Au coin du Feu...

Echanger des histoires au coin du feu, et faire vivre d'autres mondes par la magie des mots...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La taverne en vaisseau de L'Univers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
AuteurMessage
Reynio

avatar

Nombre de messages : 135
Age : 30
Royaume : Temeria
Histoire préférée : Trilogie de Wielstadt, Pierre Pevel
Date d'inscription : 15/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mar 15 Mai - 21:53:30

Entre la pulsation sourde qui ne cessait pas au fond de son esprit et le mal de crâne déclenché par les « échos du lieu », Aïs ne savait plus ou donner de la tête. Il se contenta de suivre Ouyasaï et obéit à chacune de ses injonctions comme un somnambule. La seule chose qui lui importait était de veiller à ce que son esprit ne s’éparpille pas aux quatre vents comme il menaçait de le faire ; son instinct de conservation le poussait à préserver son intégrité.
Heureusement –ou malheureusement- le « professeur » l’aidait du mieux possible.

Il ne prêta pas plus attention à la disparition d’Amalya qu’à celle de Lunder, tout tourné qu’il était en son esprit et vers les mouvements Ouyasaï. Il faut noter que les moindres pensées, conscientes ou non, effleuraient son esprit avec l’ardeur d’un fouet, et que le phénomène s’amplifiait alors qu’Aïs marchait. Il était le seul conscient de cet attouchement si intime de par sa formation de Voleur de Rêves, mais une chose était très claire : seul la Maîtresse de l’Esprit pouvait supporter la puissance de ces lieux qui n’étaient conçus que pour elle. Les autres risquaient de mourir de la même manière que lui, bien que le glissement progressif vers la mort leur serait plus calme et plus inconscient que pour lui.
La seule qui lui semblai capable d’échapper à ça était Amalya, car elle avait des pouvoirs qui lui semblaient particuliers, acceptés, voire cautionnés par l’Esprit de l’Univers. Tout les autres était là bas moins que poussière et ne pourraient tenir éternellement.

Lorsque Ouyasaï tenta de faire franchir un certain seuil à L.E.D. et Aïs, celui-ci senti la douleur monter à son paroxysme. Mais il senti aussi la hulle s’éloigner et le monde changer. Il était rejeté par l’Esprit de l’Univers, et L.E.D. avec lui.
Ils étaient tous deux considérés comme des parasites aussi, le rejet n’était pas dénué d’une certaine forme de violence, mais après les destructions que ses souvenirs et son esprit venaient de subir, Aïs n’y pensa même pas, trop heureux de sentir le mal de crâne non pas diminuer mais muter pour devenir plus naturel (si ce n’est que son origine était les « assauts » que l’Univers venait de lui porter).

Aïs apparu dans l’ombre à quelques centimètres du sol. Il tenta d’atterrir correctement mais son sens de l’équilibre était par trop faussé et il s’écroula douloureusement. Il ne se passa que quelques secondes avant que Lunder apparaisse à son tour, puis enfin Amalya et Ouyasaï. Aïs vit en reprenant tranquillement ses esprits qu’il se trouvait dans la cave (il ne s’en étonna pas, il commençait à avoir l’habitude de ce genre de bizarrerie), profita de la fraicheur du sol, écouta vaguement se qui se disait puis, afin de reprendre correctement ses esprit, se releva lentement et monta malgré sa vue légèrement brouillée les marches de l’escalier pour sortir respirer un peu d’air frais.

Sa vue était certes encore un peu floue mais Aïs senti confusément en arrivant dans la salle commune que quelque chose ne tournait pas rond. Il regarda un moment les tables, deux ou trois chaises renversées, la porte de la taverne fermée, les volets tirés, un quelconque alcool répandu sur le sol près du bar… Il ne savait dire ce qui le choquait, mais il était persuadé que rien n’allait. C’est à ce moment peut-être, que dans une histoire, le personnage prend garde aux bruits plus lointains, les clameurs étouffées ou les craquements du parquets tout proche et décide d’avancer seul pour être sûr de quoi il retourne avant d’aller prévenir ses compagnons. Mais Aïs n’était pas de ce genre là. Pour commencer, il avait vécu seul trop longtemps pour penser une seule seconde à ses compagnons puis il était encore trop perturbé pour prendre garde aux bruits ou lumières qui pouvaient attirer son attention.
Alors il se contenta de plonger la tête dans un bac d’eau qui trainait par là puis d’avancer seul face aux tours de son imagination. Puis, il changea d’avis. Il allait d’abord mettre des vêtements propres : les siens étaient couverts de poussières.

Le Voleur de Rêves monta donc les marches et entra dans la première chambre (dont les volets étaient aussi fermés) qui se trouvait dans le couloir, ouvrit un placard et récupéra les vêtements susceptibles de lui aller. Il ne passa guère plus d’une minute à enfiler une chemise, un pourpoint sombre et un étrange pantalon bleu sombre très solide portant sur une étiquette la mention « Levi Strauss » tout en pensant aux derniers événements.

L’onde de changement qui résultait du combat d’Ambre avait peut-être dépassé la taverne auquel cas, un nouveau monde serait à découvrir ; sinon, le danger allait être terrible lorsqu’elle passerait sur la taverne. Et Ambre. Ambre… Pourquoi la sentait-il dans son esprit ? Le professeur refusait de répondre à la question et il n’osait pas en parler aux autres. Il remonta ses défenses mentales du mieux possibles et retourna dans le couloir. C’est là qu’Aïs prit réellement conscience que quelques personnes parlaient dans une pièce voisine.
-Je ne crois pas que ce soit de bonne augure… Tends l’oreille…
-Il y a du grabuge, demanda Aïs au professeur.
-Le mieux est encore d’aller jeter un œil par la fenêtre, non ?
-On va d’abord aller demander à ces gens de se présenter aux comptoirs et de discuter tranquillement.
-D’accord… J’aurai une chose à te demander Aïs, quand ce sera fini, annonça timidement le Pr Reynio.
-Oui ?
-Quand ce sera fini. Où que tu auras le temps. Tu n’en aura pas pour longtemps et ça ne se situe pas loin d’ici. Je t’en reparlerai plus tard, mais c’est très important pour moi.
-Très bien.

Aïs poussa la porte de la salle voisine et compta trois humains. Une investigation mentale rapide lui permit de s’assurer qu’il s’agissait d’humain puis il entra. Les trois hommes fouillaient l’une des chambres et l’un d’eux venait de découvrir ce qui pourrait ressembler à un interrupteur. Entendant Aïs entrer, les trois hommes se retournèrent et le toisèrent méchamment. Celui qui semblait être le chef fit un signe mais Aïs ne cilla pas. Il avait toujours une rapière dans sa main gauche et la pierre dans sa droite. De toute manière, il n’avait pas l’intention de lever son arme.
Il fouilla un peu l’esprit du chef et trouva ce qu’il cherchait : il s’agissait de mercenaires, ils avaient été engagés par Ambre mais leur mission n’était pas claire dans l’esprit de ce mercenaire. Aïs vit ensuite des images récentes : le feu jaillissant de la taverne et brulant la horde avec le terrain alentour, un homme en noir qu’Aïs n’avait pas vu sortait de la taverne pour affronter les mercenaires et enfin, les vrais adversaires des mercenaires arriver sur le champ de bataille. Aïs ne parvint pas à déterminer qui étaient ces adversaires, et ne chercha pas plus loin car un homme arrivait sur lui pour le pourfendre. Il s’enfonça correctement dans l’esprit du chef puis écrasa sans remord une partie de son esprit et lui ordonna d’attaquer ses deux compagnons, ce qu’il fit sans attendre.

Les chef tua l’un des deux hommes sur le coup puis se retourna vers l’autre pour l’affronter tandis qu’Aïs partait. En sortant dans le couloir, il rentra dans un mercenaires qui retournait dans la pièce pour voir son chef. Par réflexe, Aïs agita maladroitement son arme et lui fit une estafilade sur la jambe avant d’être brutalement repoussé contre le mur. Le choc lui fit lâcher sa rapière et le mercenaire lui décocha un méchant coup dans la mâchoire qui fit tomber Aïs sur le sol. Celui-ci rampa un peu sur le sol tout en essayant de mettra bas les défenses mentales du mercenaire mais Aïs était trop choqué pour être efficace face à l’esprit sauvage du mercenaire. Alors, avant que ce dernier ne saute sur lui, Aïs se retourna brusquement et lança sa pierre sur le front de l’homme. Celui-ci s’écroula, pris de spasme. Aïs ramassa la pierre en se demandant ce que le professeur avait pu lui infliger durant la fraction de seconde où la pierre fut en contact avec son front puis descendit quatre à quatre l’escalier : il avait bien l’intention d’économiser au maximum ses facultés.

En déboulant dans la salle commune, il vit que le groupe s’y trouvait et maintenait une conversation animée. Il patienta une seconde, tenta d’interrompre l’un ou l’autre sans grand succès puis, comprenant qu’il n’y arriverait pas, attendit que le chef des mercenaires se trouvant à l’étage reprennent ses esprits et redescende, ce qui prit en tout environ une minute douze. L’homme déboula dans la pièce sans s’attendre à trouver autant de monde et resta interdit sur le seuil une fraction de seconde, suffisante pour que Lunder se lève et mette l’homme à terre de quelques mouvements bien exécutés.

-Il m’a déjà dit tout ce qu’il savait, annonça Aïs, il semble avoir été engagé par Ambre. Maintenant, je crois que vous feriez bien d’aller jeter un œil au dehors, parce qu’il y a du méchant grabuge et si j’en juge par ce qu’il a lui même vu, il y a au moins trois forces en présence en comptant l’homme en noir. Le champ de bataille se situe derrière l’auberge... Je suppose qu’il faut qu’on y participe joyeusement, n’est-ce pas ?

_________________
Je vais construire ma cabane là-haut pour éviter les tigres...
Gnnn hmpf! Rah hmmmpff!...
Bon, je vais plutôt la construire en bas pourheu... pour éviter les écureuils!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evilgate.gn.free.fr
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 16 Mai - 13:31:28

Lorsque nous rentrons dans la salle de L'Esprit elle nous renvoie directement dans la cave de la taverne.
"Je n'aime pas cela!" dis je à voix basse.
"Je suis d'accord! La salle ne nous à pas envoyer ici pour rien!"me dis Ansem.
"Je ne parlais pas de cela mais du calme étouffant qui règne dans notre Taverne. Comme si tout le calme de L'Univers c'était stocké ici."
Alors que je discute avec Ansem Amalya, Lunder et la Hulle sont revenue et remonte avec Aïs dans la salle principale.
"Tu ne les suis pas?"
"Non attend deux secondes!!!"

Je ne sais pas trop pourquoi mais mon coeur m'ordonne de pratiquer ce que je n'avais encore pas tenter... Je ferme les yeux et me concentre... Je ressens mon coeur qui est comme un mini soleil puis je voyage dans la taverne. Je ressens le coeur de mes compagnons, je les vois ces plusieurs petits soleil , je sens leur chaleur. Ainsi je sais que Aïs se trouve à l'étage...Soudain mes yeux se froncent : il y a encore 4 personnes à l'étage. Mais je n'est pas le temps de prévenir les autres de toute façon les autres n'auront pas de mal pour s'en débarasser. Pour le moment une seule chose m'angoisse.
"Mais où est Shu-Hann??"

Je décide donc de continuer ma recherche hors de la taverne mais une barrière m'empèche de passer la porte...
"Qu'est ce qui se passe?" s'inquiète Ansem
"C'est le calme dont je te parlais il agit comme un bouclier mais je n'ais pas dis mon dernier mot."
Je me reconcentre et au lieu de forcer sur la porte je me glisse par la serrure...
Mais à peine dehors je suis aveuglé par la leur de millions de soleils. Je hurle de douleur, mes yeux comme tout mon corps me brûlent, Ansem rompt rapidement le sortilège. Je m'écroule, à genoux sur le sol, mon corps fume.
"Merci mon vieux une seconde de plus et je pouvais dire adieu à mes yeux."
"Qu'est ce que c'était?"
"C'était les coeurs de millions de personnes. Dehors c'est la guerre. Et comme la taverne est un lieu sacré du calme. Le calme de tout ce monde est réfugié ici pour protéger la Taverne et ses occupants."
Le temps de me remettre je remonte dans la salle principale pour annoncer la terrible nouvelle. Mais Aïs me coiffe sur le poteau.
"Il a raison! Et il faut faire vite!"
Chacun se prépare rapidement à l'affrontement, moi j'attrape La Hulle et l'attire dans un coin.
"Vite il faut que tu libère et me rende le monstre que tu as capturé la dernière fois. Car le combat risque d'être violent et il me faudra toute ma puissance."

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalya
Passeuse
avatar

Nombre de messages : 233
Age : 31
Royaume : Les Contrées du Rêve
Histoire préférée : Feuille de Niggle, dans Faerie, de Tolkien
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 16 Mai - 17:35:21

Les évenements s'enchainent rapidement une fois revenu dans l'auberge. Dehors c'est la guerre, et dedans la bataille a aussi commencé à entrer. Tandis que nous sommes tous dans la grande salle, je pose doucement mes mains sur le comptoir, et j'entre en contact avec l'âme de l'auberge. Je la sent frémissante, et attente, en mutation. Ceux qui l'ont occupé l'ont changé ; je n'en attendais pas moins. Je retiens un sourire narquois en pensant à mon rêve d'auberge calme et tranquille : mon destin n'est pas d'échapper à la fureur du monde. L'auberge a changé, depuis la dernière fois. Je sens dans son bois que bientôt son charme se rompra, et la guerre pénètrera à l'intérieur. Les Sanctuaires sont difficiles à mettre en place et disparaissent dès qu'ils essaient de riposter...

Je repense à ce qui s'est passé. Une chose est certaine : tout nous pousse vers le troisième univers, celui du corps. Une seule chose ressort de l'histoire actuelle : réunir les Trois, et après, je ne sais. C'est faire aussi le jeu d'Ambre, mais je me demande si cela ne nous sert pas aussi.

Je vais vers le mercenaire assommé par Lunder et Ais. Il est méchamment sonné.
Je lance aux autres :
"Allez vous battre si vous le jugez necessaire, mais éviter d'amener le combat dans ce qui reste de l'auberge. Moi, je vais soigner cet homme et ses compagnons, et ensuite j'essayerais de voir si je peux finir la transformation de l'auberge, pour qu'elle puisse rejoindre l'Univers du corps. La bataille qui se déroule ici ne concerne que les Anges, les ours et Ambre."

L'aubergiste vient me filer un coup de main pour mener le mercenaire sur un lit à l'étage. Au passage je croise le regard surpris des autres.

"Aucune flamme ne mérite de s'éteindre, et je fatigue de voir le monde sombrer dans la violence sans cesse... S'ils sont rentrés dans l'auberge, c'est qu'ils pouvaient le faire, et donc qu'ils n'avaient pas de mauvaises intentions. Donc je vais les aider."

_________________
"C'est l'Histoire, pas celui qui la raconte." Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aucoindufeu.superforum.fr
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 16 Mai - 21:03:40

La hull senti LED lui attraper le bras puis lui demander de relâcher son monstre. Elle le regarda bizarrement, puis dit d'une petite voix :
"Tu es sur de vouloir ça ? Tu n'arrivais pas à la contrôler avant, pourquoi y arriverais-tu maintenant ? Elle est trop puissante pour que je la laisse sortir sans surveillance et le problème c'est que je n'ai pratiquement plus de forces pour quoi que ce soit."
Ouyasai regarda LED avec un visage désolé, puis s'écarta.
Elle vit Amalya soigner le mercenaire à terre, elle voulut l’aider mais préféra garder ses forces.

Ouyasai regarda Amalya et dit : « Tu veux qu’on parte tout de suite, faut pas sauver cette univers avant ? »
Puis, elle regarda par la fenêtre discrètement et vit beaucoup de mercenaires. Elle pensa à Emialisse qui devait se trouver dans le coin et pourrait les aider, elle l’appela. Elle l’entendit arriver dans sa tête
« Tu veux bien venir nous aider s’il te plaît ? Après je pourrais venir.
- Vous pouvez pas vous débrouiller tout seule... J’avais pas envie. Bon, attend deux seconde ! » Ouyasai entendit un soupir et sentit Emialisse sortir. La hull resta à regarder la fenêtre et attendit la femme noire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mar 22 Mai - 13:34:32

Je comprend la réaction de La Hulle...J'hésite mais je sais qu'il me faut toute ma force... Je la rejoins vers la fenêtre...
"Ecoute moi Maître de L'Esprit! dis je doucement. J'ai besoin de tout mon coeur et la partie noire de celui-ci est aussi importante que le reste. Je ne le controlerais pas et c'est le but!"
La Hulle cherchais à percer dans mon esprit quel est le plan qui pouvait se former.
"Ecoute Je vais sortir pour protéger cette taverne. Une fois dehors si tu as assez confiance en moi libère le monstre. Je ne le controlerais pas il faudra donc dire aux autres de ne pas se battre prés de moi...Pour le monstre ne t'en fait pas la violence du combat abreuvera sa soif et je redeviendrais normal..."
Je la fixe un moment dans les yeux pour qu'elle essaye d'y voir mon but. Puis je me dirige vers la porte et juste avant de sortir je lui lance :
"Réfléchis bien car sans lui je risque de mourir!"
Un dernier sourire et me voilà qui me jète dans la bataille.

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalya
Passeuse
avatar

Nombre de messages : 233
Age : 31
Royaume : Les Contrées du Rêve
Histoire préférée : Feuille de Niggle, dans Faerie, de Tolkien
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 13 Juin - 23:27:07

La demoisselle bleue me demande ce qu'on fait de l'Univers. Humpf...
"Bon, je vous laisse 6H pour finir vos histoires ici, mais après je décolle. Je crois que ce monde ne nous appartient pas, et donc on ne pourra pas le sauver."

Je m'occupe des mercenaires blessés, que j'installe dans la chambre où l'un d'eux est mort. Ca m'embête d'avoir un cadavre ici, mais je ne peut sortir pour le moment. Quand à me trimballer un mort entre les Mondes, c'est le meilleur moyen d'attirer sur nous l'attention de Choses toutes plus atroces les unes que les autres. Bon, on s'en débarrassera plus tard. Je me contente de figer l'esprit du mort dans un verre d'eau : tant qu'il reste près de son ancien corps, il le protège des Extérieurs.

Puis je panse les deux autres. En enlevant les habits tachés de sang, un papier tombe de la poche du plus gros. Je finis de les soigner, puis je regarde la feuille. L'écriture manuscrite est soignée, et semble féminine.

Citation :
A Vienne, le 14 décembre 1934

Cher Remus,
Comme tu l'a appris, le voyage en Amérique s'est avéré être un échec cuisant. Les jésuites ont trouvés avant nous le site et nous ont ensuite empêché d'y accéder. Ce n'est pas le seul ennui qu'ils nous aient créé. Cependant Aleister ne désespère pas : d'après lui ce siècle est propice aux changements. Les étoiles nous seront de nouveau favorable, et une autre expédition est déjà sur pied. Hélas, il nous manque cette fois des documents précis. Comme tu est déjà au Caire et que tu y a des contacts, j'esperais que tu pourrais te renseigner pour nous sur la localisation d'une cité dans le désert. Je joins à cette lettre des documents qu'Aleister m'a donné : ils t'aideront dans ta quête. Le temps presse, hélas...
Le Dr Rajhmal prétend aussi qu'un vieux marabout qui haibte sur la rive droite, Alzra Ibn Fahaki, connait assez bien les secrets du Sphinx...

Qoui qu'il en soit je compte sur toi, et j'espère avoir bientôt l'occasion de te voir.

Ta soeur aimante,

Alexandra

Vienne ? Mais... Ces hommes viendraient de mon monde ? Enfin, d'un monde qui y ressemble. Amérique, ça ne me dit rien, et Caire non plus. Une certaine nostalgie me prend, un petit vague à l'âme. Je sens soudain le poids des siècles sur mes épaules, les univers traversés...

Je croyais pourtant être plus loin que ça... aurait-je tourné en rond ?
J'entends alors des cris dehors. Je pense soudain que mes compagnons se sont peut-être précipités vers la mort, par ma faute. Le remord m'envahit, et je comprend que même si je ne peux les aider à tuer d'autres êtres vivants, il faut au moins que je les protègent.

Je descends les escaliers quatres à quatres. En bas, ils ont l'air affolés et la porte est ouverte. Mais je n'ai pas le temps de voir qui manque, car mon regard est attiré par un nouveau personnage.

Derrière la hull se tient une femme vêtu d'une longue robe bordeau. Sa peau est noire comme l'ebène poli.
Elle se penche et lui chuchote quelque chose à l'oreille. Asimara se fige, les yeux écarquillés.
Et je me fige aussi. En dehors de la couleur de la peau, de cette noirceur extrême, elle est le double parfait d'Arandil, mon ancienne compagne de combat. Arandil, si douce, qui a quitté ma route le jour où j'ai ramassé la couronne du roi-démon vaincu...


_________________
"C'est l'Histoire, pas celui qui la raconte." Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aucoindufeu.superforum.fr
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 13 Juin - 23:43:02

Ouyasai regarda LED sortir, elle voulut l’arrêter mais il parti trop vite. Elle commença à s’inquiéter. Contrairement à ce que pensait LED, elle ne savait pas tout à fait lire dans les esprit bien qu’elle soit la maîtresse de l’esprit. Pour elle, ce titre ne voulait rien dire. Tout ce dont elle était sûr, c’est que LED ne mentait pas. Elle devait donc lui rendre pour qu’il reste en vie mais en même temps, elle n’était pas sûr que cette chose s’apaisera.

Elle resta ainsi pensante quelques minutes. Elle se perdait dans son esprit. Puis, elle entendit une voix, lui disant de se calmer. La hull revient à elle. Elle reconnut la voix. Emialisse lui parlait tout bas à l’oreille : Tu peux lui redonner, tu as confiance, n’est-ce pas ? Alors rend-lui. Si ça peut te rassurer, au cas où, je suis là. » Ouyasai écarquilla les yeux et lui obéit. Emialisse avait raison.

La femme noire lui prit la main, jeta un coup d’œil a Amalya en lui souriant et alla dehors. Elle lui montra quelques cadavres, quelques personnes à genoux par terre, pleurant. Elle lui disait qu’elle avait fait son travail maintenant elle devait venir. Ouyasai regarda ses compagnons avant de se laisser emmener par Emiallisse en haut sur la colline.
« Puisque tu les aime tant, on peut attendre la fin du combat. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mar 19 Juin - 20:59:36

Me voilà dehors!
Devant moi je vois la plus grande armée qu'il m'avait été donné de combattre...
"Pourvu qu'elle le libère!"me sussure Ansem.
"J'ai confiance"
La horde est surement au service de Ambre mais je me fou de savoir contre qui je me bat l'important est de savoir pour qui je me bats.
La Hulle ne mit pas longtemps à me rendre mon Mister Hyde...
"A toi l'ami! Tue, étripe, n'épargne aucun de mes adversaires et toi Ansem envoie un message à Amalya pour qu'ils partent sans nous! Nous les rattraperons un peu plus tard...."
"Tout de suite"
A peine l'ordre exécuter je me transforme et en même temps perd conscience.



Je ne sais pas comment le combat se déroula mais à mon réveil la bête immonde était rassasié et je me retrouve au milieu d'un immonde champs de cadavre recouvrant plusieurs centaines d'hectares sur quelque mètre de haut...

"Quel charnier!"
"En effet Ansem mais mon coeur me dit que ce n'est que le premier d'une longue série..."
Ansem soupire fortement, en imaginant la douleur et l'horreur dont on est capable ensemble...
"Bon ce n'est pas tout mais ils sont surement déjà arrivé au monde du Corps."
"Et comment sommes nous sensé les ratrapper??"
"Mais avec ceci!"
Je lève le bras et claque des doigts.
Ansem scrute le ciel lorsqu'une flamme fend l'horizon, fonce sur nous.
"Qu'est ce que c'est???"
Comme pour répondre à sa question la flamme se stoppe à nos côté laissant la place à une magnifique Doloréane.
"Voici mon vaisseau lors de mes premiers voyages."
"Mais pourquoi une Doloréane?"
"Tu sais tant qu'à voyager d'univer en univer autant le faire avec une voiture qui à de la gueule!"
Je m'empresse de rentrer dans mon vaisseau et instantannement je reprend mon apparence initiale. Et nous voilà partit pour l'univers du Corps.

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Ven 20 Juil - 5:12:08

Après avoir laissé les mercenaires à Amalya je courus dehors, pour en découdre avec toutes ces monstruosités.
Cette fois la bataille serait d’un autre genre, et beaucoup plus difficile que les précédentes.
Je sortis mon épée et m’engouffrai dans la bataille en hurlant ma haine à plein poumons.
Je me battis avec toute la puissance de mon cœur, de mon corps et de mon esprit.
Mais, alors que j’étais entrain de porter le coup de grâce a une de ces immonde créature je vis Asimara partir avec une femme noire, les pensées, les conséquences, les causes, les problèmes et les solutions se succédèrent si vite dans ma tête que la créature a terre me frappa a la jambe avant que, en reprenant conscience du combat, je l’achève.
La colère monta en moi, mais jusqu’où allons-nous pour cette quête désespérée ?
« ASIMARA »
Soudain j’entendis un rugissement derrière moi, je pris impulsion sur ma jambe blessé pour tenter d’esquiver LED qui ravageait tout autour de lui.
J’évitai de justesse son coup de griffe mais le choc de son épaule contre mon torse me projeta contre le mur de la taverne.
J’ignorais combien de temps j’étais resté évanoui mais la bataille c’était déplacer et apparemment il ne restait plus que LED pour ce battre.
Asimara nous regardait toujours d’en haut et la femme noir était a ces côtés. Je me relevai, ma blessure avait déjà guéri et je commençai à croire mon double sur le fait que je sois un immortel.
Je courus en direction d’Asimara en lui criant de revenir mais visiblement elle avait changé, la fille bleu qui se trouvait devant moi n’était plus l’Asimara que je connaissais, son passé l’avait rattrapé et elle le laissait l’emporter, ce n’était plus la fille qui était allé jusqu’à l’épuisement pour nous guérir.
Et cette femme noire dégageait une telle aura étrange et indescriptible, mais pas humaine.
En me voyant courir vers elles, elle se tourna vers Asimara et lui chuchota quelques mots à l’oreille qui eurent pour conséquence de faire perler des larmes sur les joues de notre amie.
Il y eu un flash et la dernière vision que j’eu de notre compagnon bleue fut son regard attristé et désolé.
Je tombai à genou et prit mon visage dans mes main, j’avais été incapable de la sauver comme tant d’autres de mes compagnons.
Les cris de rage de la bataille qui s’éloignait me firent reprendre conscience que je ne pouvais abandonner, aussi je décidai de courir vers la taverne trouver Amalya pour lui poser les questions qui trottaient dans ma tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reynio

avatar

Nombre de messages : 135
Age : 30
Royaume : Temeria
Histoire préférée : Trilogie de Wielstadt, Pierre Pevel
Date d'inscription : 15/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Lun 23 Juil - 20:03:56

Aïs n’avait pas l’intention de prendre part à la bataille : il voulait autant que possible éviter de prendre la vie. Il l’avait suffisamment fait à son goût. Au fond, il ne ressentait pas de remords, sauf pour quelques rares cas. La plupart du temps, c’était lui ou les autres, mais parfois… Quoiqu’il en soit, Aïs éprouvait la plupart du temps une froide indifférence face à la mort d’autrui et cette propre indifférence le révulsait presque.

Il alla proposer son aide à Amalya qui la refusa poliment : elle allait s’occuper des deux mercenaires puis faire décoller la taverne et n’avait pas besoin d’aide.
Il la comprenait, au moins en partie. Aïs employa tout de même une partie de son pouvoir pour atténuer la douleur des deux mercenaires survivants et guérir les quelques blessures superficielles qu’ils portaient.

La voix du professeur sonna dans son esprit.
-Peut-être pourrais-tu me rendre ce petit service, si tu n’as rien à faire maintenant.
-Oui, le moment semble bien choisi.
-D’autant plus que nous allons quitter les lieux.
-Que dois-je faire, questionna Aïs.
-Nous allons sortir ; prends ta rapière au cas où. Je sais qu’elle ne te sert pas mais après tout, on ne sais jamais.

Aïs s’équipa rapidement et pris la porte ; au moment de la franchir, la voix de Reynio résonna de nouveau.
-Aïs, je te prie de m’excuser. Je t’utilise d’une piètre façon pour accomplir cette tâche qui n’est chère qu’à mon cœur. Ce que je te demande ne concerne pas le monde, le multivers, ta quête, celle du maitre de l’esprit, ni rien d’autre. C’est une chose que je n’ai pas pu accomplir de mon vivant et je vois maintenant le moyen de l’accomplir. Je t’ai caché de précieuses informations que je n’avais pas le droit de révéler. Tout ça pour une envie, une ancienne promesse faite à moi-même et un devoir auquel je suis soumi.
Reynio semblait essoufflé par cette tirade.
-Professeur, vous m’avez toujours aidé jusque là. Vous n’avez rien à vous faire pardonner, bien au contraire : c’est moi qui ai pêché par votre mort.
-Alors, reprit Reynio après quelques secondes de silence, je vais continuer à t’aider en te disant deux choses : n’agis jamais par haine pur car cela te perdra ; tu as le droit de suivre ta haine, mais fait le uniquement si tu as une bonne raison de la suivre. Ensuite, ne luttes pas contre tous les destins. Certains ont été décidé depuis de longues années, d’autres se décident dans l’instant. Fais attention.
Un silence lourd s’installa, tandis qu’Aïs réfléchissait.
-Aller, ne pense pas à ça. Peut-être que je suis trop vieux ! Je dois radoter !
-Je ne vous savais pas si vieux, professeur...
-Oui, et alors ? Je te rappelle que je suis mort ! Aller, avance, débarrasse toi de cette tâche qui encombre mon âme et la rempli de regret et de nostalgie. Va entre ces deux collines et enfonce toi dans le bosquet au flan de celle de droite et grimpe vers le sommet.

Aïs passa le plus loin possible du champ de bataille, faisant même un petit détour. Il avança vers les collines, écoutant la douleur qui planait et étendit sa pensée pour soulager quelques peu les blessé, afin qu’ils trouvent la force de survivre. L’effort fourni étant conséquent, Aïs cessa rapidement cette activité.

Grimpant la colline, il sorti du bosquet d’arbre et arriva sur une zone plate. Quelques mètres plus loin, de nombreuses mauvaises herbes grimpaient sur un rocher et le recouvrait presque entièrement.
-J’aurais dû revenir plus tôt, dit Reynio, tu as l’état de cet endroit ? Peux-tu le déblayer pour moi ?

Aïs s’exécuta aussitôt, arrachant les mauvaises herbes, les coupant à l’aide de sa rapière et les écartant à l’aide de ses pieds. Une fois le travail convenablement accompli, il prit le temps d’observer l’endroit. Il semblait qu’un petit chemin sortait du bosquet pour avancer jusqu’au socle de marbre, des arbres disposés de chaque côté formant une haie d’honneur. Le socle de marbre blanc était entouré de plante, l’ensemble formant un magnifique autel.
S’approchant, Aïs observa alors la socle de marbre : de petites marches menaient jusqu’à lui. Il s’élevait à hauteur de hanche environ, faisait un peu plus d’une largeur d’épaule et était un peu plus long que les jambes du Voleur de Rêves. Il s’agissait d’un tombeau.
Une seule marque indiquait qui reposait là : une forme gravé profondément dans le couvercle qui pouvait représenter après quelques secondes de réflexions la tête de quelqu’un possédant de très grandes oreilles rondes.

Aïs posa la pierre sur le socle, afin de permettre à Reynio de se recueillir seul quelques minutes, un sourire aux lèvres. Il se demandait qui pouvait avoir été enterré et quel rôle il avait joué dans la vie de Reynio. Il se demanda si quelqu’un viendrait se recueillir sur sa propre tombe comme le faisait Reynio, malgré son état.

Lorsque Aïs reprit la pierre, il senti immédiatement une chose : la pulsation. Cette pulsation sourde qui plusieurs fois lui avait embrumé le cerveau et réduit ses pouvoirs, cette pulsation avait cessé lorsqu’il avait posé la pierre contenant l’esprit de Reynio. Et maintenant elle reprenait. Alors ce devait être la pierre qui créait cette pulsation ou tout du moins, la relayait…

Alors qu’il rebroussait chemin, Reynio restait silencieux et soudain, la pulsation se fit beaucoup plus forte et une main se posa sur son épaule ; d’un bond il voulut se dégager mais n’y parvint pas et se retourna.
La main d’Ambre le tenait comme un étau.
Et de nouveau Ambre réclama la pierre ; et de nouveau, coupant ce que le professeur allait lui dire, Aïs refusa catégoriquement.

-Tu es têtu ma foi ! dit Ambre avant de le projeter dans les airs très violement.

Il toucha très rapidement le sol et se fit mal malgré la neige le recouvrant. Cette neige était en partie gelée.
La neige de l’Entremonde.
Ambre avait renvoyé le Voleur de Rêves là où sa vie avait basculé par deux fois.

_________________
Je vais construire ma cabane là-haut pour éviter les tigres...
Gnnn hmpf! Rah hmmmpff!...
Bon, je vais plutôt la construire en bas pourheu... pour éviter les écureuils!


Dernière édition par le Ven 3 Aoû - 17:38:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evilgate.gn.free.fr
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Lun 23 Juil - 23:18:13

La hull regarda LED massacrer les mercenaires se trouvant autour de lui, elle ne bougeait pas. Emialisse s’était assit sur une pierre attendant la fin, elle commençait a s’impatienter.

Lorsque Lunder heurta le mur, Ouyasai voulut aller vers lui pour l’aider, mais Emialisse lui attrapa la main comme pour lui faire comprendre que maintenant, c’était avec elle qu’elle est. Ouyasai le regarda pour lui demander de la lâcher. La femme noire regardait le combat.

Puis, elles entendirent Lunder crier « Asimara », Ouyasai se tourna vivement vers lui ; Emialisse vit sa réaction, se leva et glissa un mot à l’oreille de la hull.
« Tu devrais peut-être lui dire adieu car il ne te verra plus »
Ouyasai sentit Emialisse lui faire quelque chose avant que Lunder ne tombe a genoux. La femme noire recula de 4 ou 6 mètres entraînant la hull.
« C’est tellement amusant, tu verra quand tu saura faire.
-Laisse-les tranquille !
-Oh, je ne lui ai presque rien fait ; juste qu’il croit que tu étais partie....Sourit. De toute façon, on ne va pas tarder puisque la bataille est presque finit.

Ouyasai regarda la fin de la bataille. Elle vit Aïs disparaître derrière les collines mais ne fit rien. Puis Lunder le suivre et sentit une forte puissance qu’elle reconnue.
Quand la bataille fut finit, Emialisse parti par le chemin qu’elle avait prise pour venir tenant toujours Asimara se demandait si elle ne devait pas rester ici tant que ces compagnons ne sont pas partis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Jeu 2 Aoû - 18:45:36

Je rentrai dans l’auberge en trombe ; la bataille, LED devra la gagner seul et pour ca je lui faisais confiance.
A l’intérieure Amalya courait dans tout les sens. Apparemment la taverne avait un problème.
Ha h « Amalya !, Asimara notre amie bleu a disparut et LED est de plus en plus incontrôlable et ... »
Je pensai soudain à Aïs, que je ne voyais pas.
« ... et où est Aïs ? »
Amalya était plongé dans la réparation de la taverne, et me fit simplement un geste distrait vers les mercenaires que j’avais mis à terre ; mais je ne voyais toujours pas Aïs et cela m’inquiétait : je n’avais aucune idée de sa capacité au combat.
Et où était Shu Hann, même si je connaissais ses possibilités au combat, je n’aimais pas voir la situation se dégrader ainsi et la cohésion de l’équipe diminuer aussi rapidement.
Pourquoi tout devait-il aller aussi vite de travers ? J’essayais de me calmer mais sentais monter en moi une colère, envers moi et envers tous ces problèmes et mon bras se mit à trembler. Amalya était déjà remontée au poste de contrôle, et le bruit de la bataille se faisait de plus en plus lointain.

Je décidai de réunir tout le monde. Je sortis de la taverne et vit une lueur bleuté au loin dans les collines. Je courus vers cette dernière. Même si je doutais retrouver Aïs ou même Shu Hann là-bas, je ne pouvais laisser une autre force faire son apparition dans la bataille et cette étrange lueur m’inquiétait.
Je courus le plus vite possible mais la lumière était apparue sur une colline assez lointaine.
J’essayai de me concentrer mais mon état ne me le permettait pas. Heureusement j’entendis un bruit de sabot juste derrière moi. J’ignorais comment Valar se trouvait à la taverne mais il me permit d’atteindre la colline beaucoup plus vite.

J’arrivai donc à petit pas dans un chemin qui venait d’être déblayé et je le suivis jusqu’à une petite clairière où se trouvait un socle en marbre avec un symbole dessus.
« Alors c’est ici que tu a décidé de reposer..... Je l’ignorais »
Je regardais le marbre avec une grande tristesse, je savais qu’il était mort mais j’ignorais ce qu’il était advenu après.
« La vie est dure, mais lui repose en paix maintenant »
Cette voix délicatement modulée me fis sursauter et je tirai sur mes rênes pour me retourner. A l’autre bout du chemin se tenait Ambre, avançant tranquillement vers moi, précédée par son aura écrasante. Malgré que je fus à cheval et elle debout, j’avais l’impression d’être insignifiant comparé a elle.
« Tu est venu chercher cette fameuse pierre ? tu sais que j’essayerai de t’en empêcher ?
-Cette pierre je l’ai déjà, ou pratiquement, répondit Ambre.
-Mais Aïs est a l’auberge et très bien protégé.
-aha ! crois-tu ce que tu affirme ? Je n’ai que faire de vos futiles impressions de sécurité, je suis venu pour toi.
-Pour moi ? »
Que pouvait bien me vouloir Ambre, cette entité disposant d’une puissance que je peinais à imaginer ?
« C’est toi qui a été appelé. Mais tu t’y trouvais déjà et par conséquent tu ne t’en ais pas aperçu. Et c’est pourquoi je ne m’en suis aperçue que plus tard.
- De quoi parles-tu ?
-Par les Cendres, es-tu idiot ? Réfléchis, larve! Lorsque vous avez découvert la maitresse de l’esprit et qu’elle m’a été révélée, des symboles se sont agités, tu es un immortel, un grand immortel auparavant… Mais à présent tu me fais honte ! J’aurais du te tuer ! »
Je commençais de plus en plus à m’inquiéter ; Ambre, quant à elle, avait l’air déçue, mais elle se reprit très vite.
« Tu n’est plus rien maintenant.»
Elle esquissa un geste de sa main, et une vague m’envahit mais je pus repousser l’attaqua et Ambre, voyant cela, se mit à rire.
« Cette attaque t’avait pratiquement tué tout à l’heure et maintenant tu parviens à la bloquer : tu commence donc à te réveiller. C’est bien »
Des dizaines de question se bousculaient dans ma tête, et je sentais de plus en plus la peur qui me rongeait le ventre et me paralysait.
« J’ai tout de même une question avant que tu ne décides de mon sort… La pierre, qu’est-ce que c’est ?
-Il est compréhensible qu’Aïs ait souhaité taire son secret, même si on ne peut garder ce genre de secret très longtemps. Il s’agit de la pierre d’Esprit du professeur Reynio, celle qu’Aïs lui a volé durant la bataille contre Elle et qui a ôté au professeur toute chance de survivre. On peut soigner un corps ou un esprit brisé, mais difficilement les deux.
Ces derniers mots me laissèrent sans voix. La peur qui me rongeait les entrailles fit place à une forme de rage qui me consumait tout autant que ma peur. Elle était dirigé contre Aïs et faisait pratiquement trembler mes membres tendit qu’Ambre me regardait et semblait compatir tout en s’amusant de mon état.
« Je ne te tuerais pas, j’ai encore besoin de toi en tant que Maître du Corps. J’aurais besoin de vous quatre, alors fais le bon choix.
-Je suis immortel. Je ne peux pas être Maitre du Corps, et il n’y a que trois maitres. »
Ambre se retourna et commença à partir, mais je ne pouvais pas la laisser s’en aller comme cela. J’avais besoin de réponse.
« AMBRE ! Qui suis-je ? Et pourquoi quatre ?
-Par les Cendres, tu commences à m’agacer avec toutes tes questions ! Si tu veux régler tes comptes avec Aïs, vas-y, il me reste beaucoup de choses a faires, larve ! »
Elle prononça ces quelques mots sur un ton de menace mais un léger sourire démentait le violence dont elle souhaitait faire preuve. Puis elle esquissa un autre geste qui nous propulsa violement en arrière, Valar et moi.

Désarçonné, j’atterrit durement sur une neige gelée, Valar, affolé, hennissait furieusement et se releva rapidement pour s’éloigner et reprendre ses esprits.
Moi, je restais là, dans la neige, perdu, rien du décor n’était comme il y’avait quelque secondes auparavant.
Moi, je restai là, dans la neige, perdu au milieu de ce décor si diffèrent de l’instant précédant. Et même temps, quelque peu familier.
J’étais désespéré, ce dernier acte m’avait prouvé mon inutilité.
M’enfonçant dans la neige et me rongeant les sangs. Alors, au travers des lambeaux de brumes devant moi, j’aperçus une silhouette agenouillée, prostrée dans la neige.
« Aïs ?? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Jeu 2 Aoû - 21:14:05

Dans un endroit noir, écarté de toutes agitations où les mots ou même le sens des choses n’ont pas encore été imaginé, une lumière faible s’acharne.
Un bang retentit dans l’infinie comme un rappelle au passé.
La lumière se mit à grandir tout doucement.
Autour le noir se changea petit à petit en gris puis en toute sorte de couleur, la lumière prit forme elle aussi et dans un grand bang une onde balaya la forme lumineuse et la transforma en lambeaux de lumière. Chaque petit morceau luisant se changea en forme et s’attirèrent entre eux, pour à nouveau en recréer une plus forte et plus solide.
Autour commença à se créer des formes et des images, et l’esprit lumineux commença à voir et entendre.
Une seconde vague vint frapper l’esprit qui cette fois y résista et s’en servit pour grandir, et c’est ainsi qu’un bras poussa et ce déplia dans un geste ample le long de se qu’on pourrait appeler le corps de l’esprit.
Puis l’esprit arrêta soudain son ascension il réclamait, il réclamait de quoi se nourrir, mais rien ne vint, alors les images aux alentours s’effacèrent et l’endroit redevint aussi noir et vide qu’aux premières lueurs, mais l‘esprit était toujours là.
Il attendit dans ce calme que quelque chose vienne, mais rien ne vint, l’esprit hurla en envoyant des messages de détresse, mais rien ne vint. Alors l’esprit se recroquevilla dans cette noirceur condamné à attendre....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reynio

avatar

Nombre de messages : 135
Age : 30
Royaume : Temeria
Histoire préférée : Trilogie de Wielstadt, Pierre Pevel
Date d'inscription : 15/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Ven 3 Aoû - 17:34:42

Dans un premier temps Aïs essaya de se relever, s’enfonçant maladroitement dans la neige sous le regard d’Ambre. Elle avait beau s’enfoncer autant que lui dans la neige, elle s’y mouvait sans gêne : il semblait que rien ne puisse arrêter Ambre. Lorsqu’elle se pencha sur le Voleur de Rêves qui tenta de toutes ses forces d’employer ses pouvoirs contre elle, la voix du professeur sonna dans l’esprit d’Aïs.

-Attends Ambre, je crois qu’il a le droit de savoir. Et moi, j’ai le devoir de me faire pardonner.
-Croyez-vous vraiment, professeur ? Ce jeu n’a-t-il pas assez duré, répliqua-t-elle.
-Ce n’est pas la question, Ambre, et tu le sais.
-Ne tenteriez-vous pas de gagner du temps dans le but inavouable de trouver un échappatoire ?
-J’ai accepté ce sort. J’y trouve d’ailleurs une certaine forme de satisfaction.
-Quoi ? quel sort, interrogea pitoyablement Aïs dont le pantalon commençait à s’imbiber d’eau, que voulez-vous dire, professeur ?
-Alors peut-être cherchez-vous une raison, reprit Ambre en ignorant superbement Aïs, un pourquoi. Je l’ai déjà dit, il n’y en a pas… Et s’il y en avait, je n’aurais aucune raison de le partager avec ce pauvre Voleur.
-Oui, mais il a le droit de savoir.

Ambre grogna et daigna lâcher Aïs qui retomba dans la neige dure. Lorsqu’il fut debout, ce ne fut pas Ambre qui parla, contre toutes les attentes d’Aïs, mais le professeur.
-Je regrette Aïs, je me suis un peu servi de toi pour remplir ma vieille promesse. J’espère tout de même être parvenu à te rendre suffisamment confiance en toi. Que tu sois en vie à l’instant prouve que tu mérite ta place et que tu dois vivre.
-Professeur, je…
-Attends, je n’ai pas encore fini. Il y a peut-être longtemps, j’ai rencontré Ambre. C’est une femme extraordinaire, tu l’as vu, tout le monde le sent rien qu’en observant une boucle de ses cheveux. Je ne la connaissais pas à l’époque, je n’avais jamais entendu parler d’elle et aujourd’hui, j’ai l’impression d’en savoir moins qu’auparavant…

Des images et des sons envahirent l’esprit d’Aïs, occultant la froide réalité.
Il vit un monde diffèrent, un monde qui lui semblait obéir à des lois défiant toutes logiques, un monde fonctionnant selon une géométrie non-euclidienne.
Il vit un immense palais, plus somptueux que tout ce qu’il avait pu voir jusque là. Une lumière crépusculaire baignait les lieux ; certains auraient trouvé cette lumière sordide, mais elle apparaissait au professeur comme symbole de la puissance de la lumière.
Il vit Reynio, fier, heureux, un sourire flottant sur ses lèvres. Un Reynio espiègle, joueur, bien plus jeune que celui qu’il avait personnellement connu, et passablement diffèrent aussi. Un Reynio serein, marchant sans crainte.
Il vit Ambre, au travers des yeux du jeune professeur. Ambre, tout autant resplendissante que celle qui avait tenté de l’étrangler quelques instants plus tôt. Ambre, observant ce jeune homme impétueux se tenir sans aucune crainte face à elle, Reynio était empli de curiosité. Lui ne voyait aucune raison de se méfier et marchait donc serein. Est-ce l’absence de peur qui interpella Ambre ? Ses pouvoirs de Voleur, ses connaissances ? Répondit-elle à une intuition, à une prémonition ? Pourquoi lui demanda-t-elle cela ?

Elle demanda au jeune homme de se laisser absorber le jour où il trépasserait, de se faire intégrer en elle. Il ne serait plus vraiment, mais ne disparaitrait donc pas totalement…

Ne pas aller dans le néant était une idée tentante mais… Un dessein supérieur motivait-il cette requête ? Non, aucun. C’était seulement Ambre qui désirait cela alors à moins que le jeune homme ne considère Ambre comme « supérieure », aucun dessein supérieur ne pouvait être envisager. Une demande sans raison, ni but.
La réponse plut au professeur Reynio qui accepta.
L’image s’estompa.

-Mais en mourant physiquement et en perdant mon esprit, il s’est produit quelques complications pour Ambre… pour me retrouver., Je n’aurais jamais dû perdre mon esprit.
-J’avoues qu’au début je ne comprenais pas vraiment pourquoi je sentais deux échos au lieu d’un seul. Vous avez toujours été quelque peu hors-norme, professeur.
-Mais alors… moi ? Et vous, vous ne… bafouilla Aïs, sous le choc de cette révélation.
-Toi ? J’ai perçu ton trouble, ta peine et ta douleur. J’ai décidé de t’aider tant que je le pouvais encore et mieux que je ne l’avais fait auparavant, mais ne voulais pas te perturber avec mes « problèmes », reprit Reynio. Et ensuite, je t’ai utilisé pour accomplir cette vieille promesse. Enfin, à moitié puisque je suis mort,dit-il d’un ton guilleret.
-Mais alors…
-Alors non, je n’ai jamais été investi d’un dessein cosmique. C’est pas vraiment mon truc… Sauver le monde, ça va. L’Univers… On sait même pas vraiment ce que c’est, c’est un peu gros pour moi… Et il faire place aux jeunes ! Toi, tu peux livrer une guerre Aïs, tu sauras faire disparaître ce qui doit l’être et sauver ce qui peut l’être. J’ai confiance en toi.
-Je crois que je comprends…
-J’espère que tu sauras me pardonner. Je t’ai aidé du mieux possible et, par cela, j’espère m’être racheté.
-Il n’y a rien a pardonner professeur. Vous avez fait ce que vous deviez faire. Je le crois.
-Alors laisse moi te donner un dernier conseil, le dernier. C’est la dernière fois que nous parlons tous deux… Donne la pierre à Ambre, tu risque de trop y perdre sinon… Et puis, méfies-toi d’elle. Ambre n’est pas une ennemie mais est loin d’être une alliée.
-Bien, professeur. Adieu.
-Adieu ! Et si à un moment tu hésite, pense à moi. Ta décision sera alors forcément la bonne, acheva le professeur Reynio, la voix teintée d’humour et de rire remerciant Aïs pour le temps passé avec lui.

Aïs resta quelques longs instants à sentir le vide qui enflait en lui. Le professeur le quittait. A jamais. Il n’allait pas lui obéir, s’il pouvait l’avoir près de lui encore quelques rares instants, il allait les prendre. Le professeur comptait trop pour lui.
Ambre, elle attendait. La pierre ou un assaut.

Le Voleur de Rêves prit son courage à deux mains, se retourna. Et commença à s’éloigner.
-Par les Cendres, Aïs, dit Ambre de sa voix la plus enjôleuse (ce qui équivalait pour un homme à un ouragan balayant toute forme de volonté), ne crois-tu pas que tu oublies quelque chose ?
-Non Ambre. Je ne te donnerai pas la pierre.

En un éclair, l’Immortelle l’empoigna et l’enfonça dans la neige.
-Par les Cendres ! Je te trouves bien présomptueux, pour une larve ! Son ton s’adoucit brusquement : mais je te plains faible créature.
-Quoi, s’étrangla difficilement Aïs.
-Oui. Tu as lutté. Tu t’es battu. Tu t’es accroché. Mais tu n’as jamais eu de chance. Tu t’es toujours fait manipuler. D’abord le conseil, ensuite Elle, maintenant Reynio, et…
-Le conseil ?
-Oui, le conseil des Voleurs qui t’a envoyé en mission dans l’Entremonde, pour que tu y rencontres Elle. Venir en aide aux faibles, voilà qui était la dernière de leurs préoccupation ! Corrompus, jusqu’au bout des ongles.
-Le conseil m’a vendu… ?
-Tu ne l’avais pas compris ? Par les Cendres, regardes : tu es envoyé ici même. Tu rencontres Elle. Tu tombes amoureux. Elle t’emmènes, te torture… La suite, tu ne la connais que trop bien.
-Jamais le conseil ne pourrait en…
-Elle a menacé de détruire la Confrérie si le conseil ne lui envoyait pas quelqu’un, un membre de l’ordre qu’elle pourrait corrompre à sa guise et à sa manière. Ils ont épluché les registres, comparés tous les étudiants et Voleurs confirmés. Il t’ont vendu pour sauver leurs piètre vies.
-Ils… Ils allaient venir m’aider, me contacter pour que j’agisse de l’intérieur… Ils vou…
-Ils voulaient sauver leurs vies, par les Cendres, ouvre les yeux ! En six ans, ou sept ans d’emprisonnement, as-tu vu l’ombre d’une toge d’un frère ? Un seul Voleur a-t-il pris part au conflit ?
-…Reynio…
-C’est vrai, Reynio. Reynio qui n’avait pas revu un seul Voleur depuis plus de douze ans. C’est lui qui est venu, pas le conseil qui l’a envoyé. Eux, ils se sont assuré de survivre et ont essayé de se renforcer, sachant qu’Elle pourrait venir pour éradiquer la Confrérie malgré sa promesse d’alors.
-Alors… On m’a jeté en pâture ?...
-Hélas, petit homme !... Je suis désolé.

Son ton était sincère.
Tandis que la haine purgeait son cœur et son esprit, les doigts d’Aïs desserrèrent leur emprise sur la pierre et Ambre s’en empara.

Alors, elle lui caressa doucement les cheveux et lui murmura à l’oreille :
-Je suis désolé petit homme. Doublement, car tu ne peux t’empêcher de tomber amoureux des femmes capables de te détruire, et je crois qu’elles sont peu nombreuses… Je doute que nous nous revoyons…

Ambre, se pencha, effleura de ses lèvres celles du Voleur et disparut, le laissant seul dans la neige.
Le Voleur de Rêves qui voyait les siens brisés.

_________________
Je vais construire ma cabane là-haut pour éviter les tigres...
Gnnn hmpf! Rah hmmmpff!...
Bon, je vais plutôt la construire en bas pourheu... pour éviter les écureuils!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://evilgate.gn.free.fr
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mer 8 Aoû - 0:13:06

Alors que je traverse l'univers de L'Esprit, nous voyons les ravages causés par ELLE et puis par ceux qui détruisaient les mondes.
"Pourquoi font ils cela? Pourquoi toujours détruire? J'ai vu plus de guerre que n'importe qui et je ne comprend toujours pas les raisons qui peuvent pousser à détruire!!" soupire Ansem.
"Je ne peux malheureusement pas te répondre!"
"Tu m'as l'air bien triste. Pourquoi?"
"Vois tu sur le monde que nous venons de quitter il y a une tombe que je n'ais pas voulu voir et je le regrette un peu..."
"Et pourquoi n'y es tu pas allé?"
"Je crois que c'est pour m'obliger à survivre à ce qui risque de nous arriver. Ainsi je pourrais me receuillir sur cette tombe et...à coté enterré le corps de mon roi."
"Le professeur Reynio?"
"Lui même."
Ansem et moi sommes tous les deux triste. Et notre lien ne nous aide pas vraiment vu que nous ressentons également la peine de l'autre.
"J'espère qu'ils vont bien!" murmure Ansem.
"Je n'en fais pas trop. Lunder est le meilleur combattant que je connaisse, avec un plus non négligeable..."
"Oui j'ai ressenti aussi la puissance qui dégage de lui, d'ailleur elle me fais penser, maintenant que j'y pense...." me coupe Ansem
Le visage d'Ansem, du moins ses yeux jaunes, montre qu'il vient de comprendre quelque chose mais il se ravise presque imédiatement. Je lui demande ce qui se passe mais il se referme sur lui et je ne peux même plus lire en lui. J'insiste mais il est tellement ferme dans sa décision que je préfère abandonner.

Pour oublier je reprend là où Ansem m'a interrompu.
"Je disais donc qu'il y a aussi le Maitre de l'Esprit et Amalya dont la sagesse et le savoir sont des armes redoutables. Et bien sur Aïs..."
Un nouveau silence s'installe. Ansem est perdu dans ses reflexions, l'angoisse modèle son visage et son aura de façon qui m'inquiète.
Par plusieurs fois je vois bien qu'il comprend des mystères qui plane sur notre aventure mais il ne veux rien me dire, rien.

Les autres me manque, je me dis que mon attitude solitaire, qui dois me faire passer pour un être hautain se foutant de ce que les autres font, me coutera un jour mes amis et ma vie...
Mais j'ai perdu tant d'être cher à mon coeur. Je veux jouer les héros et je finis par tout gacher. Je veux sauver tout le monde et je les mets dans des périls encore plus dangereux.
Je suis un bien piètre ami... Je n'ai même pas pu protégé mon roi.
"Si jamais un seul de mes compagnons venait à mourir je ne m'en remettrais pas" pense je au fond de moi.

Et Ambre dont je découvre l'histoire bout par bout selon le bon vouloir de mes prédécésseurs ou...par Ansem qui bloque ma mémoire....
Aprés tout je ne sais rien de lui, je ne sais pratiquement rien des emotes. Je ne sais d'eux que se sont des être qui doivent vivre en symbiose avec d'autres être vivant, qu'ils sont là depuis la nuit des temps et c'est tout....
Je me secoue violement la tête en signe de refus : si je ne lui fais pas confiance je n'irais pas loin mais... ses cachoteries m'inquiète un peu.

Alors que je pense et repense je regarde l'interieur de ma voiture et mon regard tombe sur un instrument qui n'étais pas là avant : une radio. Celle du genre pour communiquer.
"Ansem c'est toi qui à installé ce truc?"
"Non bien sur que non"
"Mais..mais il n'a jamais été là ce truc."
Je commence à tripatouiller les boutons, elle fonctionne.
"ça alors c'est une chance je pourrais peut être contacter la taverne avec ce truc!"
Sitôt dit Sitôt fait, je commence à tester la radio en emmetant le message suivant :
"LED à Taverne! LED à Taverne! Le goéland cherche à retrouver son nid! je répète Le goéland cherche à retrouver son nid!"
Cette radio me redonne du baume au coeur. Mon roi adorait déconner avec des goélands.

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reynio & Yann

avatar

Nombre de messages : 2
Royaume : Intermonde
Histoire préférée : Voyage sur un péninsule ou le goéland de Machiavel
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Jeu 9 Aoû - 1:17:11

Aïs n'avait même pas envie de pleurer. Il avait été trahi, dans son corps et dans son âme et remplaçait ses anciennes illusions par des rêves de vengeance où la violence n'avait d'égale que la cruauté.
Lorsqu'il sentit le froid s'emparer trop complètement de ses membres, Aïs entendit un bruit de chute derrière lui, un hennissement affolé et enfin, après un temps, quelqu'un qui l'appelait. Le Voleur se retourna et se releva pour faire face à l'étranger.

Lunder vit la silhouette bouger répondant a son appel et de ce fait, confirmant son identité. L'épée glissa lentement le long de son bras et se releva en un éclair, la rage boulonnait dans le cœur du guerrier : Aïs avait tué un de ses ami et il allait devoir le payer.
Il arma son mouvement d'attaque, prit une impulsion et se jeta sur la silhouette.

Sous les rayons de la lune et sur le visage de Lunder, Aïs lut une haine qui fit écho à la sienne.
Pendant une seconde, Aïs faillit perdre ses rêves de vengeance. Pendant une fraction de seconde, Aïs voulut esquiver l’assaut de son "compagnon".
Mais il ne fit rien et attendit le choc.

Le coup transperça Aïs et, emporté par son élan, le guerrier percuta le Voleur. Lunder avait fermé les yeux ; bien qu'il sache que c'était une erreur, il ne souhaitait pas regarder. Il rouvrit finalement et avec lenteur les yeux, : Aïs s'était écroulé sur la neige devant lui, l'épée toujours figée dans son épaule. Il ne sut pourquoi, il ne l'avait pas frappé au cœur, ce qui était pourtant son but.
Il se mit à hurler tout en rengainant son épée. Lunder était perdu et ne savait plus quoi faire, déchiré entre son désir de vengeance et l'amitié qu'il avait éprouvé envers Aïs.

Le Voleur de Rêves faillit rire. Etait-ce une nouvelle trahison ? Ou bien un simple malentendu ? Finalement, un hoquet de douleur lui échappa en lieu et place du rire qui montait auparavant, le chassant brusquement. Le sang qui gicla lorsque l’épée quitta ses chairs et qui se mit à couler le refroidit un peu plus.
-Moi, qui trouvais que j'avais déjà froid, dit-il ironiquement.

Lunder n'entendit même pas la remarque d’Aïs rendu sourd par ses sentiments.
"Pourquoi, pourquoi as-tu tué le professeur Reynio ??... "
Le visage de Lunder se durcit, au fur et à mesure qu'il se redressait.
"Je t'avais fait confiance, alors prends bien garde à la réponse que tu vas me donner!
-Que souhaites-tu entendre alors, cracha Aïs en s’enfonçant un peu plus dans le neige alors qu’il essayait de se redresser, le sang coulant plus douloureusement que jamais de sa blessure. Tu veux que je dise que j’y ai pris un plaisir insane afin que tu puisses avoir le tien en m’achevant douloureusement ? Ou bien veux-tu entendre ma rédemption, ma contrition, ou bien encore la peine, la douleur et la trahison ? Que veux-tu, que je te le donne avant que tu ne me réduises en charpie !
-La vérité, je veux la vérité!"
Lunder empoigna Aïs par sa chemise et le releva, lui arrachant un cri de douleur. Les bottes du guerrier s'enfoncèrent de cinq bon centimètres et le froid commença à engourdir ses jambes.
Il resserra sa prise et l'amena le plus prés de lui.
"Je te demande de me donner une raison de ne pas te couper en TRANCHE ! Je sais que tu n'es pas stupide, ni méchant alors dis moi la vérité ; je ne veux pas croire que tu ais tué Reynio de sang froid ! "
La voix de Lunder retentit comme un coup de tonnerre dans la brume, puis n’écoutant plus que sa rage, il projeta Aïs avec toute la force de sa colère dans les airs.

Le Voleur de Rêves toucha la neige violement. C’était une neige gelée, avec une croute épaisse qui cassait en morceaux durs avant de laisser quiconque s’enfoncer dans une neige plus liquide.
Le dos du Voleur était douloureux, sans parler de sa blessure. Des cristaux de glace s’y logeaient et faisaient danser les étoiles dans le ciel. D’un autre coté, sa chemise était vraiment imbibé d’eau et accentuait le froid… et peu à peu, son insensibilité.
Il attendit, soit un nouveau choc, soit que sa douleur s’apaise… Ce qui ne devait pas trop tarder dans un froid tel que celui-ci.
Puis, ne voulant en aucune manière laisser sa vengeance s’échapper, Aïs étendit les tentacules de son esprit et fouilla rapidement celui de Lunder.
"Il y a plusieurs chose à savoir..."
Il s'arrêta, attendant une réponse

Lunder s'avança et se mit juste au dessus de Aïs, son épée ressortit lentement. La pointe de l’arme s'arrêta juste au niveau de la gorge d'Aïs ; Lunder s'était très légèrement calmé.
"Je t'écoute...
-La première, c’est que je n’ai pas tué Reynio. J’ignore comment tu as appris que j’y avais un rôle, mais tu ne comprends pas ce qu’il s’est passé. Ce que j’ai fait sert en temps normal à guérir des maladies ou bien à ôter certains sentiments ou types de comportements à un individu. Mais il s’est passé quelque chose qui a altéré nos pouvoirs à tous les deux. Il a pris plus que nécessaire, et j’ai pris plus que je ne le pouvais. J’ai détruit involontairement une partie de son esprit, le dupliquant entièrement dans la pierre noire. Mais ce qui l’a tué, ce n’est pas ceci : car quoi qu’il se soit passé, il n’aurait jamais survécu aux blessures que lui avaient infligé les Inides que tu avais guidé dans l’auberge.
-C'est faux ! Asimara était en train de s'en occuper quand on est partit ! Il aurait put survivre! rétorqua sèchement Lunder.
-Crois ce que tu souhaites, répondit Aïs, tu n’as pas hébergé l’esprit du professeur depuis sa mort alors laisse moi finir… La seconde chose dont tu dois avoir conscience, même si tu ne me croiras pas, il est que je connaissait mieux le professeur que tu ne l’as jamais connu et que sa mort est pour moi la pire souffrance que je puisse connaître. Tu ignores toujours qui il était.
-Je peux croire beaucoup de chose mais ça ne me dit pas pourquoi tu as pris sa pierre d'esprit et as anéanti toute chance de le guérir.... et même si je ne savais pas qui il était j'en savais suffisamment pour l'apprécier et le considérer comme un ami."

La lame se rengaina tout doucement et Lunder reprit partiellement ses esprits.
Sur la joue de ce guerrier endurci qui n’avait pas pleuré depuis de nombreuses années perla une larme tandis qu’il repensait à la bataille contre la tour d’ELLE.
Ne voyant pas la larme et ne voulant en aucun cas laisser le temps à son adversaire de souffler, Aïs reparti de plus belle :
"Pouvais-tu le considérer comme un père ?... "
Il laissa la phrase planer une seconde et reprit :
"Qu’importe ! Le troisième élément, tu le connais, même si ce n’est pas aussi bien que moi."
Le guerrier, intrigué, dévisagea Aïs, comme pour le mettre au défi de trouver la moindre ressemblance entre eux deux.
"Car toi aussi tu as été marqué, dans ta chair et dans ton âme, même si tu t’en es plutôt bien sorti, comparé à moi. Toi aussi, Elle t’as tenu dans la paume de sa main.
-C’est vrai, dit Lunder en repensant à sa torture et à la bataille qu'il avait mené pour sortir de cette emprise terrible, mais moi, j’y ai résisté et ai vaincu son emprise, continua-t-il comme pour se justifier.
-Je n’ai jamais dit que c’était une excuse, je t’ai dit qu’il te fallait le savoir… Je ne crois pas qu’elle t’ai montré à quel point son imagination était fertile pour ce qui touchait la cruauté, la trahison et la souffrance, sous toutes ses formes, reprit le Voleur de Rêves. Je ne crois pas qu’elle t’ai montré à quel point un être humain pouvait être déchu, à quel point on pouvait en venir à se haïr soi-même, se haïr à un point tel que pour survivre à cette haine, il faut la déverser sur le reste de l’Univers…
-Et toi, toi ELLE te l'a montré.....?"

Lunder s'arrêta une nouvelle fois perdu dans ces souvenirs.
"J'ai survécu car j'ai mis ma vie dans les mains de mes ami au moment ou je me battais contre ELLE.... reprit Lunder qui commençai à comprendre le Voleur.
-Je… je ne me souviens même plus quand c’était, répondit doucement le Voleur de Rêves, laissant sa tête retomber dans la neige afin de contempler les étoiles pour échapper à sa souffrance et à ses larmes. Sept. Je crois que cela fait sept ans que…" Aïs s’étrangla.

Lunder rengaina entièrement son épée et s’assit a coté de Aïs pour l'écouter finir son histoire, le Voleur avait commit l'irréparable et Lunder ne savait plus quoi faire, il était prit d'une lassitude qui fit s'envoler sa colère et sa rage le laissa avec ses doutes et ses questions.
Aïs quant à lui éloigna le plus possible son passé du présent.
"Alors ? Que comptes-tu faire à présent ? "

Le guerrier sortit de ses pensées et regarda longuement Aïs :
"Je sais pas. Je peux comprendre ce qu’il t'est arrivé mais je ne peux pas te le pardonner.
-Non, tu ne peux ni comprendre ni pardonner.

Lunder siffla un grand coup pour faire revenir Valar jusqu’à lui.
"Je ne te demande pas pardon pour ce que je t'ai fait, maintenant il est tant de partir"


Dernière édition par Reynio & Yann le Sam 23 Aoû - 16:46:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalya
Passeuse
avatar

Nombre de messages : 233
Age : 31
Royaume : Les Contrées du Rêve
Histoire préférée : Feuille de Niggle, dans Faerie, de Tolkien
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Mar 14 Aoû - 12:06:29

La Taverne a des soucis, je crains qu'elle ne fasse pas long feu. Je m'acharne un bon moment à réparer, en fait tout ce qui peut m'occuper les mains est une bonne excuse pour ne pas penser... En même temps, je sais que la taverne n'est que le reflet de mon esprit. Ce n'est pas elle qui faut que je répare, mais moi.

Et soudain, le passé me rattrape. Ce passé que j'ai fui, détruit, dispersé.

A la cour de Börsk, l'une des règles les plus importantes pour monter en grade était "ne regarde jamais en arrière".Ne jamais se retourner, ne jamais retourner les blessures du passé, ni chercher à savoir si nos actes étaient moralement défendables. Juste vivre l'instant qui précédait la mort, souvent violente, mais vivre ce moment comme si c'était l'eternité.

Börsk, qui est mort à présent, son empire déchiré entre les mondes... Un grand Dieu, ou un démon, à qui j'avais vendu mon âme. Börsk, qui m'avait fait goûter à l'eternité, qui m'avait donné le goût de l'immortalité.
Et qui m'avait appris que pour cela, tuer et trahir ses meilleurs amis n'était que dans la logique de l'Univers.

Je n'ai pas l'excuse, comme Aïs, d'avoir été torturé. J'ai fait mes choix, par amour et par vanité. Et j'ai enterré tout ça, mais je n'ai pas changé. Malgré mon repentir, en fait, je n'ai jamais renoncé à ma quête d'immortalité. Je suis née humaine, mortelle et faible. Je n'avais qu'un don, un petit don de Rêveuse. Je l'ai developpé, je m'en suis servie pour visiter les endroits les plus inhumains de la galaxie, pour courir après quelque chose qui n'était ni humain ni mortel. Et j'ai réussi, non ? J'ai vécu plus de vie qu'aucun homme. J'ai eu plus de visage qu'aucun humain. Parfois, je n'était même pas humaine. Quand une de ces enveloppe mourrait, mon esprit s'en créait une autre, jeu dérisoire et macabre. Et malgré ça, jamais je ne suis arrivé à la grâce des véritables Immortels, tel Ambre. Je crois qu'elle a vu ce qu'il y avait dans mon coeur. Et je crois que les épreuves que les Immortels m'envoyèrent il y a quelques années étaient destinées à me tester, à voir ce que j'étais prête à céder pour les rejoindre.

Et aujourd'hui... Je prends conscience de la vanité de tout ça. Je suis restée un jouet dans la main des puissants, mais c'est moi-même qui me suis mise dans leurs mains.

Soudain je me met à regretter mon état d'humaine, certes faible et aveugle, mais finalement si tranquille.

Je me rappelle le visage de cette femme en noir, ce double de mon ancienne amie. Suis-je semblable, une copie immonde de l'ancienne Amalya ? A cette idée, la rage m'envahit, et aussi... Ce sentiment délicieux, que je n'avait pas ressenti depuis si longtemps...

Je me lève, les yeux brillants, et j'éclate d'un rire sauvage. Marre de sauver l'Univers ! Qu'il aille se faire foutre sans moi ! J'ai trouvé mon but dans cette histoire.

Soudain la radio hurle :
"LED à Taverne! LED à Taverne! Le goéland cherche à retrouver son nid! je répète Le goéland cherche à retrouver son nid!"
Je m'empresse de répondre :
"LED, tu es vivant ! Ici Amalya. La taverne est à terre, Asimara est partie, Aïs et Lunder sont avec Ambre... Mais LED, je sais ce qu'il faut faire ! LED ! Aide moi s'il te plait, laissons les immortels à leurs jeux d'enfants et faisons la seule chose importante : aide moi à réunir tout le monde, et on va se sauver sur un petit monde paumé, dans une vraie auberge tranquille ! Et on n'en bougera plus, sauf pour aller cueillir des fleurs dans les champs !"
J'éclate de nouveau de rire, une crise incontrolable. Heureusement, j'ai raccroché la radio...

Je vais sauver mes amis, et ensuite...
Ensuite j'écouterais le conseil d'un très vieil ami, qui un jour m'a montré une porte de sortie radicale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aucoindufeu.superforum.fr
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Ven 17 Aoû - 17:33:30

J’avançai en direction de valar pour saisir une cape laine, quand un grand éclair blanc vint me frapper en plein torse, le choc me propulsa en arrière et je ratterris sur un sol dur et sec.
Le choc me secoua et j’eu du mal à me relever tout de suite.
Le décor autour de moi avait changé, je me trouvais dans une petite pièce close avec un cercle et des symboles tracé sur le sol.
« ET merde, c’est encore raté, j’étais persuadé que ça marcherait... J’en aie marre »
Je me retournai vers l’entrée de la salle et vit une jeune femme avec de longs cheveux bruns, habillé d’une tunique en cuir lassé et d’un pantalon noir, elle tenait à la main un long bâton en bois.
« Bon...bonjours, vous pourriez me dire ce que je fais là ?
-j’en sait rien, ce n’est pas vous que je voulais invoquer
-quoi ? Attendez... »
Je repensai soudainement a valar et Aïs qui se trouvais toujours dans l’ientremonde, j’espère que Aïs, pourra s’occupé de valar.
« - écoutez, il faut que je reparte de toute urgence d’où je vient
-et ben bonne chance

- vous ne pouvait pas me ramener ?! »
Elle me regarda avec des grands yeux et me répondit :
« -je sais pas comment j’ai fait pour vous faire arriver là alors comment je pourrais vous renvoyer ?
-ok, d’accord on se calme et trouvons une solution, pour commencer : où suis-je ? »
Elle m’invita à la suivre dehors et commença a m’expliquai où je me trouvais :
« bon, vous êtes à Calandar, un village de mage au sommet du mont Framerh. »
Quand elle me dit ça nous sortions de son laboratoire et j’eu une vue magnifique des alentours : des montagnes et lacs qui se trouvaient en aval, cela faisait si longtemps que je n’avais pas profité d’un si beau paysage. Cette quête, m’avait fait oublier pourquoi nous nous battions, et que la beauté des choses, nait de l’amour et l’admiration que nous leur portons.
J’avais vu tellement de choses atroce et artificiel que je me retrouvai maintenant émerveillé par la vue de ces montagnes.
Le jeune femme me regardait bizarrement, puis me tira par le bras pour m’emmener chez elle.
« -je disait donc : je me nomme Enora, je suis apprenti invocatrice.
-moi c’est Lunder et je suis... perdu. »
Je ne savais pas quoi dire d’autre, je venais de tout perdre, et je n’avais aucun moyen de faire demi-tour.
« -écoutez, il y’a des gens importants qui.....
Un cri assourdissant résonna soudain, cela dura quelque seconde mais j’avais l’impression de l’entendre de l’intérieure.
Quand il s’arrêta je me retrouvai à genoux par terre et Enora me regardait de plus en plus bizarrement.
« -vous n’avez pas entendu le cri ?
-tu peux me tutoyer et non je n’aie rien entendu.
- je disais : que j’ai des choses à faire, des gens très important à protéger... »
Mon ton était monté et Enora me dévisagea.
« -ca va, c’est pas le maitre de l’esprit !
-qu....
-quoi ? Tu ne connais pas la légende des trois maitres ? Je te la raconterai à l’occasion, tu veux du thé ?»
J’oubliais que je me retrouvais loin des grandes puissances de l’univers, et que dans ce village rien de tout ce que j’ai vu à de sens réel.
Enora me convint de rester pour me reposer, demain elle m’emmènera voir le maitre invocateur du village pour arranger tout ça.
Je m’endormis d’un vrai sommeil ce soir là, un sommeil si doux et bien faisant que mon esprit et mon corps se sentirent apaisé, je pensais quand même à mes compagnons, et mon cœur s’en trouvait encore tourmenté.
LED se battait encore quand je suis partit, peut être pourra t’il m’aidé, il est le maitre du cœur.
Amalya est occupé a la taverne je me demande si elle connait des choses sur les immortelles pourra-t-elle, elle aussi m’aider.
Quand à Asimara j’espère qu’elle pourra s’aider elle-même.
Je suis sur, qu’ils pourront se débrouiller sans moi d’ici là, après tout je ne suis qu’un humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ouyasai

avatar

Nombre de messages : 125
Royaume : Là où personne n'ira jamais
Histoire préférée : L'Elixir de Vie, Conte de Grimm
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Ven 17 Aoû - 21:30:40

La Hull mit les mains dans ses poches.
-Tient, je l’avais oublié celle-là. Dit-elle en les ressortant.
-Qu’est-ce que tu fais encore ? Concentre-toi un peu.
-J’ai juste retrouvé ça.
-Qu’est-ce que c’est ?
-Une pierre d’esprit, celle de ELLE ; je ne pense pas que tu la connaisse, en tout cas, elle était pas sympas.
-Une pierre de l’esprit ! Que fait-elle là ?
-Un ami me la donné pour qu’elle retrouve sa place mais j’ai oublié de la ranger.
-Hum...la ranger, où ?
-Dans la salle de l’esprit.
-Je vois .........c’est intéressant......... tu es devenue la maîtresse de l’esprit ; tu va donc encore plus pouvoir m’aider. Emialisse laissa un blanc comme pour réfléchir. Mais pour l’instant je vais te renvoyer là-bas.
-On n’a pas finit ?
-Pratiquement ; Ne t’inquiète pas, j’ai bientôt terminer, voyant son regard elle ajouta, moi aussi je suis impatiente de voir la fin.
-Moins que moi en tout cas. A plus tard alors. »
Emiallisse regarda Ouyasai disparaître avec un sourire malsain aux lèvres.
«Oui, a plus tard. »


La hull atterrit sur un sol blanc et froid. Elle regarda autour d’elle et reconnut l’Entremonde.
« Et elle m’a renvoyer là, elle a du oublié de changer d’endroit. Pfffff. Et dire qu’elle à oublié de me donner des vêtements chauds, j’ai froid moi....... Elle veut que je me transforme en glaçon ! »
La hull grelottait, elle ne portait qu’un pantalon court, une chemise manches courtes et une veste par dessus ; toutes ses fourrures étaient rester dans la taverne.
Elle essaya de retrouver la direction de la taverne, elle trouverai peut-être quelques chose là-bas, pensa t-elle. Le monde n’avait pas beaucoup changer. Ouyasai arriva à se repérer et avança.

Au bout d’un moment, elle aperçu des silhouettes. En s’approchant, elle reconnut Aïs a coté d’un cheval qu’elle reconnut celui de Lunder. Elle sourit, l‘appela et fit des grand signe pour être sûr qu’il la voit. En approchant, elle vit Aïs au sol, trempé avec du sang.
« Ca va ? Qu’est ce qui s’est passé ici ? Pourquoi y a le cheval de Lunder ? »Dit-elle rapidement. Sans attendre de réponse, elle s’assit à coter de lui, en grimaçant à cause du froid puis entreprit de refermer la plaie de son épaule.
Quand elle eu finit, elle chercha sur le cheval quelques chose de chauds et trouva une cape de laine qu’elle mit sur les épaules d’Aïs.
« Ca va mieux ? dit-elle en prenant une veste plus chaude que la sienne, dans les bagages de Lunder, et se la mit sur les épaules. Je croyais que tu était avec Ambre sur l’autre monde....et Lunder... » Elle regarda Aïs en souriant attendant une réaction.


Dernière édition par le Mar 28 Aoû - 14:39:24, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loqnare

avatar

Nombre de messages : 66
Royaume : les miens
Histoire préférée : Eragon, la collection
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Sam 18 Aoû - 0:04:01

Alors que tout le monde s’occupait à ses petites affaires, celui que personne ne remarquait s’était terrer dans un coin de la taverne. Il regardait les gens sortir et rentrer sans bouger. Il ne souhaitait pas aller voir les autres, il préférait attendre. Il avait sentit lorsque son maître fut transpercer par une lance et une grande peine l’avait alors prit. Argent ne savait plus quoi faire. Il vit des personnes sortir mais qui ne revenaient pas, d’autres qui courait tellement vite qu’elles faisait voler les rubans des coussins.

Puis la taverne décolla. Il aperçu Shu Han qui alla se poser dans un fauteuil après avoir combattu, BoZo sortir de nul part et s’allongeant sur un canapé, Albert laver et relaver la vaisselle qui se trouvait dans les armoires comme si de rien n’était, Amalya essayer de réparer la taverne avant de répondre en criant dans à une boite et Atzam ranger le bordel qu’avait fait les mercenaires de Ambre. Argent finit par sortir de son coin pour aller chercher de l’eau.

Une soudain impression l’envahit, il sentait une odeur étrangère et pourtant si familière. Se retournant dans tout les sens pour voir d’où vient cette odeur, il courait partout dans la taverne sans arrivé a trouver ce qu’il chercher. Il fini par s’écrouler de fatigue et se dit que peut-être il serait mieux d’attendre que cette odeur arrive toute seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Ven 24 Aoû - 12:38:05

Enfin une réponse! je désespérais.
"Amalya! Il faut que tu me dise où vous vous trouvez! Est ce que tout le monde va bien?"
La fin de son message m'a un peu surpris mais je le met sur le compte de la pression et du stress.
"Amalya! Garde tes esprits je t'en prie nous, j'ai besoin de toi pour continuer! Alors respire un bon coup et explique moi calmement la situation!"
Pour le moment je n'ais toujours pas reparlé à Ansem. Et je ne compte pas lui reparler avant qu'il ne m'ai tout expliqué.
L'espace se déroule devant moi alors que la réponse de la Taverne se fait attendre.

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lunder
L'immortel des armées blaireaux
avatar

Nombre de messages : 114
Age : 29
Royaume : le mien
Histoire préférée : celle du coeur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Ven 24 Aoû - 14:26:09

« -non, je ne peut pas vous renvoyer dans l’entremonde »
Le maitre invocateur, me prit de très haut et je lui renvoyais son regard hautain. Cela faisait une demi-heure que j’expliquais mon histoire mais personne ne me croyait.
« - certes, Enora a fait une erreur mais je ne peux pas la réparer a sa place, le monde dans lequel vous voulez que je vous renvoie est difficile a atteindre magiquement et beaucoup trop dangereux pour un homme désarmer et non expérimenter, je resterai sur ma décision.
- Mais je vous répète que je viens de là-bas
-allons jeune homme vous n’aller pas me dire que vous venez de l’antre d’ELLE, en plus Enora n’est pas assez puissante pour pouvoir invoquer de ce plan »
J’avais envie de montrer a se gros idiot si j’étais sans défense, mais j’y gagnerais juste d’être carboniser, de plus je pouvais toujours parler de ELLE et des maîtres personne ne me croirais.
« -écouter j’ai besoin d’y retourner, c’est très important...
-je ne veux plus vous entendre, vous nous avez déjà expliqué, et votre histoire est insensé »
Je sortis de la salle du maitre avant de trop m’énerver et repartit vers la ferme d’Enora.
Autour de moi tout était différent, calme et je me sentais mal et pas à ma place.
La ferme d’Enora se trouvait plus bas, c’était la maison le plus près du flan de la montagne, j’arrivai très vite devant et frappa a la porte.
« -je suis en bas dans le jardin, vient je m’occupe de ramasser les plantes. »
Je descendis et découvrit derrière le mur de la maison un petit jardin composé de dizaine de plante différente, Enora était accroupi dans une allée entrain de découpé une plante qui avait une forme de serpent enroulé autour d’une branche dont la bouche grande ouverte serait la fleur.
« -tu vient m’aider ?
- je ne suis pas très doué avec les plantes..... Il a refusé. »
Elle se releva et rangea son couteau dans sa poche.
« -le maitre invocateur n’est qu’un idiot et ca tout le monde le dit mais il est le seul homme dans le village à pouvoir t’aider. »
Elle s’arrêta, et commença à marcher, je la suivis sans me poser de question.
« -je suis désolé de ce qui t’arrive, je ne peux rien faire, je cherchais à invoquer un être très puissant et je ‘était arrivé jusque là a invoquer des poules... »
Elle sourit en repensant à ce qu’elle venait de dire.
« -je te propose de rester parmi nous, un petit moment le temps qu’on trouve une solution.
-écoute, je ne suis pas fait pour vivre parmi vous »
Je fit une courte pose, je devais lui dire qui j’étais mais j’avais peur de sa réaction, mon monde est totalement différent du sien et je doute qu’il puisse beaucoup coexister.
« -je suis un guerrier....et je suis général d’une armée, j’ai traversé des monde et vaincu ELLE, j’ai rencontré le maitre du cœur et de l’esprit et est vu des amis mourir pour sauver les mondes, et maintenant je suis désarmer, je ne peux plus sauver personne, je viens d’un monde de violence, je ne suis pas fait pour vivre ici »
Les mots sortaient tout seul et je regardais les yeux d’Enora dans lesquelles je pouvais lire une tristesse
« - je suis désolé, le monde de mon esprit n’est que violence, tristesse et déception, je partirait demain et tu ne reverra plus »
« -tu es bien un homme, tu crois que rien ne peut bouger, regarde toi, tu crois faire croire a qui que tu es un guerrier, tu n’es même pas armé, si ce que tu dis est vrai alors oui tu dois partir »
Elle accéléra le pas et alla s’enfermer dans une petite cabane au font du jardin.
Je passa le reste de la journée sur un rocher a quelque kilomètre du village, les yeux dans le vide a repensée à tout ça,
Un jour peut être arriverais-je à trouver le paix intérieure, pour le moment seul rentrer était important.
Enora me rejoignit en fin de soirée et s’assied a coté de moi.
« -excuse moi, je me suis emporté, mais je t’apprécie de plus en plus et je n’ai pas envie que tu disparaisses.
-je sais, mais.... »
Mon regard se figea sur des formes au loin dans le ciel que je connaissais que trop bien.
[color=red]- rentrons au village et vite, dit à tout le monde de s’enfermer chez eux, ca va devenir dangereux ici »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amalya
Passeuse
avatar

Nombre de messages : 233
Age : 31
Royaume : Les Contrées du Rêve
Histoire préférée : Feuille de Niggle, dans Faerie, de Tolkien
Date d'inscription : 03/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Jeu 30 Aoû - 19:28:33

La voix de LED me calme un peu. Un peu seulement. Je viens de prendre une décision qui me plait, et cela ravit mon coeur autant qu'autrefois je prenais plaisir à préparer une bataille. Je reprends le micro.

"LED, tout le monde est éparpillé, et cette enflure d'Ambre prend un plaisir sadique à nous manipuler, je crois. Il y a un radar ici, ça indique plus ou moins la position des autres... ils sont éparpillés de partout. Enfin, chacun en un seul morceau, hein ! Il faut retourner un instant dans l'Entremonde, il y a là Aïs et Lunder... Et non, attends, Lunder vient d'en disparaitre. Je ne le voit nul part. Et la Hull... Heu... Ha tiens, elle vient aussi d'arriver dans l'entremonde. Aux coordonnées de départ, mais sans l'auberge bien sûr. Vas là bas, je vous rejoint avec des tenues chaudes, je crois que tout le monde est partie en jupette, enfin..."
Je ferme le micro pour éclater d'un rire hystérique. J'imagine bien la troupe en jupette de romain, avec un noeud rose dans les cheveux.
Faut que je me calme, avec mes pouvoirs de Rêveuses ils risquent de changer de costume. Je me concentre et je me calme, tandis que sur la ligne, LED s'inquiète du silence radio.
"Ca va LED, je suis tombée sur le bouton... Je vous rejoint dans l'Entremonde. Et, pendant que tu y vas, explique moi vers quoi toi, tu as envie de continuer ? Et pourquoi avec moi ?"

Je met le son dans toute la taverne pour entendre sa réponse, et pendant ce temps, je rassemble des couvertures et des tenues polaires dans le Planodul derrière l'auberge. C'est un truc qui ressemble à un hovercraft croisé avec un lapin, autrement dit un truc très moche, mais à grande contenance et qui passe par à peu près toutes les dérivations de l'espace en un temps records. En le voyant, je me fais aussi la reflexion que le temps de l'Eveil doit être assez proche. Bast ! J'accomplirais mon but auparavant.

_________________
"C'est l'Histoire, pas celui qui la raconte." Stephen King
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aucoindufeu.superforum.fr
Daeldir
Protecteur des lapins blancs
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 28
Royaume : Un gros tétrahèdre lyrico-délirant quelque par dans une boule à neige avec un soleil au milieu
Histoire préférée : Lapinot et les carottes de Patagonie
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Ven 31 Aoû - 20:39:51

Quelque part dans de hautes montagnes, une troupe avancait sur un petit chemin, coincé entre une falaise et un précipice.

Les moines danseurs de Lhein Djazar voyageaient depuis déjà deux mois, pour recevoir celui de leur prophétie, et sentaient la fin du parcours très proche. Non loin de là, à une heure de marche tout au plus, se trouvait le village des évocateurs de Dear, dans lequel devait apparaître dans la journée un homme très puissant. Peut être était il déjà apparut, ils n'en savaient rien, car la prophétie n'indiquait la date qu'au jour près.

Quoi qu'il en soit, la prophétie devait s'accomplir, et pour cela, les moines devaient obéir à toutes ses injonctions. Une centaine de manuscrits contenaient la prophétie, et les moines, depuis des siècles, suivaient ces écrits.

La Prophétie était en réalité un gigantesque rituel.
Comme dans chaque rituel, il y a des choses à accomplir, à des moments précis, lors d'alignement de planètes et caetera... Mais ce rituel, étant très puissant, se déroulait sur un temps proportionnel à sa puissance. Et les moines danseurs de Lhein Djazar étaient, sur toutes ces années, un peu comme un mage unique et immortel qui accomplirait le rituel. De ce rituel devait survenir un changement radical, qui toucherait le monde entier, et peut être plus. Et surtout... Le rituel touchait à sa fin.

La dernière action du rituel consistait, lors de la conjonction des sept planètes, à se rendre dans un lieu élevé et emplit de magie avec les meilleurs danseurs du monastère, et d'y trouver un homme plus vieux que les cieux, mais puissant comme pas deux (la prophétie utilisait un langage rare dans ce milieu, c'est à dire familier). Alors, ils leur faudrait lui laisser choisir parmi eux un compagnon, qui le suivrait et le servirait. Ensuite, tout les moines seraient libres. L'ordre serait dissout, car le rituel serait accompli, et la prophétie se réaliserait... Plus ou moins rapidement. Après tout, même si les livres parlaient d'un effet instantané, il fallait prendre en compte que pour un être vivant 10 000 ans, 10 ans sont bien ce que l'on pourrait appeler "instantané"...

Lin Issi A Si On faisait partie des meilleurs danseurs du monastère, et, par conséquence, du cortège. Il avancait en tête, ce qui fit de lui le premier à apercevoir la forme menaçante s'approcher du village de mage.
Il en avisa le grand prêtre. Pour toute réponse, il reçu :
Celui que l'on attend est puissant. Le village n'a rien à craindre, et, pour nous, ils n'en sera que plus simple de le distinguer.

Après quoi ils pressèrent le pas, car même s'ils avaient confiance, la prophétie précisait bien :
"Et là, mon vieux, faut se dépêcher et lui donner la potion AVANT l'arrivée des créatures."

Comme quoi un rituel peut être clair et simple à déchiffrer, par moment...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L.E.D.
Solitaire parmi la foule
avatar

Nombre de messages : 278
Age : 30
Royaume : De la folie
Histoire préférée : La Taverne du bout du monde
Date d'inscription : 29/12/2006

MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   Sam 1 Sep - 0:39:04

La réponse d'Amalya me soulage. Je ne serais dire pourquoi mais sa voix est apaisante et surtout en ce moment ou Ansem est comme coupé de moi. Finalement on a beau être un homme solitaire on apprécie comme personne la simple présence ou le moindre son d'une voix amie à ses oreilles.

"Amalya! Je veux continuer à me battre! Il y a eue trop d'investissement fait par nos amis pour laisser tomber! Ambre nous manipule peut être mais mon coeur me dit que nos ficelles ne sont pas si influentes que cela! Amalya nous ne serons des pantins que si nous voulons bien l'être! Moi je décide, pour tromper Ambre, de jouer la carte de la folie totale! Allons au bout des choses! Et advienne que pourra!"

Le discour, même si je ne sais pas l'impact qu'il a eue sur Amalya a au moins titiller Ansem.

"Amalya!....J'ai besoin de toi comme j'ai besoin des autres! De tes talents, de tes dons, de ton passé et de ton avenir. En gros de toi et de ta volonté!"

"Réfléchis et dit moi tes intentions lorsque nous nous retrouverons dans l'entremonde."

Je raccroche.

"Bon c'est reparti"

D'un coup sec de volant, ma doloréane fait un demi-tour direction l'entremonde. Cibles localisés. Temps estimé 30 minutes. Et tayaut.

_________________
Sourire est un début, le rire en est la suite et le bonheur la conclusion.
A force de me faire marcher sur les pied j'ai appris à marcher sur mes mains, mais j'ai beau toujours tomber de haut je ne sais pas encore bien voler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La taverne en vaisseau de L'Univers   

Revenir en haut Aller en bas
 
La taverne en vaisseau de L'Univers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au coin du Feu... :: Rapprochez-vous du Feu... :: La Table des Mondes-
Sauter vers: