elles avaient eu l'esprit à la géométrie, au centre de la pièce et de la spirale donc, se trouvait une petite fiole de liquide qui se mit à briller, encore et encore. Elle devint puissante comme les deux soleils en plein midi, éclairant la pièce de l'intérieur.
Au bout de quelques minutes, le professeur Onivith appuya sur le dernier bouton de contrôle de sa machine, et soudain, tout le flux à plusieurs centaines de mètre alentour fut instantanément absorbé, volant leur force à tous les implants pour la transférer dans cette petite pierre qui était l'aboutissement de huit années de recherches. Une pierre de Flux, chargée grâce à la coopération involontaire des implantés des alentours, qui allaient ainsi payé leur utilisation aveugle de la force du monde.
Le composé à tout juste suffit pour alimenter la mécanique, heureusement que j'ai obtenu un résultat pur avant que les Yeux Rouge ne vienne tenter de me le voler... D'ailleurs, j'espère que les Yeux Rouge sont parti loin maintenant, qu'ils croient que je ne suis plus dans ce coin du monde, sinon il va encore me poursuivre pour me voler, ou pour me protéger, ou pour tuer encore d'autres gens autour de moi. Je ne sais pas, je ne sais plus...

Le professeur perdit son regard dans le plafond de longues minutes durant, avant de reprendre ses esprits, et de couper ses machines. Il se saisit alors du composé et de la pierre de Flux, maintenant chargée, avant de se préparer à sortir de la pièce. Montant à l'étage, il attrapa un sac de voyage, une cape et une perruque avant de sortir de la maison pour se diriger vers les quartiers riche où l'attendait celui qui lui avait promis richesse et surtout la mort de l'Ombre avec son aide.
Il se cachait dans les ruelles sombres, profitant du soleil couchant pour ne pas être vu, et surtout pour voir Yeux Rouge quand il viendrait, du moins s'il arrivait à le retrouver maintenant qu'il avait sa perruque sur la tête.

Je dois lui donner la pierre de Flux pour créer le bouclier, mais il faut qu'elle ne sache rien sur le composé, sinon elle me tuera... D'ailleurs, peut-être est-ce elle qui à envoyé les yeux rouge tuer des gens autour de moi, pour avoir le composé et faire sa propre pierre de Flux sans mon aide, peut-être qu'elle ne veut rien partager avec les autres et tout garder pour elle et ses amis. Le professeur s’arrêta brusquement dans une ruelle sombre.
Alors il ne faut pas aller la voir, il faut chercher un nouvel allié dans la lutte pour découvrir comment avancer dans mes plans, et ensuite, ensuite, je trouverais les Yeux Rouge, et il avouera pourquoi il me poursuit même quand je dors ! Mais avant cela, il me faut un nouvel allié puissant, et le garde des gardes, l'homme des cubes, lui il saura qui est réellement puissant dans cette ville, et qui travaille pour les conseillers.
Tournant le dos à la maison devant laquelle il s'était arrêter, le professeur fit demi-tour et reparti en direction du sud, vers la sortie de la ville et un certain camp d'entrainement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Sam 24 Aoû - 13:21:29

Entre le professeur disparut et le troue dans ce mur, aujourd'hui rien de marchait comme prévu. Même si la proposition de l'homme était très intéressante, elle préférait à faire confiance à Calith . Elle décida donc de reculer dans la salle jusqu'à la porte, ce qui ne fut pas du goût du nouvel arrivant.

« -Si vous refusez de me suivre, je vais devoir employez les grands moyens ». Il souriait, mais rien dans son sourire n'était rassurant. Il se tourna ensuite vers Calith : « Tiens tiens tiens, le chien a changé de maître, voyons voir ce que tu es devenu ».


Elle n'eut pas le temps de connaître la suite, son chef de la garde la tira violemment par la bras et l'emmena jusqu'en bas. « Calith vous fera gagner du temps, mais cela risque de ne pas suffire. Vous devez immédiatement rejoindre le Palais Bleu, là-bas vous serez en sûreté. » Il s'arrêta une seconde pour regarder ses yeux, voyant leur couleur il se rassura « Et surtout respirez ».
Elle se dégagea de son bras.
« - Je ne suis pas une gamine, vous n'avez aucun droit de ma parlez ainsi. » Elle prit une dague et coupa le bas de sa robe, chopa un manteau assez grand et regarda son chef de la garde une dernière fois « Et surtout restez en vie ». Elle disparut par une petite porte sur le coté.

Elle savait qu'un illuminé allait arriver un jour, mais c'est beaucoup trop tôt. Elle allait enfin avoir ce qu'elle cherchait.... si seulement cet abruti de professeur n'avait pas disparut. Elle arriva rapidement sur le trottoir lorsqu'elle entendit un grand bruit venant de derrière elle, elle compris vite que le haut de sa maison venait de disparaître dans un tas de cendre. Elle ne se retourna pas et partit en courant jusqu'à la maison suivante. Elle vit des véhicules de l'Autorité enfin arrivé, mais trop tard comme à son habitude.

Elle disparut dans les nombreuses petites ruelles en direction du centre. Son manteau lui permettait de passer inaperçu, insignifiante aux yeux de tous, elle avait toujours dit que faire tester le flux sur des objets pouvait donner des choses intéressante.

C'est au moment où elle croyait un minimum loin de sa demeure et donc légèrement en sécurité, qu'elle sentit une violent douleur dans l'épaule droite. Une pointe en argent dépassait légèrement de la blessure.  « Vous savez personne ne lui échappe, surtout pas vous ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Mer 28 Aoû - 17:46:42

Calith repassa rapidement ses options dans sa tête. Si il s'agissait vraiment de son maître, ce dont il doutait quelque peu, il avait déjà mis à mal toute ce qui pouvait lui permettre de le neutraliser. A sa grande surprise ses cube de détection avait été purement et simplement détruit, il avait été trop pressé en entrant dans la maison et n'avait même pas prit le temps de vérifier les sécurités. Un juron dépassa de ses lèvres, si seulement il y avait penser, il aurait déjà appeler ses élève à la rescousse. Malheureusement ce n'avait pas été le cas.
Tout ses cubes avait été détruit, un beau tour de force étant donné la grande quantité qu'il en cachait dans le manoir. Calith n'arrivait pas non plus à contacter ses équipes en renfort, quelque chose bloquant les transmission par flux.
Le maître fit un pas dans la salle, quittant lestement le rebord de la fenêtre sans un regard vers Calith. Son visage ne laissait transparaître que du mépris pour son ancien élève tandis qu'il marchait en direction de la porte.
Calith fit un pas de coter, obstruant le chemin de son ancien maître. Le maître fixa d'un regard noir Calith, puis émit un petit geste en direction de son antagoniste. Les trois garde restant descendirent des ruines de la fenêtre pour se mettre en position, les yeux toujours illuminer de flux.
Calith, comment ose-tu aller contre ton propre maître ? Dit-il d'un ton méprisant.
Son regard semblait loin des souvenirs de Calith, tout autant que son ton, comment avait-il put devenir ainsi ?
Est-tu à ce point orgueilleux que tu pense arrêter celui qui t'as tout appris ?
Vous ne m'avez pas tout appris, vous m'avez éduqué et je vous ait analysé en retour. Un marché équitable vous ne trouvez pas ? Répondit Calith, affichant un large sourire.
Le rictus de mépris disparut du visage du maître.
Te moque-tu de moi ? Cracha le maître.
Le sourire de Calith s'élargit encore tandis qu'il fixait intensément son ancien maître. Tout s'assemblait dans sa tête et il ne lui manquait plus qu'une seul pièce, un pièce qui pourrait l'amener au prochain puzzle. Mais pour l'instant il lui fallait éliminer les problèmes.
Un seul mouvement du maître suffit a lancer l'attaque de ses pions. Un coup de poignard passa proche de la gorge de Calith. Il profita de cette attaque raté pour saisir le bras de son première adversaire et le tordre violemment. A sa grande surprise son adversaire ne réagit même pas au craquement brusque de son avant-bras et ne fit que reculer d'un pas, prêt a frapper.
Le second adversaire n'attendit pas la fin du mouvement pour frapper à son tour, il plongea la lame dans l'ouverture de gauche de Calith mais fut arrêter par un nuage de cube. Tout son bras se recouvrit de cube, le maintenant dans une puissante étreinte. Calith n'attendit pas le troisième adversaire et projeta son prisonnier sur le dernier belligérant qui esquiva prestement le projectile et se replaça prêt a frapper.
Pas si mal dit le maître stoppant par la même l'attaque. Mais tu ne résistera pas longtemps
Je n'aurais aucun problème, après tout vous n'êtes pas mon maître répondit Calith
Croit-tu que je ne vois pas ton bras qui s'agite ? Et croit-tu vraiment réellement qu'une décharge de flux suffira à me tuer ?
Mon maître n'aurait jamais détruit les systèmes de sécurité, trop voyant. Il n'aurait jamais tuer les gardes car les corps sont inutile. Il n'aurait pas détruit un mur pour entrée car son sens du théâtral était bien plus développer que ça. Et enfin il saurait que le flux est bien plus qu'une simple énergie et qu'un homme qui déblatère pour gagner du temps n'est pas à prendre à la légère
Calith ne laissa pas au maître le temps d'assimiler ses dernière parole et rejeta sa manche gauche pour découvrir l'assemblage de cube. Les cubes de pierre avait délaissé leur forme original pour se rassembler en une sphère d’où le flux pulsait.
L'explosion qui s'en suivit souffla le dernière étage de la maison ou ils se trouvait, le bruit sourd  résonna dans toute la rue alertant tout les passant qui accoururent vers l'origine du bruit. La fumée verdâtre caractéristique du flux resta quelque instant bloquer au dernière étage comme emprisonné par un champ de force puis se dispersa lentement, serpentant sur les murs de la grande bâtisse.
Calith ne se releva pas, observant avec attention le moindre mouvement dans la lourde brume de l'explosion. Ses cubes l'avait protégé de l'explosion mais si ses suppositions était vrai alors ses ennemies pouvait toujours revenir.
Il fallut quelque minutes à la brume pour disparaître, révélant la destruction. Aucun meubles n'avait tenu et tout les murs avait volé en éclat ne laissant que quelque planche défiant le vide encore en place. Les trois guerrier n'était pas présent et Calith supposa qu'ils avaient tous apprit à voler grâce à l'explosion. Son maître était toujours présent mais son corps n'était plus que brûlure et le fait que ses yeux continuait à fixer Calith était extraordinaire.
Même de cette manière tu ne me tuera pas Dit Le maître d'une voix caverneuse crachant quelque fragment de bois fiché entre ses lèvres.
Calith se rapprocha lentement du maître à terre.
Tu n'est pas une ombre n'est-ce pas ? questionna-t-il
Malgré l'état de ravage dans lequel le corps était, Calith put distinguer de la surprise dans les yeux de son antagoniste.
Les Ombres prennent le contrôle de corps VIVANT, hors ce corps est mort n'est-ce pas ?
Comment peut-tu savoir cela ? Demanda le maître avec difficulté.
La prochaine fois que ceux qui tienne ta laisse demanderont à voir moi ou mes clients, dis leur qu'ils n'ont qu'à me demander et je réponderait répondit Calith avec le sourire.
Tu n'as pas idée de qui tu insulte
Et je n'en n'est rien à faire, maintenant lâche ce corps. De toute manière il n'est plus en état de quoi que ce soit
Le marionnettiste ne répondit pas. Plus rien n'était visible sur les restes du visage du maître. Le flux que Calith pouvait observer dans le corps disparut brusquement, laissant derrière lui un cadavre gravement brûlé.
Calith se releva et prit en main l'un de ses cubes tout en vérifiant si les signaux pouvait de nouveau passer. Par chance l'explosion semblait avoir détruit le système de défense et il pouvait de nouveau contacter ses élèves.
Ici Calith. Tout ce qui suit est considérer comme de haute priorité. Le camp d’entraînement doit être évacuer, tout les dossiers et informations seront transférer au point 5 et tout dossier ou information sensible non transportable doivent être brûler. Le personnel doit être scinder en deux groupe, tout le personnel en apprentissage va au point 2, le reste suit les dossier au point 5. Enfin je veux que Judith appelle son père, dite lui qu'une réunion urgente est mise en place au point 3.
Calith n'attendit pas la réponse de l'opérateur et coupa la communication.
Les ombres était des imbéciles jucher sur leur siège de conseiller, le moindre problème les faisait paniquer. Mais il n'était pas pour complètement faux, quelque chose devait avoir échappé à Calith. Il savait que sa cliente avait embaucher un docteur aux habitudes étrange. Il avait reçue des subvention importante de ça part et devait par conséquent détenir une des pièces du puzzle. Il lui fallait le retrouver.
Calith prit sur son épaule le corps carbonisé de son ancien maître et se mit en marche, de toute manière personne ne pouvait le remarquer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: Seneshena   Mer 11 Sep - 15:33:45

Les maisons qui bordaient les quartiers riches étaient souvent jolies à l'extérieur. Tout avait été fait pour que cela n'enlaidissent pas le décors, tout en permettant aux plus pauvres de pouvoir espérer avoir un jour, un beau et grand manoir. Mais tout le monde savait que dans ces maisons, si jolies à l'extérieur étaient soit vide, soit occupé par des gens mourant de faim. Et la place à l'intérieur était minuscule, la taille d'un placard.
Ces maisons avaient été construite lorsque la population commença à arriver en ville, elles devaient être vite construite et vite fonctionnelle. Les rues étaient petites, sinueuses et sombres. Nombres d'assassinats, de vol ou de viol étaient commis sans jamais que personne ne le sache.
L'Autorité fermai les yeux sur ce qui se passait là-bas. Elle préférait rester dans les quartiers riches, moins dangereux, plus reposants. Il est vrai qu'une patrouille pouvait passer de temps en temps dans ces petites rues, et dans ce genre de situation, mieux valait être en règle.

Ces dans une de ces petites maisons qu'une vielle dame cuisinait un bon repas pour son mari, lorsqu'il rentrerait. Alors qu'elle levait les yeux pour essayer d'apercevoir le peu de soleil qui arrivait jusqu'à sa fenêtre, elle vit une fissure. Une toute petite fissure, mais qui grandissait. Et grandissait, et grandissait encore jusqu'à atteindre la totalité de la fenêtre. La veille dame, ne comprenant pas se rapprocha. Elle approcha la main, et au moment où ses doigts touchèrent le verre, il éclata en plein de petits morceaux plus dangereux les uns que les autres. Mais rien ne partit dans sa direction. Il se dirigèrent tous vers le bas de la rue. La dame baissa les yeux et put voir deux silhouettes.


L'attaquant était fière de lui car sa victime était blesser juste ce qu'il faut pour être affaiblit et son chef l'en féliciterait grandement. Ses compagnons ne devrait  d'ailleurs pas tarder.
Un couteau, depuis si longtemps personne ne l'avait jamais blesser. Elle se retourna doucement vers son attaquant. Ses yeux commencèrent à s'assombrir, l'iris devint complètement noire, avant d'envahir le blanc de l'oeil.
« -Vous ne savez même pas qui je suis, sinon jamais vous n'auriez fait ça ».
C'est à ce moment là que le verre tomba sur eux deux. Mais aucun des éclats ne la toucha.
« -Pour ce que tu m'as fait, tu vas mourir, mais je vais être tolérante car tu ne savais rien ». Elle s'approcha de l'attaquant encore entrain d'enlever les bouts de verres et l'agrippa à la gorge.
Elle devait partir très vite. Les détecteurs de flux allaient voir quelques choses d'anormales, les Agents allaient arriver rapidement pour expliquer ce rapport, et ne devait rien trouver. Tant que personne ne savait ce qu'elle avait, personne ne pouvait comprendre ce qu'elle faisait. Les seules personnes qui savaient étaient son majordome et son père. L'un était mort,car trop curieux, l'autre disparut.


Lorsque des gens arrivèrent sur le lieux, ils ne purent voir qu'une chose, un homme assit, ne bougeant pas, ni ne régissant au stimulis extérieur et ayant une expression de terreur sur le visage. Cette homme était toujours en vie.
Elle était partie depuis longtemps lorsque des hommes arrivèrent sur place. Elle avait couru sur toute la distance la séparant du Palais Bleu.

Ce bâtiment etait magnifique, il regroupait l'élite de la Zone. Un immense manoir, avec ses 4 tours, des immenses fenêtres faisaient rentrer  de la lumière dans toutes les pièces, même celle au milieux. L'intérieur est aussi magnifique que l'extérieur. Il est appeler Palais Bleu, car il y a quelques dizaines d'années, le Conseiller Principale avait fait repeindre la porte en bleu. Pour protéger ce lieu, une immense grille l'entourait. Mais la grille n'est là que pour le décor. La vrai protection est invisible, un dôme infranchissable, une seule porte protéger par quatre gardes, ne s'ouvrait que de l'intérieur. Seul les initiés pouvait y rentrer, une quelconque personne resterait à l'extérieur.

Lorsqu'elle arriva près de la porte, les gardes la reconnurent immédiatement et ouvrirent la porte. Même avec beaucoup de gens qui attendait depuis des heures devant la porte, elle passa devant tout le monde et entra. Elle savait que désormais elle serait en sécurité.
Un majordome l'amena dans l'aile Ouest pour qu'elle puisse se changer. Elle jeta sa vielle robe déchirer et sortit de la pièce. Le Grand Chambellan la réceptionna et l'emmena vers l'aile Sud.
-Nous avons eue peur qu'il vous soit arriver quelques choses lorsque l'information sur votre habitation est arrivé.  Pour l'instant, nous ne savons pas qui est derrière tout ça.
-Vous êtes encore arrivé trop tard, j'ai perdu toute ma garde dans cette affaire..... Et les travaux vont me coûter cher....... Heureusement que Calith était là, envoyez lui un message lui signifiant ma position, ainsi qu'une autorisation de rentrer.
-Vous êtes sur, nous connaissons ses antécédents, et il paraît dange … il s'arrêta net lorsqu'il croisa son regard. Bien je ferais le nécessaire. Le Prince vous attend dans la salle B6.
-Le professeur a disparut, sans aucune raison alors qu'il arrivait au but..... Vous devez le retrouvez, car je n'ai plus d'homme pour. Vous savez que c'est important pour moi.  Il ouvrit la bouche mais le coupa avant. C'est confidentiel, vous le savez très bien, vous ne le saurez que lorsque je m'en servirais..... Ah et retrouvé moi, l'assassin aux yeux rouges que j'avais embaucher. 
-Avec aussi peu d'information, comment voulez-vous qu'on fasse ?
-Faites passez une annonce, j'en sais rien moi, mais débrouiller vous... limite il faut s'en débarrasser, il sait trop de chose.

Un homme les attendait déjà, bien habillé, bien coiffé, il était debout devant la fenêtre. Ils les invita à s'asseoir sur des chaises rouge devant un bureau. Il les rejoint et s'assit en face d'eux derrière le bureau. Les trois personnes discutèrent de l'incident, des répercussions, des problèmes d'organisations, des hypothèses de la provenance des attaquants. Elle ne leur dit pas ce qui s'était passé dans la rue. Ils allaient enfin commencé à discuter des choses sérieuses, lorsqu'un serviteur passa la porte sans frapper. Vu la sueur sur son front, il avait couru, il tenait aussi un dossier en main. Voyons les trois personnes présente, il s'arrêta net avant d'annoncer que cela était urgent. Le Prince l'invita à enchaîner.
« -Une activité anormale a été constaté, il y a une heure environs. Nous avons du nous rendre sur place pour être sur que cela avait bien un lien avec l'Ombre. Un homme a été retrouvé atteint par l'anomalie, vivant, il est actuellement dans nos laboratoires. Je vous laisse le dossier ». Il ressortit aussi vite qu'il était entrer. Le Prince d'excusa, mais il avait du travail et invita les deux personnes à sortir de la pièce.
Au moment où elle passa la porte, elle se retourna rapidement et put apercevoir une photo dans le dossier, celui de son attaquant.

« - Je vais m'occuper de vos demande », puis le Grand Chambellan disparut dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seneshena   

Revenir en haut Aller en bas
 
Seneshena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au coin du Feu... :: Rapprochez-vous du Feu... :: La Table des Mondes-
Sauter vers: