Au coin du Feu...

Echanger des histoires au coin du feu, et faire vivre d'autres mondes par la magie des mots...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La taverne en vaisseau de L'Univers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
AuteurMessage
Amalya
Passeuse
avatar

Nombre de messages : 233
Age : 31
Royaume : Les Contrées du Rêve
Histoire préférée : Feuille de Niggle, dans Faerie, de Tolkien
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Ven 22 Aoû - 16:04:05

Ce n'est pas sympa de torturer ainsi ce jeune homme. Pardon, Crowley. Pourtant le sort du Bûcheron réveille quelque chose chez lui. C'est brutal et violent. Je lance une petite sonde mentale et je comprends : Crowley est lié à notre destinée, et ce dans toutes ses incarnations.

Dans le multivers, l'individualité est un concept un peu bizarre. Pour une part réincarnation, pour une autre "double", il arrive que des individus sans rapport entre eux soit la même entité. Les immortels comme Lunder ou Ambre sont la somme de ces individus qui prennent consciences de leurs liens et les renforcent, créant une méta-entité. Ce ne semble pas être le cas de Crowley, quoi qu'il soit trop tôt pour le dire. Il se "souvient" de vies antérieures, dont le petit alchimiste. Je comprend enfin pourquoi il nous était si familier et pourquoi Argent l'a adopté si vite.

Cependant, je ne suis pas sûre que le Bûcheron veuille le laisser profiter de la vie. Je le vois repousser Lunder puis Asimara.

On ne va pas laisser notre ami se faire déchiqueter.
Je me retourne vers le moine qui est à mes côtés :
"Cher ami, sans vouloir être désagréable, votre présence est requise, je crois, sur ce monde."
M'enfin, il est tant de se bouger.
Je lui adresse un sourire un peu torve puis je m'avance vers le Bucheron.

"Je ne suis pas sûre de vous apprécier, Sire. En fait, je me dit que si quelqu'un vous a trahit, c'est qu'il avait une bonne raison. A voir l'état du monde dehors, cette raison semble facile à comprendre : vous êtes un mauvais dirigeant, pour ne pas dire mauvais tout court. Ma douce amie bleue l'a dit mieux que moi. Et là c'est purement émotif de ma part, mais je ne supporte pas de voir autant de dévastation gratuite. Vous n'êtes qu'une mouche sur notre chemin comparé à la tempête qui nous suit, mais une mouche insupportable et détestable. Aussi je me vois dans l'obligation de vous rosser un peu en espérant que vous retrouverez un peu d'amabilité après cela. On ne vous a jamais appris la politesse ? On offre le thé à ses hôtes avant de les mettre au tapis."

Je n'avais pas l'intention de m'énerver autant, mais c'est sorti tout seul. Bah...
Je vois le Bucheron en face pâlir sous l'insulte.
"Sale peste, n'est-tu donc jamais capable de tenir ton rang et de te conduire en dame ?
-Et bien, disons que ce n'est pas la même chose quand il y a des gentilhommes. Seriez-vous trop couard pour relever ce gant ?"
Du coin de l'oeil, je vois que les archers m'ont en ligne de mire. Mais tout le monde a oublié Crowley, sauf Asimara qui doucement se rapproche de lui en profitant que je focalise l'attention.

Le Bucheron fait un signe à ses hommes. Il est trop orgueilleux pour refuser un combat. Il prend sa hache près du trône, un énorme tranchoir d'acier. Je me sens soudain très bête : je n'ai sans doute pas assez de force pour supporter l'impact d'un truc aussi gros. Mais j'ai moi aussi de l'orgueil.
"Et avec quoi va-tu te battre, petite pouliche ? tes dents ?" me lance le Bucheron, goguenard.
"Et bien je pourrais, mais on va rester soft aujourd'hui je vais prendre un machin en ferraille aussi."
Je sort une double hache de l'Intermonde. Ca c'est bourrin. D'abord parce l'arme semble sortir de nulle part (et c'est un peu le cas), ensuite parce que c'est le genre d'arme impressionnante. Accesoirement, je ne la maitrise pas parfaitement, j'aurais préféré une bâtarde, mais on ne choisit pas son arme avec ce tour de passe-passe. C'est adapté à la situation.

"Au premier sang, comme d'habitude ?
-Comme d'habitude, si je loupe ta tête."

Nos armes s'entrechoquent durement et je sert les dents pour résister à cette force. Bientôt je suis toute entière dans le combat ; j'espère juste que les autres s'occupent de Crowley pendant ce temps et que le Maître du corps se décide à faire quelque chose. Je gagne du temps, c'est tout.

J'évite de justesse un coup qui aurait pu m'éventrer, je m'emmêle un peu avec la double hache et me rattrape au dernier moment et faisant un croc-en-jambe au Bûcheron. Je n'arrive pas à profiter de l'ouverture qu'il m'offre alors, et il a vite repris son équilibre pour m'attaquer de plus belle. Je baisse la tête de justesse : je crois qu'il a quand même coupé quelques cheveux. Ca repoussera. J'en profite pour lui mettre un coup de pied dans les parties : mais ce tricheur a une coque, et je fais un bon en arrière, la cheville douloureuse d'avoir frappé trop fort dans un bout de métal.
Ceci dit, ça n'a pas l'air de lui faire du bien non plus. Pas autant de mal que j'espérais, mais j'avais vraiment tapé fort et le choc a du se ressentir.
"Chienne, ne peut-tu te battre loyalement ?
-Mon oeil, la loyauté c'est pour les morts ! Et c'est pas loyal ton machin."
Puisqu'on parle de loyauté, j'en profite pour m'élancer vers lui. Au dernier moment, je lui balance mon arme à la figure tandis que j'effectue un joyeux glissé sur le coté et j'en profite pour lui saisir la main et la mordre.
Je me reçoit en retour une baffe dans la figure. Un mal bien moindre à un coup de hache.
"J'ai gagné, tu saigne.
-C'est la première fois que tu arrive à me toucher depuis que je te connait et c'est en te battant comme une voleuse. Ce n'est même pas un match nul, c'est simplement une passade."

Je m'en moque, je suis pleine de bleus mais j'ai fait gagné quelques précieuses minutes à mes amis. A mon sourire, le Bucheron se rend compte qu'il a oublié son vieil ami Crowley et se retourne avec un juron.

_________________
"C'est l'Histoire, pas celui qui la raconte." Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aucoindufeu.superforum.fr
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Ven 22 Aoû - 21:37:05

La scène m'amuse! il y a longtemps que je n'avais pas profiter d'un si beau combat.
Ansem s'inquiète de voir disparaitre mon attitude grave qui me caractérise tant.

Amalya bouge avec une grace inimaginable, et malgrés ses bleues elle resplendit par son ingéniosité et sa combativité.

Lorsque le Bucheron se retourne, comprenant enfin la diversion faite par Amalya, il me trouve face à lui.

"Aprés ce combat plus que divertissant! Je te met aussi au défi!"


Le Bucheron, qui n'a jamais aimé refuser un défi, ramasse sa hache.

"Non! Non! Un combat de maitrise. Ta maitrise du fer contre la mienne celle...

"Du Coeur!! Tu ne peux pas! En temps que Maître du Coeur tu ne peux utiliser ton pouvoir sans une bonne raison. Manipuler mon Coeur juste pour gagner un duel serais contre tes principes!" dit il avec arrogance.

"Tu as raison mais je compte utiliser une maitrise que j'ai appris lors de mon premier passage. Une maitrise que je ne comprenais pas, que je ne pouvais utiliser! Mais maintenant que je suis Maître du Coeur je vais enfin pouvoir l'utiliser! Je voulais attendre de te revoir pour l'utiliser et la tester alors cela te dis?"

Il semblerait que j'ai réussi à titiller la curiosité du Bucheron. Il pose donc sa hache et se prépare à ce duel.

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daeldir
Protecteur des lapins blancs
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 28
Royaume : Un gros tétrahèdre lyrico-délirant quelque par dans une boule à neige avec un soleil au milieu
Histoire préférée : Lapinot et les carottes de Patagonie
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Sam 23 Aoû - 3:00:58

Un individu, jusqu'ici peu remarqué, prend alors la parole :
"Maître..."
C'est un un homme relativement âgé, et pourtant, il se tient droit, digne, et inexpressif au possible. Il porte une veste en queue de pie, un gilet jaune rayé de noir, un jabot et un pantalon, noir. C'est un homme qui a passé sa vie à servir, dans le plus grand raffinement possible. Un majordôme, qui, en ces lieux, surprend et pourrait même jurer - Si celà n'était pas indigne de sa fonction.
L'atmosphère vient de prendre deux points sur l'échelle de la civilisation.
Ce changement est bref, pourtant.
"Vous allez encore oublier votre alchimiste..."

Le Bûcheron regarde LED et lui murmure :
"Oui... Je comprend. Pourtant, j'ai relevé le défi. Je ne peux pas - et ne veux pas - me désengager. Toutefois, je ne vous laisserais pas l'aider."
Il marque une pose, puis hurle :
"ARCHERS ! TUEZ CROWLEY"
Puis, considérant LED : "A nous deux, maintenant..."


Une pluie de flèche s'abat sur le corps de Crowley, et de ses compagnons, qui étaient alors à lui porter secours. Seuls Amalya, LED, et Lin Issi sont hors de portée.
Un court instant, tout est brouillé par le mouvement des centaines de flèches qui tombent de toute part. Lorsque les esprits se réacordent enfin à leurs sens, c'est pour voir du sang et entendre des gémisements.

Le moine est recouvert d'égratignures, et entouré de flèches. Il a, dans la danse la plus vive accessible à un être humain, dévié toutes les flèches. Les égratignures ont été causées par les pointes métalliques des projectiles, passant près de son corps avant qu'il ne les dévie loin de ses compagnons. À présent, il est allongé sur le sol, échappé en esprit à la douleur insoutenable, bien que peu importante d'un point de vue médical, qui lui a été infligée.

Les gémissements ne proviennent toutefois pas de Lin Issi A Si On, mais de plus haut : dans les remparts, bon nombres d'archers ont perdus un bras, ou une jambe, sans comprendre pourquoi, et se tordent à présent de douleur, incapable de penser à autres choses que leurs terribles blessures.

Lin Issi rouvre les yeux et, d'une voie à présent épanouie et pleine de passion, chuchote.
"Le moine en automne
L'eau coule au loin
Un oiseau."

Un silence intense se fait. Tout le monde a entendu ces derniers mots, et tout est, dans un charme incompréhensible, immobile. Toutes les souffrances, un court instant, sont arrêtées. Un son, un ruissellement, résonne dans ce silence. Il semble venir de loin, très loin, à des kilomètres de là. Il semble aussi que, entre ce ruisseau et le chateau, aucun être vivant ne désire émmettre le moindre son, qu'aucun élément autre que cette eau salvatrice n'éprouve l'envie de se manifester. Le ruisseau, ou plutôt, le son du ruisseau, envahit la salle, devient le grondement des eaux tumultueuses, étourdissant. Puis, il s'apaise et s'éloigne, jusqu'a ce que l'on n'entende plus qu'un faible clapotement. Le monde reprend alors son cours, les sons se manifestent à nouveau, et l'agitation du monde reprend son ampleur habituelle.

Néanmoins, plus personne dans la salle ne souffre physiquement, et bien que les blessures existâtes toujours, elles n'agravent plus la santé de leurs possesseurs, et ne les font plus souffrir.

L'alchimiste, lui, souffre toujours. Car son mal n'est pas physique...

Le premier, le Bûcheron brise le charme. Affirmant sa maîtrise du Fer, il prend LED pour cible, tout en jurant.
"Putain !.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Dim 24 Aoû - 16:27:15

J’étais perdu, j’avais eu confiance en lui, je lui avais transmit mon pouvoir et il l’avait utilisé pour asservir le monde du maitre du corps en espérant le devenir, mais a-t-il crut qu’il pourrait me vaincre avec de simple mots, je me relevai, asimara m’avait lâché.
« -lailose, je commence à comprendre, je commence à me rappeler, je vois je le vois »dit-je tout bas en me jetant sur le bucheron qui se trouvait face à LED, il sentit ma présence et se retourna sa hache para mon coups, mais il ne pouvait pas me battre, pas a mon jeu.
Je fis une rotation et frappa sur son flanc droit il para à nouveau, et avec une grande agilité je frappai son flanc gauche avec mon pied se qui le déséquilibra le temps que ma lame le transperce.
Amalya eu l’air horrifié, mais le bucheron disparut simplement, comme si il n’avait jamais existé.
« - ce n’est qu’une illusion, je doute que le vrai bucheron oserait se présenter devant nous, je suis désolé c’est ma faute, je vous expliquerais sachez juste qu’il a le pouvoir de l’illusion » dit-je tout en rentrant mon épée.
« -mais je doute qu’il nous ait amené ici pour rien aussi, et désolé LED mais je ne pouvait pas laisser cette chose vivre plus longtemps »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reynio

avatar

Nombre de messages : 135
Age : 29
Royaume : Temeria
Histoire préférée : Trilogie de Wielstadt, Pierre Pevel
Date d'inscription : 15/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Lun 25 Aoû - 20:38:24

Aïs choisit de prendre corps dans le dortoir des apprentis en rendant une énième fois grâce à Feldron.
Il avait choisit le dortoir en pensant pouvoir éliminer facilement une menace dans cette zone, les élèves ne songeant sûrement pas à donner l'alerte et leurs maigres pouvoirs pouvant être aisément maitrisés.

C'était la nuit sur Morhen, le monde d'origine d'Aïs, mais le silence du dortoir était trop pensant. L'arrivée soudaine du Voleur aurait dû réveiller des élèves, où il aurait dû au moins entendre leurs respirations. Hors, le silence était tout dans le noir du dortoir, hormis une odeur lourde qu'il ne parvenait pas à identifier.
Tâtonnant, Aïs fini par trouver un briquet et une bougie qu'il alluma. Le dortoir était bel et bien désert, les lits étrangement défaits, aussi il décida de passer dans une autre aille pour savoir à quoi s'en tenir et dissimula sa présence du mieux qu'il put autant dans ses déplacements qu'avec ses pouvoirs.
Il comprit mieux l'origine de l'odeur lourde qui planait sur les lieux lorsqu'il tomba sur plusieurs cadavres en différentes place de la forteresse, certains partiellement dévorés par les charognards qui étaient entrés par les fenêtres brisées. La forteresse que parcourait Aïs n'était plus qu'une ruine. Il ignorait quelle calamité avait ainsi dévasté ce lieu mais il s'en moquait : il était seulement déçu de ne pouvoir prendre lui-même sa revanche.

Un tiraillement léger dans son esprit le poussa à continuer ses recherches lorsqu'il allait abandonner. Il avança, guidé, jusqu'au cellier des cuisines. La porte en était très légèrement entrouverte et il entra sans hésiter une seconde. Celui qui l'avait guidé le poussa vivement à l'intérieur, balança des vieux restes de nourritures dehors, referma la porte et la barricada hâtivement avant de prendre la peine de parler à son invité. Aïs quant à lui prit le temps d'observer son hôte : il s'agissait de Kelerad, un des maitres de l'Ordre. Celui-ci par ailleurs reconnu immédiatement Aïs et ne cacha pas sa surprise.
-Grand dieu ! Aïs tu es en vie ? Nous t'avions cru perdu après nos recherches !
-J'ai été retenu, maître. Il prononça ce mot avec un mépris singulier que Kelerad ne put manquer.
-Ecoute, nous n'avons pas beaucoup de temps, tu m'expliqueras tout ceci plus tard, lorsque nous serons loin d'ici… Pour l'instant, nous avons plus important !
-Comment se fait-il que tout soit en ruine Kelerad ?
-Je suis arrivé ici il y a deux jours, répondit Kelerad, je rentrais d'une longue mission et ce spectacle macabre m'attendait comme toi. C'est… c'est l'œuvre d'une goule.

Aïs failli éclater de rire tant la situation lui paraissait absurde. Une goule était un monstre solitaire dénué de passion, un hyper-prédateur en quelques sortes. Il tuait d'abord pour tuer, ensuite pour manger s'il avait le temps ou l'envie, et prenait tout ce qui passait. Son odorat était très développé, de même que ses muscles, ce qui en faisait un monstre craint car sa force n'avait dégal que sa résistance. Et, naturellement, il était pratiquement insensible à tout ce que les Voleurs de Rêves pouvaient déployer contre lui. Lorsqu'elle tuait, elle revenait la plupart du temps manger le cadavre intégralement, allant jusqu'à lécher les flaques de sang séché et allait ensuite déféquer dans son antre, ne laissant pratiquement aucune trace de ces actions dans ce cas. Mais l'on pouvait deviner l'approche d'une goule à l'odeur pestilentielle qu'elle dégage à plusieurs lieux à la ronde, ce qui la gêne jusqu'à un certain point pour repérer ses proies… Un monstre paradoxal comme on en fait plus.
Qu'une telle créature dénuée de passion et arrivant par hasard à la recherche d'un territoire lui vole sa vengeance laissait un goût amer à Aïs. Mais plus important que tout : il allait devoir survivre à ce monstre à présent et ensuite rejoindre ses compagnons dans la taverne.

-Elle sait que je suis ici, reprit Kelerad, elle me traque, mais elle n'a pas encore repéré mon odeur J'ai vécu des restes de mon voyage de retour… Nous sommes les deux deniers de notre Ordre Aïs, comprends-tu ?... Tout notre savoir repose sur nous ! Je croyais que j'allais mourir ici, mais maintenant que nous sommes deux, nous avons une chance Aïs !
-Et comment une goule a-t-elle pu élire domicile ici ?
-Je pense que nous avons joué de malchance ; elle a dû rentrer par l'une des brèches du mur sud dues aux orages de l'an dernier et, bien évidement, personne n'a pu la repérer avec nos moyens habituels… Etant donnée que nous avons très peu d'élèves, elle a du faire un carnage la première nuit sans permettre à l'alerte de se propager et tuer ensuite tous ceux qui revenaient. Je pense toutefois qu'une partie des élèves a pu fuir. Mais viens, nous avons d'autres préoccupations, et j'ai un plan pour que nous puissions nous échapper : à deux nous avons une chance. Nous allons…
-Bien entendu, le coupa le jeune homme, et je suppose que je suis l'appât, n'est-ce pas ?
Kelerad cilla :
-Que dis-tu Aïs ?
-Je dis que toi et tes compagnons aviez tellement peur de la mort que vous vous êtes senti obligé de donner une pâture, de collaborer. Je dis que le sort de mon âme ne vous a pas inquiété tant que le votre était sûr, je dis que vous n'êtes que des hypocrites et que cette goule est le châtiment que la corruption de cet Ordre mérite, même si elle me prive du même coup de ma juste vengeance. Et je dis surtout que si vous continuez à tester ainsi mes écrans vous allez avoir un aperçu de ma cruauté.

Kelerad comprit rapidement qu'il ne pourrait rien face à son ancien élève. Il était trop âgé et n'avait jamais appris à se battre, et la facilité avec laquelle Aïs avait repéré ses attouchements mentaux et la solidité de ses écrans prouvaient à Kelerad que ses pouvoirs avaient cru d'une façon trop terrible à imaginer… Il ne voulait surtout pas tester sa résistance face à lui et n'osa pas élever la protestation qui mourut dans sa bouche : elle sonnait creux même à son esprit. Le jeune homme reprit :
-Je ne doute pas une seule seconde que vous saviez pour moi et je ne doute pas une seule seconde que vous avez pris votre décision de plein gré, avec les autres, certains que je ne reviendrai pas… Vous avez de la chance cependant : j'ai un problème plus urgent pour le moment : comment pourrions-nous quitter l'endroit ?
-Et bien, reprit un Kelerad hésitant, les élèves l'ignoraient mais un miroir de Hernozg se trouvait dans la bibliothèque.
-Le vieux bout de verre terni ?
-Oui, mais s'il est pratique pour effectuer des aller retour rapides, il ne nous est d'aucune utilité dans la situation présente.

Aïs réfléchit une seconde à ce qu'il savait de ces étranges miroirs. Il se souvenait en avoir déjà emprunter quelques fois auparavant : fiables et sans risque, ils permettaient à un quelqu'un maîtrisant les pouvoirs liés à l'esprit de se rendre dans un lieu où il avait préalablement placé son aura psychique et Aïs, pour tromper ses compagnons, avait précisément faire cela.
-Ce sera parfait pour moi : par un heureux hasard, j'ai placé mon aura là où je veux retourner.
-Et moi, demanda un Kelerad presque suppliant ?
-Toi Kelerad ? Ton sort m'indiffère profondément : tu peux mourir ici par la Goule ou la faim, le choix t'appartient. Si je ne t'éventre pas lentement sur place en torturant ton esprit comme Elle m'a appris à le faire grâce à votre trahison, c'est parce que ton sang répandu sur le sol attirerait trop rapidement la goule. Hors, si je veux ta mort, je ne veux pas la mienne.
-Aïs, nous n'avons pas…
-Une protestation ? Je crains qu'il ne soit trop tard Kelerad. Oserais-tu me regarder dans les yeux, ouvrir ton esprit et affirmer que vous ne m'avez pas trahi ?
-Bon… Je préfères te prévenir, dit Kelerad en ignorant la question, surtout que cela me sauvera peut-être la vie : la Goule a élue domicile dans les caves sous la bibliothèque… J'ai repéré un chemin pour sortir d'ici ; fais moi confiance.

Aïs réfléchi un long moment puis se décida finalement, la main sur la garde sa rapière pour suivre un Kelerad apeuré, méfiant, sursautant au moindre bruit. Et soudain, au détour d'un passage, Aïs sorti vivement sa longue rapière et la planta violement dans la jambe droite de son supérieur qui cria, autant sous le coup de la surprise que sous la douleur. Un autre cri, guttural, inhumain, sonna en écho avant même que les premières gouttes de sang ne touchent le sol dallé.
-Ne cries pas trop mon cher Kelerad, dit doucement Aïs, tu risque de la faire venir plus rapidement.
-Pourquoi…
-Parce que, mon cher, la présence de cette goule me confirme que cet Ordre malsain n'a plus de raison d'être et que les pouvoirs des Voleurs doivent être oubliés. On ne doit lutter contre tous les destins ; il est des destins que l'on doit provoquer, et d'autres que l'on ne peut éviter.
-Ce… Ce sont des paroles du profe…
-Du Pr. Reynio, oui, le coupa durement Aïs, essuyant au passage sa lame sur les vêtements de Kelerad, quoique quelque peu déformées… Adieu, "cher maître", je vais vous laisser rapidement à présent.
-Attends ! Tu ne peux pas me laisser là, m'offrir en pâture ainsi ! Ce… ce n'est pas digne !
-N'employez pas des mots que vous ne connaissez pas Kelerad, lui ordonna impérativement Aïs, si j'agis ainsi maintenant, c'est par nécessité, pas par cruauté ! Vous ne saurez jamais ce à quoi vous m'avez livré en m'offrant à Elle, vous n'aurez jamais aucune idée de ce que j'ai enduré et accompli. Tout à l'heure, j'aurais été prêt à vous laisser la vie si vous m'aviez demandé pardon, mais tout ce que vous avez voulu faire était mentir, je l'ai vu dans votre esprit. (Kelerad sursauta en apprenant qu'Aïs avait franchi tous ses écrans sans qu'il s'en rende compte puis devint blême devant ce fait accompli.) D'un certain côté, si vous n'aviez pas fuit mon jugement, j'aurais pu trouver des points de comparaisons entre nous, mais… Qu'importe : vous laisser en pâture n'est qu'un détail insignifiant par rapport à ce que j'ai déjà fait ou même… ce que je vous réservais si cette goule n'avait pas été. Je resterai bien pour le spectacle, mais je n'ai pas envie d'y participer. Adieu !

Aïs s'éloigna donc, mais les pleurs de l'homme qui gémissait en rampant vers le cellier résonnait trop loin dans les couloirs à son goût. Il fit un arrêt rapide dans une réserve pour prendre une bon bidon d'huile, alluma une torche fit quelques détours pour brouiller sa piste puis se dirigea vers la bibliothèque qui empestait. Le cri de victoire de la goule avait retenti depuis longtemps et Aïs savait que la créature était sur sa trace : il n'avait donc que peu de temps : il couru dans la bibliothèque répandant de l'huile sur le sol et sur les ouvrages et fit de même dans la cave qui servait de stock pour la bibliothèque, l'antre de la goule dont la puanteur n'avait d'égal que l'insalubrité.
Puis il mit le feu.
Il hésita tout de même quelques secondes, car certains des ouvrages présents ne concernaient pas vraiment les Voleurs, mais… il était décidé à faire disparaître un pouvoir qui n'aurait pas dû être révélé selon lui. Il était persuadé que c'est ce qu'il restait à faire, sinon ces ouvrages risquaient d'être employés à de mauvaises fins si un jour quelqu'un les retrouvait.
Lorsqu'il s'apprêta à franchir le miroir de Hernozg, il aperçut la goule qui n'osait pas franchir les flammes pour l'attaquer ; elle poussa un rugissement de haine et le dernier des Voleurs de Rêves franchit le miroir vers la taverne, se disant qu'il avait eu un peu trop de chance pour une seule soirée.

Quoiqu'il en soit, lorsque le Voleur eut franchit le miroir, une créature en sorti. Une créature simiesque… Pour tout dire, un anthropoïde. Celui-ci couru dans la bibliothèque, sélectionnant précisément et efficacement certains ouvrages au passage à l'aide de ses longs bras, parfois à travers les flammes, roussissant ses poils encore plus, jusqu'à en avoir presque trop. Alors seulement le bibliothécaire poussa un "Oook" irrité et reparti vers l'Université de l'Invisible, avec ses précieux ouvrages…
Aucun d'entre eux ne parlait directement des Voleurs de Rêves.

_________________
Je vais construire ma cabane là-haut pour éviter les tigres...
Gnnn hmpf! Rah hmmmpff!...
Bon, je vais plutôt la construire en bas pourheu... pour éviter les écureuils!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evilgate.gn.free.fr
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mar 26 Aoû - 20:46:03

"Je te remercie de ton intervention lailose! je n'aurais fais que gâcher mon énergie contre cette illusion!"

Son cœur me semblait bizarre mais je n'étais pas bien sûr...

Vu que le moine a neutralisé les archers nous avons un peu de répits...mais cela ne va pas durer.

"Il nous faut nous replier! Sortir de la ville et rejoindre un camp de rebelle qui, si tout va bien, doit toujours exister!"

J'espère qu'il y a toujours des rebelles car cette fois il nous faudra aussi des troupes. Cette fois nous avons pas un ennemis à battre mais un ennemis et une armée entière et plutôt bien préparé.
Le majordome n'est plus là ce qui signifie que les renforts, et peut-être même le Bucheron lui-même, sont en chemin.

"Amalya téléporte toi avec notre blessé et tout ceux qui ne pourront pas se déplacer par eux même! On se retrouve sur la colline derrière la ville! Inutile de vouloir rejoindre l'Auberge le Bucheron doit la cerner!"

Chacun agit, tout s'active...

"Lailose aide moi à bloquer les entrées pour ralentir l'arrivée des troupes!"

"Je dois fuir une fois de plus contre lui! dis je à Lailose. Mais cette fois j'ai un atout de taille je dirais même un atout à Coeur!"

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 27 Aoû - 17:13:49

Pendant qu’ ils s’occupent tous du Bûcheron, je coure vers Crowley pour l’aider. Je me tourne pour vérifier que cette saleté me laissera tranquille. Je pose ma main sur le front de Crowley et je rentre dans sa tête.

A peine ai-je passé a travers ses murailles, que je comprend pourquoi il avait perdu connaissance. Tout son esprit était remplies de souvenirs comme si c’était une grande (très grande) mer qui avait envahie un pays. Bon va falloir le retrouver la dedans avant qu’il se « noie » complètement. Autant chercher une aiguille dans une énorme botte de foin.

A coter de moi je sens la présence d’Argent, je sais qu’ils sont lié, donc il peut savoir vers où il est.
« Dis moi dans quelle partie il se trouve » dis-je.
Il me regarde et m’indique le lieu.

Je m’avançais à travers l’esprit de Crowley. Je vis plein d’images autour de moi, toutes en désordre ; j’ai du mal à avancer, c’est comme traverser un labyrinthe mais avec plein d’arbres au milieu du chemin. J’arrive enfin vers la partie que je veux.

Je commence enfin à sentir son esprit. Je sentis que petit à petit son esprit se confondait avec ses souvenirs et que si je me dépêchais pas, il resterait bloquer ici. Je me met à courir. Je le vois enfin ; au milieu de millier d’image, son esprit s’effritais pour essayer de garder une identité avec tout les souvenirs.

Sans ménagement, je le prend, le secoue et limite, lui cire « Tu es Crowley, un compagnon de la taverne, un ami d’Argent, alors maintenant tu te reprend et tu réagis, je ne peux pas t’aider si tu n’essaye même pas de t’en sortir. » Voyant aucune réaction, je le ramène, non sans difficulté, auprès d’Argent qui saura s’en occuper mieux que moi.

Je reprend enfin corps dans la réalité, je me sens épuiser. Le bûcheron à disparut et il faut fuire. Je me relève, regarde Amalya avant de lui dire « Crowley est sortis d’affaire mais que faut pas le brusquer et est-ce que moi aussi tu pourrais aussi m’emmener, je sert pas à grand chose dans les combat ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BoZo



Nombre de messages : 147
Date d'inscription : 31/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Jeu 28 Aoû - 23:54:25

BoZo sort de la Taverne, et regarde le monde qui s'étend à ses pieds. Un désert de roches désolée, parsemée de collines mortes et couvertes de poussières. Quelques arbres tentent de survivre dans ce désert, mais ils sont rachitiques.

BoZo s'avance, et commence à bondir de colline en colline vers l'immense ville-forteresse qui se dresse au loin, et où il se doute de trouver ceux qui l'intéressent.

Il hurle mentalement aux autres habitants de la Taverne : Le premier qui le tue, je le tue moi aussi!! interdiction de toucher mes protégés. J'ai mis 40ans à modeler ce monde pour le lui offrir...

BoZo coure de plus en plus vite, laissant des traces rougeoyante sur son passage dans les cendres. Il s'arrète à quelque dizaines de mètres des murs de la forteresse, et commence à les observer attentivement.

Le clown se concentre, et commence à s'élever dans les airs, à hauteur des murs de la ville. Il les regarde quelques instants, et se concentre.
Sous son regard, les murs se mettent à fondre, et les gardes qui les surplombent avec. Le magma qui se forment entre pierres, gardes, poutres et tout les éléments de murs dégouline le long des murs et s'évade vers l'extérieur et le monde carbonisé qui s'étend au-dela.

BoZo redescend au sol, et s'avance comme un conquérant vers l'ouverture qu'il vient de pratiquer. Il passe sur le magma bouillonnant en souriant, content de lui.
Quand il arrive de l'autre coté de la muraille, une compagnie d'hommes d'armes l'attends en lui barrant le passage.
Peut-on savoir pourquoi vous avez massacré ce mur alors que la porte vous était grande ouverte? demande le capitaine qui commande le détachement
Hein? La porte?!! mais mon cher, la puissance exige un minimum de standing. Vous avez vu la couleur de cette porte? et ses sculpture? Pas question que je passe sous cette chose, j'en aurait trop honte... BoZo sourit, de son sourire si particulier, qui vous fait craindre le monstre dans le placard de quand vous étiez petit.

BoZo carbonise d'un geste nonchalant la première ligne de soldats. Il ne regarde même pas ce qu'il fait, il observe la ville et ses bâtiments d'un air intéressé.
Le reste des soldats se retourne pour fuir, et s'éparpille dans les rues avoisinantes.
Avançant calmement, le clown arrive prés d'une place de taille moyenne, et s'arrète en son centre.
Il se met à envoyer des boules de feu aux quatre coins de la place, explosant les batiments les uns après les autres en hurlant.
Sort de ton antre!! Tu à des comptes à me rendre!! Je t'ai donné de quoi partir à la conquête de l'univers, un monde parfait dans les moindre détails!! Et quand je reviens, je découvre une pâle copie de ce que je t'ai offert, une vague imitation de ce que je peut faire!!!
Il s'arrète quand il ne reste plus rien debout autour de la place, et murmure pour lui-même : mais où est-ce qu'ils ont encore emmené cette taverne, ils sont complètement fou ma parole décidément
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Jeu 2 Oct - 16:29:37

Je regarde LED, déterminer à me battre quand un sentiment me traverse, un sentiment fort.
Je devais à tout prix rentrer à la taverne. Sans réfléchir et même sans rien dire je courut aussi vite que je pouvais vers la taverne, elle était dedans et si LED disait vrai elle était en danger.
Mon esprit avait une si forte envie de rentrer que je me retrouva soudain a quelques mètre de la taverne où effectivement des centaines d’hommes l’encerclaient.
La rage monta en moi, s’il lui avait fait du mal je promit de détruire cette planète et tous ses habitants.
Je chargea donc et tua rapidement et efficacement tous les soldats qui osèrent me barrer la route, c’est ainsi que je traversa les lignes instinctivement sans réfléchir avec juste un sentiment de peur mêlée a celui de colère.
Apparemment les soldats de bases ne pouvaient pas rentrer dans la taverne mais certain homme du bûcheron habile dans l’art de la magie était parvenue à rentrer.
Quand je pénétra dans l’auberge je courut vers la chambre dont la porte était ouverte, sans me préoccupé des hommes du bûcheron dans la taverne, je savais qu’amalya en ferait son affaire.
J’entra donc dans la pièce ou deux hommes se trouvaient debout l’un armé l’autre avec le corps inerte d’Enora sur l’épaule.
J’eus un moment d’absence, mes pouvoirs de destruction d’immortel me revinrent en quelques seconde, ma conscience et ma raison m’avaient totalement quitté laissant place à la rage.
Le premier mourut en quelques seconde totalement démembré. Le second fut paralysé de peur et lâcha Enora sur le seul, ce qui renforça ma colère.
Durant les quelques secondes qui suivirent je ne valut pas mieux que le clown, je fit souffrir l’homme en utilisant toute mon imagination pour que même mort son âme ne trouve pas le repos. Puis une fois l’homme mort je reprit tout doucement mes esprits, prit Enora dans mes bras et vit qu’elle respirait encore. Je l’installa dans une chambre a coté, moins ensanglanté, Amalya allait me tuer je venais de torturer un homme à mort dans sa taverne.
Je sortis donc de la chambre, les autres hommes du bûcheron n’étaient plus dans la taverne je m’assis sur une chaise pour me calmer, une partit de ma rage était encore là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Jeu 2 Oct - 22:29:25

Un labyrinthe de souvenir m’assaillant de toute par, je dut mon salut que à la Hull bleu qui vint réveiller mon esprit, puis le noir me revint et cette fois il n’y avait plus rien.
Un homme s’approcha plus petit que moi.
« Ecoute, je vais t’expliquer ce que je t’ai léguer, tu a mes pouvoirs et tu dois t’en servir, non pas pour détruire mais pour protéger et c’est mon dernier souhait avant de faire définitivement parti de toi, il s’interrompit 5s, mon pouvoir est immense mais limiter en nombre, il me regarde et soudain autour de nous se crée une foret géante, mon pouvoir est celui de la création et de la destruction, concentre toi et imagine une maison devant toi. »
Je me concentre le plus possible sur la maison que j’aurais voulu avoir, et une maison se crée devant nous la même que celle que j’avais imaginer ;

« Tu peux créé n’importe quoi, sauf un être vivant, mais comme tu peux le voir les arbres font parti de notre possibilité de créer, la destruction maintenant, touche l’arbre le plus proche et imagine qu’il disparaisse. »

Je m’exécutais non sans excitation devant ce pouvoir, devant ce pouvoir immense. Je touchais l’arbre et il disparue comme par magie, en faite c’est de la magie mais je n’osais pas y croire.

« Tu vois maintenant ma puissance mais fait attention ce pouvoir est limiter, au bout de 4 fois ton énergie vital sera trop faible et si tu tente de le réutiliser tu mourra sûrement, de plus la destruction ne marche pas sur les être vivant, sert toi de tes compétence de combat et de la création pour tuer, et enfin le dernier avertissement, si tu utilise trop souvent le pouvoir les gardiens de l’équilibre te repéreront et t’attaqueront sans scrupule car ce pouvoir est contre nature. »
Je le regardais, je m’imaginais ses nombreuses aventures romanesques pour avoir ce pouvoir, et ses combats.
« Ne te trompe pas, ce pouvoir je l’ai trouver en tuant et massacrant des pauvre gens sous les ordre du Bûcheron.
Je le regardait mais avec moins d’enthousiaste vis à vis de ce qu’il vient de dire. Je te donne enfin mon précieux trésor, il me touche le front et je sens le pouvoir et la vitalité affluer, je te donne l’immortalité que j’ai pris, sert t’en mais pas comme moi avant, j’ai 200 ans et mon seconde dernier souhait est que tu tue de tes propre mains le Bûcheron, maintenant au revoir. »
Sans me laisser le moindre mouvement il disparais, soudain il résonne une voix dans ma tête, « j’ai oublier de te le dire mais la maison que tu a imaginer c’est la taverne d’Amalya, » j’entend un rire franc dans ma tête.
Après se rêve étrange je me réveille derrière la petite troupe qui rejoigne visiblement la taverne, je suis fatiguer et j’ai super mal au crane, ça m’étonnerait que je puisse les aider plus, j’en n’ai déjà pas fais beaucoup alors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mar 2 Déc - 18:33:05

J'étais assis sur une chaise de la taverne a réfléchir de ce qui venait de ce passer. Les armée du bucheron encerclaient la taverne sans pouvoir y entrer, Amalya était décidément très puissante.
l'aubergiste me regardait de ces yeux vides d'automate, et je lui renvoyait une bien piètre image de moi.
Je me leva et regarda par la fenêtre les centaines d'hommes du bucheron qui attendaient surement le moyen de pénétrer dans la taverne.
En plisant les yeux je vis un homme, très vieux, qui s'avançait vers la taverne, les hommes autour de lui étaient horrifiés, et s'il n'y avait pas cette peur je pense qu'ils se seraient jetés dessus.
Cette homme avança jusqu'à la taverne et entra sans rien dire puis ce mit juste devant moi en me regardant et dit :
« -je suis le maitre du corps et je vient chercher mon successeur. » son ton était sec, et ce qu'il dit me coupa le souffle.
« - je ne peut pas être votre successeur et.... »
« - je sais! ce n'est pas toi que je cherche »
C'est à ce moment que je l'ais revu, Le Bucheron. Il se tenait a l'entrée et regardait fixement le maitre du corps.
« la personne qui me tuera deviendra le nouveau maitre c'est pour cela qu'il est là, et c'est pour cela que je n'est pas beaucoup de temps » dit le maitre du corps toujours d'un ton sec mais sans inquiétude.
« -très bien » si le bucheron voulait l'affronter il faudra qu'il m'affronte d'abord. Mon épée sortit de mon bras, je chargea sur ce monstre et ça grande hache, il accueillit mon attaque avec un grand sourire et se recula pour qu'il puisse m'affronter a l'extérieur de la taverne.
Mon attaque fut très facilement parée, et il continua a me regarder avec un grand sourire, je reconnut dans ce sourire la perversité de notre amis le clown.
Au loin LED courait vers nous, les homme du bucheron tentèrent de l'empêcher de passer, mais je savait que ce n'était qu'un simple contre temps pour LED. Mais il fallait qu'il soit là pour qu'on et une chance de battre le bucheron.
« - tu m'as volé et j'exige que tu me rende le pouvoir d'illusion des immortels,il ne t'était pas destiné » dis-je pour gagner du temps.
« - tu ne veux pas non plus que je devienne généreux en plus »
« - alors je vais le reprendre »
LED arriva a ce moment là, et je me tourna vers lui.
« -où est Bozo il ne serait pas de trop »
Le Bucheron ce mit a rire et lança en se préparant a ce battre
« - avec ce que j'ai préparé a ce clown, il est pas près de venir a votre secours »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mar 2 Déc - 22:51:32

Bizarrement je me sens de mieux en mieux en approchant de la taverne, mon mal de crane se dissipe et mes énergies me revienne.
Lorsque enfin j’arrive à la taverne, je voie le Bûcheron et Lunder se battrent et un homme étrange dans la taverne derrière le combat.
« viens » me dit-il dans ma tête
« pourquoi ? »
« car tu est mon successeur et tu dois me combattre, viens le temps presse »
j’approche de la taverne à grande vitesse en évitant les hommes du Bûcheron et passe à côte du Bûcheron, qui me sourit en m’assenant un coup de hache vite parer grâce à un mur d’acier sortant du sol. Cette action déstabilise le Bûcheron qui est touché par un coup de Lunder. J’arrive enfin devant l’homme mystérieux.
« sais-tu que j’ai attendu pendant longtemps que tu vienne à moi, je suis le maître du corps et tu est mon successeur, ou plutôt celui qui doit me combattre et me tuer pour obtenir le titre, le combat se fait sans arme »
« je suis prêt à te combattre »
il se forme autour de nous une bulle qui nous isole du monde
« bonne initiative » dit-il.
le combat débute soudain et chaque coups mit semble répandre une onde dans l’espace de la bulle, les coups se suive très vite et les ondes semble saturé l’air, et me déstabilise autant que mon adversaire. Je me concentre mais le maître devant semble très fort pour son âge ; malgré tout, je le touche au ventre, cela le déstabilise j’enchaîne ainsi trois autres coups terminé par un coup ralliant toute ma puissance dans la tête. Il tombe par terre et la bulle que j’ai crée se disloque, libérant ainsi toute les ondes emmagasinée qui met à terre ainsi tous les hommes du Bûcheron.
Le maître par terre crache du sang « je vois que ta force est grande et grâce à cette force tu devient le maître du corps, je suis vieux et j’ai bien vécu, prend ce fardeau et fais ce que moi je n’ai pas fait de mon vivant »
Une lumière sort de sa bouche et entre dans mon corps, je me sens en plaine forme et mieux encore, je jette un dernier regard au vieille homme et regarde le Bûcheron et son regard débordant de haine pour celui qui lui a volé se qu’il désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 3 Déc - 17:25:23

Le voyage sous-terrain est, il est vrai, beaucoup moins rapide que la téléportation…Mais bon je ne choisis pas les formes que je prends…

« Accélère L.E.D., je sens des puissances converger vers la Taverne. Dit Ansem. Le Bûcheron mais je sens également un être puissant mais extrêmement fatigué… Son aura ne m’est pas inconnue… »

« C’est le Maitre du Corps ! Je le sens aussi ! Un savoir m’est revenu : pour accéder à la Maitrise du Corps il faut battre à mains nue le Maitre précédent ! Il nous faut empêcher le Bucheron d’approcher du Maitre ! »

Mes mains grattent d’une frénésie renouvelée. Le temps presse j’ai besoin d’être plus puissant. Ansem acquiesce intérieurement. Nous fusionnons une fois de plus…

Je ne subis pas le choc aussi fort que les dernières fois, je garde donc un certains contrôle de moi-même. Ma bonne bouille de taupe devient ignoble, les dents et les griffes augmentent de taille, elles se font diamant. Mon corps double de volume. Je ne suis plus une taupe mais une véritable foreuse.

J’arrive enfin à la Taverne, juste à temps pour voir Lunder pousser le Bucheron hors de la Taverne. Des soldats tentent de m’arrêter mais dans l’état ou je suis ils deviennent de simple quilles sur une piste de bowling. Je suis rapidement sur le Bucheron l’empéchant ainsi de se jeter sur Crowley. Il y a un homme à terre, je comprend qu’il s’agit de l’ancien Maitre du Corps.

« Rentre à la Taverne et préparez vous au départ ! Nous allons tenter de le retenir »

Lunder et moi encerclons et harcelons désormais le Bucheron. Nous sommes comme en communication. Nos attaques sont coordonnées dans un bal réglé à la seconde prés, mais le Bucheron résiste.

C’est alors que le Bucheron dresse une barrière entre lui et nous. Un sceau, que je ne connais pas, orne cette barrière. Nous redoublons nos attaques. Un détail m’interpelle, le Bucheron frappe sur sa propre protection, mais ma transe m’empêche de chercher plus loin la raison de son attitude. Surtout que cette barrière me met en colère, la bête se déchaine de nouveau.

La barrière se fissure, un éclat apparait. Nous frappons ensemble, le Bucheron, Lunder et moi cet impact… La barrière explose littéralement.

L’explosion est si forte que Lunder et moi sommes projetés au pied de la Taverne, elle rompt même ma transe. Le Bucheron, qui était au centre de l’explosion, est resté sur place mais les soldats, créés par ses illusions, s’évapore.

« Debout ! Levez vous ! » hurle Ansem

Je me relève difficilement et rentre avec Lunder, visiblement sous le choc également, dans la Taverne. Je vais directement au cockpit.

« Amalya ! Je vais avoir besoin d’aide pour piloter la Taverne »

Amalya me suis et ensemble nous faisons décoller notre chez nous. Une fois dans l’espace, hors de portée du Bucheron, je mets la Taverne sur orbite, en pilote automatique, puis retourne m’écrouler sur un fauteuil prés de la cheminée.

Je suis tellement épuisé que je ne remarque même pas que j’ai repris l’apparence que je possédais il y a bien longtemps, celle qui était mienne avant que je ne devienne L.E.D., avant que ELLE ne se libère… Ansem a pris son apparence originelle, celle dans laquelle les personnes de la Taverne l’avait vu pour la première fois.

Il se met en boule sur moi, je le caresse.

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 3 Déc - 23:33:40

Amalya me ramena à la taverne. Je fus soulagée de pouvoir enfin m’asseoir sur un fauteuil. Bien sûr ce repos fut de courte durée car les autres dehors dégageaient une telle énergie que personne ne pouvait rester stoïque. Ca me donnait même mal à la tête. Je me levai donc et regardai par la fenêtre.

Je fus heureuse de découvrir que le Bûcheront n’aurait pas le titre du maître du corps. Mais l’autre combat paraissait plus surnaturel. Chacun des trois adversaires déployaient une telle quantité d’énergie que lorsque la barrière apparut, il était impossible de savoir qui l’avait créé.

Le sceau sur la barrière me rappelait quelque chose mais je n’eue pas le temps de chercher car la barrière explosa ; je ressentis comme une cassure dans mon esprit qui provoqua une vive douleur. Je fus incapable de rester debout, je m’assis donc sur une chaise. La douleur fus si douloureuse que lorsqu’elle disparut je mis quelques temps à me rendre compte de sa disparition.
Je levais les yeux et vis qu’on était en orbite autour de cette fichu planète.

Etant rassuré, je me servis un verre et me mis à réfléchir sur cette vive douleur apparut dans ma tête. Au bout de quelques minutes, je me rendis compte que ce sceau était apparut dans l’esprit d’Emialisse. Je compris soudain qu’il venait d’être brisé par le combat des trois ; je ne savais pas si c’était une bonne chose ou non, mais je pouvais lui réclamer mon du.

Tu crois pouvoir rester tranquille maintenant et réclamer ce que tu ne mérite pas.

Je fis un bond sur ma chaise. Regardant autour de moi, j’aperçu le noir complet à l’extérieur de la taverne. Je m’approcha d’une fenêtre. Effectivement, on ne voyait plus rien à l’extérieur. Cela me rappela beaucoup mon « chez moi ».
Tu as bien deviner. Sans le sceau, voilà ce que je peux faire. Je peux enfin me venger de la Confrérie. Mais d’abord je m’occupe de toi.

Sans hésiter j’ouvris la porte de la Taverne. Mais contrairement à qu’on peut croire, ce n’était pas l’espace derrière. Je claquai la porte et me retournai.
« Surtout ne sortez pas, si vous n’êtes pas habitué vous risquer de tomber infiniment. C’est un monde d’esprit, il a été détruit il y a ……si longtemps. »
Je fis une pause.
« Vous vous souvenez de la femme noire qui est venue me chercher sur le monde de l’esprit. Eh ben en faîte, le sceau qui retenait ses pouvoirs a été détruit durant le combat avec le bûcheron, c’était ça, la barrière. Maintenant, elle veut se débarrasser d’une certaine Confrérie. Sauf que…elle préfère s’occuper de moi avant. »

Je me retournai et rouvris la porte. Je me mis juste à l’extérieur de la Taverne. Je savais qu’il fallait un puissant esprit et montrer une grande assurance pour ne pas tomber dans le vide.
« -C’est chouette, non, maintenant je peux faire ce que je veux et je n’ai pas eu besoin de ton aide. Dit Emialisse en apparaissant à la lumière de la taverne.
-Comment ?
-Je suis resté dans ton esprit pour te surveiller. Tu as rencontré des gens si puissant qu’il ne manquait plus qu’une petite bataille entre eux pour le détruire.
-Ils l’ont détruit, j’ai terminé, j’ai détruit le sceau….
-Non, c’est eux, je ne te dois rien. Et puis rend-toi à l’évidence, comment recréer un monde détruit par je-ne-sais-quelle-force. Elle souriait.
-Tu m’avais pourtant assuré de pouvoir refaire mon monde. Je fus prise d'une grande tristesse. Si tu ne vas pas le recréer, pourquoi m’as-tu ramené dans ce monde ?
Elle s’approcha.
-Je suis désolée pour tes amis mais ils étaient avec toi, je ne voulais que toi. Mais désormais je vais devoir les tuer eux-aussi. Voyant que j’ouvrais la bouche pour parler, elle ajouta en murmurant à l’oreille, que pense-tu d’une petite illusion, tu sais celle où tu crois voir des monstres mais ce ne sont que les autres personnes présentes dans la pièce.
-Non, tu ne peux…
-Pas? si! Et viens voir, on va s’amuser. Elle avait un sourire sardonique.
Elle regarda par la fenêtre.


Dernière édition par L.E.D. le Jeu 4 Déc - 15:45:38, édité 1 fois (Raison : juste les fautes du passé simple....)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daeldir
Protecteur des lapins blancs
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 28
Royaume : Un gros tétrahèdre lyrico-délirant quelque par dans une boule à neige avec un soleil au milieu
Histoire préférée : Lapinot et les carottes de Patagonie
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Sam 24 Jan - 23:36:26

Sur un monde dévasté par la guerre, au haut d'une haute tour en pierre, la Conscience s'éveille. Elle est en colère... Très en colère... Ils sont partis... Ils sont PARTIS !
Elle n'arrive pas à y croire. Elle se souvient de tout le temps qu'elle a attendu, pour pouvoir, enfin, affronter des êtres à sa mesure.
Mais eux, eux... Ils l'ont ignoré ! Ils ont tué l'autre, et ils sont partis !
Ha ! Si elle avait eu un autre corps, plus remarquable, plus audacieux, que ce stupide larbin domestique, oui, ah ! oui, ils l'auraient remarquée... Ils se seraient vraiment battus, et elle les aurait vaincu !
Sur un monde dévasté par la guerre, la Consience a un but, et sa rage va s'emplifiant.
Ils sont partis... Mais pas tous...

Lin Issi sortit de sa transe. Son corps était enfin régénéré. Autour de lui, tout était calme. Et noir. Noir ?
Ses compagnons... Il faudrait qu'ils s'y habitue, ils étaient bien plus actifs que les moines. Ils couraient dans tout les sens, cherchant un sens à leurs actes, un acte à leurs sens, ou n'y pensant même pas et... Courrant d'un endroit à l'autre, fatalement, ils avaient oublié le petit bonhomme calme et silencieux qui avait commencé à les suivres il y a quelque temps.
"Bon... Où suis-je, et où sont ils ? Il va bien falloir que je les retrouve..."

Alors, il prit conscience de la Présence. Quelqu'un était sur lui. Une créature bavante, une sorte de monstre. Il fallut un moment au moine pour comprendre, dans l'obscurité, que cette bête était... Le Majordome. Mais dénué de tout son aspect civilisé.

La créature se pencha sur lui et dit :
"Tu es puissant... Mais si tu crois que je vais t'épargner... Donne moi ta puissance... Car crois moi, tes tours de passe passe ne marcheront pas sur moi. Je ne suis pas assez bête pour te frapper..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalya
Passeuse
avatar

Nombre de messages : 233
Age : 31
Royaume : Les Contrées du Rêve
Histoire préférée : Feuille de Niggle, dans Faerie, de Tolkien
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Dim 25 Jan - 0:29:01

Dans la taverne, Amalya sent soudain qu'un point vient d'être atteint. Les trois Maîtres sont enfin réunis... Pourquoi ? Dans quelle but ?

Les évènements des derniers jours se font soudain ressentir. Elle sent la fatigue l'envahir. Elle laisse LED conduire ; après tout, il sait peut-être où il faut aller.
Dans un état second, elle se rend dans une chambre du dernier étage, l'une de ces petites pièces avec juste un lit confortable sentant la lavande, un gros édredon moelleux. Elle s'écroule, terrassée par la fatigue.

Juste avant de sombrer dans le sommeil pour la première fois depuis des jours, une pensée vient la titiller.

J'oublie quelque chose... Non, deux... Il y avait quelque chose dans les lignes du futur...

Dans la petite pièce loin de toute l'agitation de la salle commune, on n'entend bientôt plus qu'un ronflement discret.

_________________
"C'est l'Histoire, pas celui qui la raconte." Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aucoindufeu.superforum.fr
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Lun 26 Jan - 13:29:56

Le sommeil à raison de mes dernières forces. Je suis las, je ne veux plus me battre...Maintenant que nous sommes tous les trois réunis pourquoi est ce que les souvenirs de mes prédécesseurs ne me reviennent pas ?

Va t'on devoir combattre tous les monstres qui rève de pouvoir et de mort. J'en ai ras le bol! Je voudrais retrouver mon précieux belvédère, celui qui donnait une vue magnifique sur mon monde. Celui sur lequel, mon roi et moi passions nos nuits à philosopher.
Pourquoi est ce qu'ils ne se réunirait pas au même endroit comme cela on leur fout une bonne raclée.

Dans mon sommeil, mon rêve me mène dans la salle du Coeur. Là je me pose sur mon fauteuil. Il se soulève et je flotte aux milieux des statuettes qui représente les êtres d'un monde. Puis je vais vers la bibliothèque et je choisis mon monde. Ausitôt, l'échiquier se met en place. Les pièces avancent, grandissent, disparaissent...elles vivent quoi! Je me nourris des émotions qu'elles émanent... Je m'enivre. Puis une idée me vient!

J'ouvre les mondes les uns aprés les autres. Je cherche, observe et passe à un autre. Je commence à entre voir ce qui se passe vraiment dans notre Univers...

L'extitation revient, pas celle du guerrier mais celle du stratège...

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.


Dernière édition par L.E.D. le Lun 11 Mai - 20:12:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 6 Mai - 12:34:48

Je regarda simultanément tout le monde la taverne, tous en avais marre de se battre contre des force toujours de plus en plus puissante. Chacun d'eux avais un passer particulier ce qui faisait d'eux des être particuliers. Mais pourquoi, pourquoi nous?
Nous voulions juste sauvez un ami, et nous voilà prit dans une guerre a l'échelles d'un univers.
Ambre a créer par son pouvoir d'illusions son propre adversaire et a choisit l'univers comme champs de bataille. Sauf que Ambre ne peut pas gagner contre elle même, peut être ne sait t elle même pas que ce sont ces propres créations?
En tout cas si nous détruisons ambre, ces créature disparaitrons mais l'univers avec.
Une voix me tira de mes réflexion, la taverne vennait de s'immobiliser, mais apparemment quelques choses n'allait pas, ma lame glissa le long de mon bras, « lailose, si tu est là, j'aurai encore besoin de tes pouvoir », pensai-je.
Un grand bruit ce fit entendre toute la taverne trembla, puis ce fut le noir, un noir impénétrable et terrifiant, mes compagnon avais disparut.
Des formes sortirent du sol, elles prirent petit a petit l'apparence d'ambre. Mon premier réflexe fut de charger sur la première de ces image mais elle esquiva avec une facilité impressionnante mon attaque, je ré attaqua avec plus de conviction cette fois-ci, les autres ambre regardait le combat sans bouger, une fois de plus l'ambre para sans difficulté toute mes attaques, apparemment je me trouvait devant une réplique exacte de la vrai Ambre, il me fallait lailose, mais il ne répondait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   

Revenir en haut Aller en bas
 
La taverne en vaisseau de L'Univers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 11 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
 Sujets similaires
-
» 33- Le justicier de l'univers
» Le Secret de l'Univers 6 • Là où le Soleil s'Éteint
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» Vaisseau Vulcain tiré de la série Enterprise
» Des dessins uniquement sur l'univers Castlevania

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au coin du Feu... :: Rapprochez-vous du Feu... :: La Table des Mondes-
Sauter vers: